Présidences par défaut.

Share Button

Confusion et collusion de régimes en France : régime présidentiel ou parlementaire ?

 

En ce moment, nous avons au sommet de la pyramide institutionnelle en France, un flottement sur la légitimité des tenants des titres présidentiels au sein des 4 premiers personnages de l’Etat, qui tient à un facteur clé : l’élection par défaut et activement soutenue par une campagne de dénigrement médiatique systématique conduite sur 5 ans contre Nicolas Sarkozy et l’UMP. Le président de la République a été élu à défaut de DSK – tombé sur l’autel de la lubricité – dommage ! et le président de l’Assemblée Nationale, élu, lui aussi par défaut, suite à l’élimination de Mme Royal du côté de la Rochelle par un Homme Debout – c’est rare dans notre République ! Quant au Sénat, la nouvelle Majorité est directement issue du travail de lynchage médiatique déjà mentionné. Ceci affaiblit l’institution, qu’on le veuille on non et exige des acteurs qu’ils se montrent plus qu’à la hauteur de la situation. Malheureusement. Surtout que pour le président, après l’abandon de DSK – tant pis pour ce dernier, après tout il connaissait les risques de la compétition qui s’annonçait sans foi ni loi pour la primaire citoyenne – le soutien indécent des médias qui ne se cachaient même plus pour opérer a fait exploser toutes les guérites de protection du champ de la démocratie.

 Hollande, l’an II

Combien de temps faudra-t-il pour évacuer le dégoût et l’aigreur qui en ont découlé, terreau de la division du peuple Français ? On verra. Le temps à lui tout seul suffira-t-il à canaliser tout ceci ? Là aussi, on verra. Si le gouvernement mettait les bouchées double, la confiance serait-t-elle au bout du bout ? L’avenir nous dira.

Alors “deuxième temps du quinquennat ?” C’est le voeu du président de l’assemblée Nationale. “Dans une interview à Reuters, Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale, assume ses critiques à l’encontre de l’exécutif, qu’il exhorte à lancer un « deuxième temps » du quinquennat”. Les propos du président de l’AN sont un cas d’école du langage politique le plus stéréotypé qui soit : cela prête à sourire, car il est probable que cet horizon soit indépassable. Triomphe de la langue de bois.

Extrait. Claude Bartolone, assume ses critiques à l’encontre de l’exécutif, qu’il exhorte à lancer un « deuxième temps » du quinquennat pour passer « des slogans à la réalité » et dément toute ambition de diriger le gouvernement… « Je suis le quatrième personnage de l’Etat, je n’ai pas envie d’être président du Sénat, j’ai encore moins envie d’être président de la République et, malgré tout ce qui est écrit, franchement, je n’ai pas du tout le fantasme de Matignon ».

Etre élu par défaut et manquer à ce point d’humilité : voilà ce qu’on reproche en ce moment aux acteurs du pouvoir qui semblent faire passer leurs envies personnelles avant le reste. « Je n’ai pas envide de… », comme s’il suffisait d’avoir envie pour obtenir.

Extrait.

A 61 ans, ce fils d’ouvriers agricoles né à Tunis n’entend pas mettre sa langue dans sa poche en se contentant, comme ses prédécesseurs de droite selon lui, de dire oui à tout.

« La liberté de ton qui est la mienne aujourd’hui est considérée comme provocante parce qu’il y a eu dix ans d’anesthésie (du Parlement) et notamment cinq ans de sarkozysme qui a soumis à son bon vouloir le Parlement », estime-t-il.

… »il y a eu dix ans d’anesthésie (du Parlement) et notamment cinq ans de Sarkozysme qui a soumis à son bon vouloir le Parlement » ? En France, le Parlement est soumis à l’Exécutif, de façon irrémédiable, car le passé, le présent et l’avenir des élus de France est tout entier compris dans leur appartenance aux partis et dans leur carrière politique. C. Bartolone était un parlementaire godillot hier et avec ou sans lui, la tradition se perpétuera. Rien à voir avec la Gauche ou la Droite, c’est le Système Français qui ne laisse pas de place aux Révolutions d’Apparatchiks, 32 ans comme élu, pas loin des cycles Africains et on dit que c’est l’Afrique qui abrite des Dictateurs dont la longévité au pouvoir est critiquée ici.

Collusion des régimes de gouvernement en France : parlementaire ou présidentiel et trucages des marchés publics, on attend les propositions de l’assemblée Nationale. Tout comme on attend également celle concernant la procédure anti-démocratique consistant à faire voter par les parlementaires les mesures qui les concernent. Exemples, la loi les autorisant d’exercer comme Avocats en fin de carrière, celle sur leurs indemnités de chômage outrageusement établies à 5 ans. Que faire en cas d’abus de pouvoirs ? Et Mr. Bartolone émet l’idée qu’il fallait faire voter les députés sur la transparence de leur patrimoine ! Qui doit prendre les dispositions concernant les parlementaires ? Eux-mêmes ? Que devient le principe d’exclusion entre Juge et partie marbré dans l’Esprit des Lois ?

Bio

« Pour l’ancien ministre de la Ville de 1998 à 2002, qui présida le conseil général de la Seine-Saint-Denis de 2008 à 2012… »

Commentaire Hubert De Saint-Louis OK le perroquet sur son PERCHOIR ….et si, il nous parlait de sa maison de 400 m2 à plus de 4 MILLIONS d’EUROS bâtie sur la commune des LILAS .. ;par des architectes qu’il emploie sur la ville et le département …sur des marchés publiques ….. ??

Le combat citoyen est là pour durer

PS. Au cours des cinq dernières années, on a eu droit à une véritable entreprise de démolition d’un président en exercice et nous n’avons vu que du vent, car on faisait confiance au Système médiatique, cette invention Noble. C’est seulement au moment de l’affaire DSK, un an avant l’échéance de 2012 que le vrai visage de l’opération : « démonter Sarkozy » a commencé à prendre forme en public.

Afin de ne plus tomber dans un tel piège de débutant et de citoyens cocus, la vigilance s’impose. Si ce qui est dit ici gêne certains établissements et qu’ils parlent de Nous en tant que « Docteurs qui sait tout ou qui savent tout », car Michel de Poncins, enseignant retraité de Sciences Po) officie ici également, nous savons là que c’est le propre même du degré zéro de l’argumentaire et le signe d’un désespéré. Tout ce que nous ne serons jamais et que nous récusons. Il faut opposer l’argumentaire à un argumentaire. Le reste c’est rien. Même que j’ai envie de dire qu’heureusement que le Docteur sait tout – car il a les codes pour savoir ce qui lui manque et est installé dans la recherche – imaginez que vous alliez chez le médecin et puis patatrac, il défaille, c’est grave Docteur ? Bien sûr que oui, mon enfant.

Mais là où cela devient intéressant, c’est que les signes de fébrilité de ces établissements qui officient depuis des lustres et portent une responsabilité historique dans le déclin de la France, pour corruption intellectuelle aggravée, sont la marque que la citoyenneté commence à agir. Que demander de plus ? Franchement ? L’objectif est en train d’être atteint : sortir les citoyens du cycle maudit de la désinformation et de la manipulation publique.

Mélenchon nous avait déjà qualifié de « médiapart du pauvre », lui qui est pour le peuple. Une belle prose visant à faire croire que si nous exigeons la transparence de la vie publique, c’est que nous sommes trop pauvre. Mal lui a pris, nous n’avons pas les mêmes critères hiérarchiques de valeurs et de la valeur. Aujourd’hui, on dit « Docteur qui sait tout et n’est pas capable de gérer une crèche ». Qui le dit ? Le journal qui a été condamné pour avoir voulu faire publier “les bonnes pages sexuelles” d’un énième torchon sur l’affaire montée de DSK en se servant d’une institution qu’on croyait respectable, le CRS. Ce journal a été heureusement condamné à juste titre et nous avons soutenu ici DSK. Si c’était à refaire, ça le serait pareil. On avait atteint les limites du harcèlement et de la cupidité.

“Docteur qui sait tout ?” Je n’aurais jamais utilisé des termes aussi « débat africain de rue ». Mais, si on le dit, je réponds, que j’en suis fière et la formation en double cursus « Sciences de l’Information et de la Communication » et « Arts du Spectacle » est disponible à l’Université Lyon 2 qui porte bien son nom : Lumière. Mais cela restera insuffisant sans cette autre double expertise : une expertise internationale et celle du terrain social. Et ce n’est pas tout.

Quant à ne pas savoir gérer une crèche, c’est normal, un Docteur est un concepteur et non un gestionnaire. C’est un libre penseur. La France est faite de ses grands hommes appelés des Libres penseurs : une tradition que je revendique, étant un pur produit de cela et que je porte haut comme un Etendard. Les spécialistes d’une presse transformée en grande mangeoire et suçoir ne peuvent que s’énerver.

Nous sommes en Normalie. C’est Normal.

A lire dans 20 mn. Comment François Hollande voit les parlementaires PS en douce.—[article_politique]

Amazon, Google, Yahoo, Twitter, Dieu soit loué, ils sont arrivés. Sans eux, la mafia aurait gagné dans tous les secteurs au Monde.

Dernières nouvelles : demande d’emprisonnement ferme pour Berlusconi. Lire encadré ci-dessous.

Rubygate

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*