« Pas ici à Boston. Vous n’avez pas choisi la bonne ville. Nous finirons la course ». Obama à Boston.

Share Button

Le marathon de Boston qui s’est terminé en larmes, alors qu’on participait à une fête, a touché le coeur de l’Amérique qui a dans son ADN, les trois valeurs frappées par l’attentat : le fair play (le sport), la célébration de la vie et l’esprit communautaire qui permet d’unir les peuples au-delà de leurs différences et par-delà leurs singularités. Pour toutes ces raisons, les grandes rencontres sportives sont devenues sacrées. S’agissant du Marathon, c’est doublement sacré, en raison de la mythologie portée par cette discipline.

Ainsi que l’a dit Barack Obama citant une mère qui a perdu un enfant dans l’attentat, « cela n’a pas de sens ».

Donc, cet après-midi avait lieu à Boston une grande messe interconfessionale pour les victimes de Boston. Barack Obama et Michelle étaient présents comme annoncé. Les divers représentants des confessions sont intervenus pour prescrire et prêcher les paroles qui soignent l’esprit de ceux-qui pleurent un être cher. Ca fait toujours plaisir de voir des femmes Révérend et il y en avait.

Beaucoup de passages curatifs bibliques dont un tout particulièrement : les Béatitudes. Matthieu, 5. Après ces prières et paroles des hommes et femmes de l’Eglise dont un message du Pape Francis, lu par un représentant de l’Eglise, le messager, place au discours politique.

 

« Vous allez courir de nouveau »

 

Précédé par le gouverneur du Massachussetts, Deval Patrick qui a eu cette belle phrase disant que « le Massachussetts a inventé l’Amérique », Obama a pris la parole sur un air de contrition qu’il porte depuis le début de cette semaine meurtrière aux Etats-Unis pour revendiquer la grâce qui plane sur Boston.

Il a trouvé les mots justes. « Nous finirons la course » ; « ceux qui ont choisi de commettre leurs méfaits à Boston se sont trompés de ville. Pas ici à Boston. Non, pas à Boston ». « Nous continuerons d’avancer, car ce qui fait notre force c’est la foi que nous avons en nous, l’amour que nous avons l’un envers l’autre et l’amour de notre pays. C’est cela qui nous définit et qui fait qu’à chaque mauvais tournant, il se trouve toujours quelqu’un pour nous relever. »

Il a promis que la course se poursuivra partout où elle se déroule en Amérique et donné rendez-vous à Boston, l’année prochaine : même jour, même heure. Aux victimes hospitalisées, il a adressé un ’vous allez de nouveau courir ». Certainement pour finir la course non terminée de cette année.

Mitt Romney était parmi les invités, en sa qualité d’ex gouverneur de l’Etat du Massachussetts et de candidat aux dernières présidentielles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*