Hollande. La révolution culturelle.

Share Button

« La crise est un accélérateur des réformes », avait dit Nicolas Sarkozy. On vient de le vérifier avec plaisir ce mercredi, avec les annonces du Président de la République qui a trouvé le ton et l’Autorité nécessaires pour aller vers « la moralisation de la vie publique qui va de pair avec une réforme institutionnelle et celle de la décentralisation ». C’est ce que j’écrivais en Juin 2012, au lendemain de l’élection présidentielle, mal barrée pour moi, après l’échec de Nicolas Sarkozy que j’avais soutenu, ici même. Transparence oblige, on va parler franc et vrai dans ce billet.

Donc, en ce qui me concerne, je ne découvre pas ces choses là aujourd’hui. J’y ai réfléchi depuis longtemps, pendant la rédaction du « Clonage Institutionnel » – « Défaire la société des rentiers », depuis 1998 donc. En 2012, lorsque je le fais figurer dans ma profession de foi au moment où je me présente à la Députation en Seine Saint Denis pour une campagne impossible, compte tenu du contexte du déroulement des choses, je ne suis ni opportuniste, ni novice, ni dans le besoin d’argent du reste. Je le fais, comme tout ce que je fais : avec mon coeur et la foi. Dans l’intérêt commun. Toujours.

PDF - 278.4 ko

Dans le point 2 de ma déclaration de foi, j’indique cela en blanc et noir. Cliquez sur le doc PDF ci-contre.

Alors, lorsque j’entends qu’un « Office central de lutte contre la fraude et la corruption » va être créé, j’applaudis. Lorsque j’entends qu’un Procureur spécial va gérer un Pôle de la Justice Financière, j’applaudis. Lorsque j’entends qu’une Haute Autorité totalement Indépendante va être créée pour contrôler la véracité des déclarations des patrimoines des élus, j’applaudis. Lorsque j’entends que « la transparence est la condition du respect », je suis aux anges. En fait, aujourd’hui, est un grand jour pour Moi. Je dis Bravo, Mr. le Président. Poursuivez ainsi, sans faiblir, ni dévier de la trajectoire de la croissance.

Là dessus, l’UMP est sorti, fidèle à ses propos déplorables de la veille pour reentonner les hymnes nationaux avec le Front de Gauche sur le grand déballage, le flou, le fait que ces mesures n’auraient pas empêcher un cas Cahuzac sur lequel, je le souligne au passage, le PS n’avait pas besoin de faire de l’excès de zèle et re-insistance sur le risque de voyeurisme.

Mention spéciale du mépris à Thierry Mariani sur itélé juste après l’intervention du Chef de l’Etat. J’ai retenu deux choses dans son Verbatim Hautain. Il a dit que la France était un pays qui Jalouse la Réussite et probablement la Richesse des Autres ; dans ces Autres, il y a les Politiques. Incroyable ! Mais, ce n’était pas tout : il a ajouté qu’on ne pouvait pas laisser le terrain de la parole au concours du plus pauvre !!! Un peu comme si, il fallait être pauvre pour avoir raison et riche pour être au banc des accusés.

Mais, notre cher député qui ne sert à rien – puisque représentant les français de l’Etranger qui ont des Consulats et des Ambassades surplace – n’a pas suivi le Président qui a parlé de crédibilité des élus.

Car, comment être crédibles en tant qu’élus, dès lors que votre richesse est marquée du sceau de la corruption et de la suspicion ? Impossible. De fait, c’est de cela dont souffrent nos élus : leur enrichissement est illégitime de part en part. Pour de multiples raisons dues à notre panne démocratique. Hollande leur offre une porte de sortie honorable :« chiche, si votre richesse est propre, alors la meilleure façon de le démontrer est de jouer la transparence et la traçabilité ». Point. Le reste, ce sont des échappatoires.

Vous avez dit voyeurisme ? Mais qui est jaloux de nos hommes politiques, ainsi qu’ils veulent le faire croire alléguant qu’ils seront jetés à la vindicte populaire.

On tient dans ses propos l’ignorance du peuple de France par les élus qui en ont une vision imaginaire. Ici sur le terrain, je n’ai pas vu un seul Citoyen désireux d’occuper la place des hommes politiques. En fait, le Citoyen Français veut simplement qu’il y ait une Justice sociale ; il veut gagner un peu plus pour vivre décemment là où il est et il est heureux de sa condition. Les hommes politiques qui croient que leur richesse empêche le Citoyen lambda de dormir se trompent énormément sur ce qu’ils sont.

Le sentiment de richesse aujourd’hui est très relatif ; chacun ayant ses rêves. Ceux qui vendent du chit vivent très bien et franchement, ils ne savent même pas si Mr. Thierry Mariani respire. Ils n’en ont rien à foutre. Ce qu’ils voient ce sont des salaires trop gros d’un côté, quant ils triment eux pour des clopinettes. Ce sentiment d’injustice doit avoir une réponse. Tout le monde aime l’argent et aspire à vivre mieux. L’argent faisant partie de ce mieux vivre, les hommes veulent voir leur condition sociale s’améliorer. La réussite, on l’aime tous. Au demeurant,la réussite n’est pas que financière, c’est très réducteur. Mais quand même ce serait cela, la réussite des footballeurs et des sportifs ne gênent personne – mis à part les éternels aigris – ni celle des artistes. C’est qu’il y a une différence entre eux et ceux qui sont payés sur le dos des Citoyens et des travailleurs voire du Système tout entier. Parmi eux, il y a les Chefs d’entreprises surpayés et les hommes politiques. Qu’on soit contribuable ou non – les Assistés comme dit l’UMP de Mariani et de Wauquiez – on est citoyen et on vote et l’élu a des comptes à nous rendre. C’est le contrat social. Pauvres ou Riches, le contrat reste le même.

Droits et Devoirs – Avantages sans les Inconvénients, la belle affaire de nos élus indignés !

Les hommes politiques qui résistent à la publication de leur patrimoine nous font rire. Lorsqu’ils passent devant les télés et les médias, c’est normal. Lorsqu’ils accaparent l’espace public et les mandats, c’est normal. Lorsque les médias font leur promotion, c’est normal. Lorsqu’on vante leur pseudo mérite, c’est normal.

Quand il faut publier le patrimoine, là, rien ne va plus. Ils invoquent leur vie privée. Vraiment ? Quelle vie privée ? Celle qui est mise en scène publiquement étalée partout dans les médias, au quotidien ? Un homme public appartient au Public et au Peuple. Il ne s’appartient plus. C’est le contrat. On est libre d’accepter ou non. Il n’y a pas de différence entre vie publique et vie privée, lorsqu’on est un homme ou une femme publique. C’est le contrat. Finie l’hypocrisie française dans ce domaine, le bel abri et alibi. Irrecevable.

La moralisation de la vie publique qui se dessine est donc une véritable Révolution Culturelle. Elle constituera une étape fondamentale dans la vie politique Française.

Le cas Cahuzac ne peut pas se produire avec les instruments mis en place par le Président. Cà c’est la réponse à ceux qui doutent. Les garde fous sont présents et dissuasifs. Un cercle vertueux s’enclenchera.

Tous pourris ?

Certains s’en sont défendus. Ecoutons Cahuzac :  « Si tous ceux qui ont menti à la représentation nationale devaient quitter l’hémicycle, il y en aurait des tonnes ».

Au passage, il faut bien commencer quelque part. Si à chaque fois qu’on veut commencer, il y a des résistances corporatistes, nous n’irons jamais nulle part. Ca c’est encore pour ceux qui disent que les instruments mis en place n’auraient pas pu éviter le cas Cahuzac. Ils font diversion malhonnêtement, car il savent que ce qu’ils disent est faux. Archi-faux. Ce qui a été annoncé permettra d’éviter un autre cas Cahuzac qui serait intercepté très rapidement, en particulier avec la collaboration Européenne.

PDF - 1.5 Mo

Venons-en au fait central qui décrédibilise la classe politique dans son ensemble à savoir l’absence de Mérite ou le Mérite invisible. Encore une fois, j’avais proposé une candidature sur une triple option : la Vie, la Famille et le Mérite (cliquez sur l’icône ci-contre). Là aussi, j’ai des images des parcours de vie dans les territoires.

Exemple l’immigration et le déni du mérite.

Je vais me prendre en cobaye que je suis, cela évitera d’aller chercher un exemple éloigné : je suis l’exemple vivant et la preuve irréfutable de la mise en échec systématique des Français issus de l’immigration et des immigrés dans leur ensemble. Honnêtement, de ce que j’ai démontré ici, comment expliquer qu’en France, un Docteur en Information et Communication tel que moi n’ai rien trouvé comme Job nulle part ? Ni dans ma commune jalousement protégée par le Maire complexé jusqu’au bout des ongles par le mépris blanc et élitiste français ; ni au sein des partis politiques : j’ai été au PS, j’ai soutenu Bayrou en 2007 et parcouru le centre de Bayrou et de Hervé Morin, avant de me souvenir que j’étais Gaulliste dans l’âme.

J’ai récemment campé à l’UMP depuis l’élection présidentielle et vous avez vu par vous-même ma contribution au soutien – intellectuellement honnête – à l’UMP, en particulier à Copé qui rejette la moralisation de la vie publique présentée par Hollande aujourd’hui. Mais qu’à fait l’UMP ? Ils se sont partagés les postes entre eux : je n’ai jamais été sollicitée sauf pour soutenir des causes initiées par la direction de l’UMP ou contribuer financièrement (ce que je ne puis faire) ou renouveler mon adhésion.

Ce que je veux dire c’est que tous les partis politiques en France sont racistes et discriminants. Ils sont clonés « reproduisent la même partition musicale », pas étonnant qu’un Fillon et un Mélenchon chantent la même chanson. C’est leur ADN. Ce que je veux dire, c’est que ces partis fonctionnent dans l’entre-soi, dans leur confort, rejetant systématiquement tout renouvellement du personnel politique et toute nouvelle figure. Ils sont tous sclérosés dans leur fonctionnement et dans leur langue de bois. Fonctionnarisés.

Idem, dans les universités, on n’embauche pas des immigrés diplômés. Alors que feront les enfants d’immigrés en France ? Beaucoup sont obligés de s’exiler pour s’en sortir. Le Royaume-Uni, l’Amérique, la frontière Suisse actuellement, le retour en Afrique, l’Angola cartonne actuellement, car en plein Boom économique. Même les Portugais, anciens colons, font le chemin inverse en Angola où ils trouvent du travail.

Je me prends en cobaye toujours. Je vous ai raconté comment j’ai été mise ici en échec par la conjonction des Mairies de la Ville Nouvelle, de la Région et du Conseil Général et après cela, ils vous accusent d’être un incapable. Les banques elles ne donnent pas un Kopek pour démarrer une société. Que doivent faire les immigrés qui ont satisfaits aux conditions du mérite républicain, tel que claironné sur l’espace public ?

Etant de la lignée des Résistants et des Combattants, je suis dans la lignée de Um Nyobé, le Grand Résistant Camerounais décapité parMesmer, le bras armé de De Gaulle, en tant que figure dirigeante du maquis Camerounais pour la Libération du pays – vous voyez, même De Gaule tuait comme chavez- avis aux incultes de l’UMP qui ne connaissent pas l’Histoire de leur pays dans toutes ses facettes, mais cela n’empêche pas le Général d’être un grand Homme qui, comme tout Grand Homme a ses travers et ses défauts et ses crimes horribles.

Ce que je veux dire aux Wauquiez et autres Mariani méprisants de l’UMP, c’est qu’un Héritier ou une Héritière ne finissent jamais pauvres. J’ai perçu le RSA ces dernières années où je conduis ce projet qui commence à décoller. Sans état d’âmes. C’était cela ou mourir dans la capitulation : je ne capitule jamais devant la Médiocrité, la Menace, le Chantage, la Corruption et les mensonges d’Etat organisés – l’histoire de mon père est là pour me le rappeler ainsi que celle de Um Nyobé et des Résistants décapités en Afrique. Je ne capitulerai jamais devant la trahison de l’idéal Républicain et les Traîtres de la République.

« Concours du plus pauvre », dit Mariani, parfait Représentant de cette France méprisante et médiocre. S’il pense à moi, qu’il oublie. Je ne suis pas riche d’argent – pour l’instant. Mais, je possède une richesse plus grande : je suis riche de la Terre. Je possède dans mon village, l’équivalent d’une ville (format français) à construire vierge occupée par la forêt ; nous sommes trop peu chez moi à une centaine de kms de Yaoundé, la capitale – autant dire à vol d’oiseau et qui voit le développement arriver. Sur ce territoire, l’image de l’Etat c’était mon Père. Aujourd’hui, c’est Nous qui en prenons la relève. Quand je dis chez moi, en fait je pense double chez moi : ici et en France. En France, je dis chez moi pour parler du Cameroun et de l’Afrique. En Afrique, je dis chez moi pour parler de la France et de l’Europe et des Etats-Unis qui font battre mon coeur pour leur Emancipation Civique et leur rêve à portée de Tous les Citoyens du Monde.

Le drame vient du fait que mon père a fini dans la merde, car lors du changement de président, d’Ahidjo à Biya, il a été victime d’une purge politique qui nous a ruinés. Il perçoit sa retraite de haut fonctionnaire d’Etat mais, en Afrique où tout coûte la peau des fesses aujourd’hui, cela reste insuffisant ; alors financièrement, les choses ont dégringolé pour nous. C’est pourquoi j’ai connu l’Enfer en France. Mais, aujourd’hui, c’est fini.

Venir parler du Mérite des élus à Moi, je souris. Pensez que les immigrés trouvent que les élus de la République sont plus méritants que les autres citoyens ou même qu’eux, ils se marrent : ils sont pauvres, mais pas sots ni idiots. L’élite française n’aura aucune crédibilité tant que l’injustice sociale sera ce qu’elle est. Le mépris en sus.

Le Mérite pour tous à la place du Mariage pour tous.

Si ma présence en France a pu contribuer à ce qui se passe aujourd’hui avec la Moralisation de la vie publique et si, comme je le crois, on peut repenser le Mérite pour tous, à la place du mariage pour tous, alors, l’esprit du Général n’est pas venu me chercher au Cameroun pour me déporter ici EN VAIN, m’arrachant brutalement à ma terre, à mes parents, à mes racines. Disons plutôt les dédoublant, c’est mieux, car je ne regrette rien, mais Dieu que ce fut difficile. Appelons cela un « parcours initiatique » de feu.

La richesse en politique, Chers Messieurs de l’UMP, c’est cela, et non l’argent. Le Général de Gaulle n’était pas riche, mais quelle Grande Histoire et quelle Eternité. La richesse d’un Homme public est très secondaire comparativement à son Action et aux traces laissées.

Question au député Mariani. Si avec mon RSA, je peux intervenir dans le débat public et y contribuer autant sinon plus que lui avec son pactole, serait-il capable lui d’en faire autant ? Il n’en serait pas capable. Donc, sur le Mérite et la jalousie des Français sur l’argent des autres, on en reparlera une autre fois.

Moralité : l’enrichissement on s’en fout en politique. Le plaisir et la récompense sont ailleurs. Vous comprenez donc qu’Aujourd’hui est un grand jour pour Moi.

Avec la permission du Président, permettez-moi de dire Vive la République !

Archives.

Je suis candidate aux Législatives pour porter un « contrat de fraternité » : Elise Mbock.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*