Justice en France, la roue infernale.

Share Button

Depuis qu’elle a appelé à voter pour Hollande, la Justice a cessé d’être impartiale.

Nous sommes tous libres de nos choix individuels et c’est tant mieux ainsi. Les juges comme n’importe quel citoyen. En revanche, à partir du moment où un collectif de Magistrats a décidé de rompre la loi de la discrétion pour appeler à voter un président, alors, elle est de parti pris et ne peut plus invoquer « l’impartialité ». C’est clair car il faut de la cohérence en toute chose.

Une fois que ce péché suprême a été commis, la Justice s’est discréditée elle-même. Elle n’a pas besoin d’aller chercher des boucs-émissaires de son discrédit sur le mauvais jugement de Nicolas Sarkozy, ni à porter des plaintes ici et là, au prétexte que les balles reçues dans une enveloppe de menace de mort au juge Gentil étaient la suite logique de la contestation de la mise en examen de Nicolas Sarkozy.

Si un tel jugement était retenu, cela voudrait dire qu’il faut que le citoyen la ferme et qu’on est entré en Dictature. Ni plus ni moins. Avec des Juges érigés en Seigneurs. La République des Juges n’aura pas lieu. Non.

Mais où va-t-on ? Aux Etats-Unis, encore une fois, on critique les Juges. Personne n’a reçu de menace de mort. Si, les mauvais juges dont les mauvais jugements étaient avérés. Donc, voir dans cette menace de mort une cause à effet entre la mise en examen et sa critique est aller un peu vite en besogne, comme cet appel à voter pour Hollande. Il faut que le Juge fasse son autocritique.

Il est temps pour la Justice de ce pays de faire son mea culpa et de suivre le conseil du Pape Francis : l’humilité.

Combien de vies et de familles brisées par ces décisions de Justice incohérentes et légères ?

Combien de personnes abîmées par des condamnations sans fondement ?

Combien de personnes foudroyées ?

Combien qui courent toujours, sans la moindre restriction, à l’instar de notre Haute Cour de Justice, Justice spéciale qui ne condamne jamais aucun dirigeant. L’affaire du sang contaminé m’est restée en travers de la gorge, car ce sang a tué des milliers de personnes en Afrique, sinon des millions, et contaminé des millions du virus du VIH et d’autres hépatites. Combien ? Et qu’a fait cette Justice de pacotille pour ne pas dire cette parodie de Justice ?

Qu’a fait la Justice pour améliorer la Justice et son suivi hors des Tribunaux ?

Les fameux juges, coupeurs de tête, se sont-ils jamais souciés de voir ce qui advient des personnes victimes de leurs arrêts non applicables ?

Se sont-ils même donnés la peine de vérifier si leurs ordonnances étaient applicables ? Qui en assuraient l’applicabilité ? Non. Ils s’en foutent. Leur rôle c’est d’ordonner des ordonnances et puis s’en va. Le reste, ils s’en contrefichent, comme de leur première chemise.

Il faut réformer la Justice et la mettre en réseau avec les acteurs de la société. Pour ce qui concerne les femmes, avec la CAF, les ASSEDICS, les Huissiers, les forces de l’ordre et l’assistance sociale, au moins. Je revendique une déconnexion de la Justice Familiale – en particulier –  des tribunaux pour l’installer au sein d’une Justice dite de proximité. Dans les villes, près des gens.

C’est pourquoi, la réforme de la Justice avait été loupée. Il fallait non pas recentrer, mais décentrer encore plus. Décloisonner les affaires civiles pour les rapprocher du terrain où elles ont lieu. Rendre la Justice surplace et non dans un no man’s land non identifié.

Autrement dit, la Justice doit se rapprocher du peuple au nom duquel celle-ci est rendue.

Au lieu de cela, les Juges se préoccupent de faire carrière, vivent dans leurs Palais de Justice, ne rencontrent jamais de justiciables en dehors de leurs palais et de leurs rondes seigneuriales : La Cour ! Levez-vous, et avec cela, ils osent jouer les victimes.

Il faut une véritable réflexion sur la Justice de demain, car celle d’hier et d’aujourd’hui est une véritable farce, ayant trop failli.

Nicolas Sarkozy n’a pas de « garde rapprochée ». Il a des citoyens éclairés et engagés avec lui. Ca c’est nouveau pour les Juges. Mais, il faudra qu’ils s’y fassent, car, j’affirme ici sans risque de me tromper que la Justice fait mal son travail, quand elle le fait.

J’affirme qu’elle a abîmé trop de familles et la vie de beaucoup de femmes dont certaines ne s’en sont pas relevées, car abandonnées seules à leur sort et à bout de souffle pour se relever.

Pour avoir vu cela et défendu certaines d’elles, lorsque j’étais Ecrivain Public au sein de la Voie Lactée – au titre de l’accompagnement citoyen –, j’ai des preuves des vies brisées et des familles démembrées par une Justice du mépris et du fait du Roi.

L’autorité de la chose jugée en France, il faudra repasser, car pour cela, il faudrait déjà que le jugement soit Juste et que son applicabilité soit sans faille.

Que vaut un principe sans ses modalités ? Rien. Et pourtant, c’est cela notre Justice aujourd’hui : un principe sans les modalités d’application. Elle tourne en rond dans ses Palais qui ressemblent de plus en plus à des Enfers au choix avec la Jungle. Elle végète dans son code de procédures. Elle s’enfonce dans son fonctionnarisme forcené et routinier.

La Justice en France, c’est la Roue infernale.

Non, le Juge Gentil n’a aucune raison de jouer les victimes, lui et ses collègues. S’ils veulent rendre un service à la collectivité, qu’ils engagent une réflexion profonde sur comment délivrer une vraie JUSTICE POPULAIRE et après, qu’ils en communiquent la teneur au Ministre pour avis de réformes. C’est mieux que d’aller pleurnicher auprès des médias de Gauche, la presse amie des fonctionnaires et du président, pour vendre une menace de mort.

Qui veut la peau du Juge Gentil ? Pas moi. Et personne à l’UMP n’a reçu ordre de soutenir Nicolas Sarkozy sous peine de représailles, comme le suppose un certain journal liberticide, souteneur de la cause Hollandaise, elle-aussi, à bout de souffle comme la Justice.

A bon entendeur, salut !

La Justice peut-elle être exemplaire ? Lire dans 20 mn « Taubira agacée par un article de l’Express » sur son compagnon. C’est exquis. Et c’est extra.

——————————

PS. Comme c’est dommage. On avait prévu pour le numéro 3 de Scène Publique en version magazine le thème de la Justice. Nos élus ayant toujours une longueur de retard sur la modernité, n’ont rien compris. Dommage pour la pédagogie qui manque si tant. Rapprochement Ecole et Justice, en voilà une idée à creuser pour la citoyenneté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*