L’héritage de Chavez. Son voeu : un monde sans armes nucléaires.

Share Button

Nous voici donc orphelins une fois de plus de Hugo Chavez, cette fois-ci, après Kadhafi. C’est dur, même si c’était prévisible : les dernières images du héro Chavez faisant la navette entre Caracas et la Havane parlaient d’elles-mêmes. Elles nous sussuraient un « Aurevoir » à l’oreille. Au début, on se refuse à l’entendre. Puis, la voix se fait insistante, à chaque apparition/disparition de Chavez de la scène publique.

Au bout de ces navettes, parfois une lueur d’espoir trompeuse apparaissait dans le Verbe toujours haut en couleurs du héro qui a poussé l’audace jusqu’à remporter une dernière fois la dernière élection présidentielle cette année, avant de tirer sa révérence, en tant que Président élu sur son lit de mort. C’est d’une beauté extrême et en même temps d’une violence phénoménale. Je vous ai aimés jusqu’à mon dernier souffle, c’est le message de Chavez au peuple Vénézuelien qui pleure son Président. Comment ne pas être ému et bouleversé devant tant d’amour réciproque ?

Alors, comme le monde est laid, les mauvaises langues et les détracteurs de Chavez eux-aussi nombreux, que voulez-vous, même Jésus a été détesté, pris à parti violemment et conduit au supplice de la Croix. Chaque Grand Homme, chaque Réformateur sait ce qui l’attend : le supplice de la Croix. Mais, s’il a les yeux pour voir et les oreilles pour entendre, il sait également que toujours, il y aura à ses côtés des Hommes pour l’aimer, l’acclamer, l’adorer et l’honorer. Jamais il ne sera seul, ni dans la vie, ni dans la mort.

« Jamais il ne meurt », ajoute Mélenchon. C’est très beau.

Rien que d’avoir revu l’interview hallucinante d’émerveillement accordé par Chavez à un interviewer coriace de la BBC que le président Chavez a félicité par la suite, pour la qualité de son interview vérité et âpre, on en reste coi. La BBC a repassé l’interview tard dans la nuit, autour de 2 heures du matin. Un pur moment de bonheur. Cette interview trônera dans l’Histoire dans l’Héritage de Chavez. Il y dit tout : le passé du Vénézuela, son présent et où le pays va, son avenir donc.

Et surtout, il indique le cheminement de sa pensée politique. Il a dit à la BBC, c’était en 2010, qu’au début, il pensait qu’un capitalisme Rhénan était possible, un capitalisme à visage humain. Mais il s’est rendu compte de sa crédulité, car rien dans le capitalisme ne peut être humain. Le capitalisme, dit-il est la domination du Riche par le Pauvre. Par conséquent, il n’y a pas de place pour des rapports humains, mais uniquement pour l’intérêt du riche. Le Pauvre étant de la chair à canon. Je retraduis pour vous pas seulement à la lettre, mais également dans l’esprit.

Le dernier exemple des tartes d’Ikea qui fait manger des familles avec enfants contenant des contaminations fécales d’origine animale, la viande de cheval vendue pour ce que vous savez aux pauvres en recherche des produits moins chers par des mercantiles sans foi ni loi, à la recherche du profit uniquement et rien que de cela, confortent l’interprétation de Chavez.

A partir de là, il a évolué vers le socialisme. Il y avait déjà l’expérience de Cuba et de Fidel dont il est le digne continuateur. Il s’en est inspiré pour créer une Révolution Pacifique  baptisée le « Socialisme Démocratique ». Selon lui, c’est la seule voie qui permet de répondre aux aspirations du peuple et qui correspond à la définition originelle de la Démocratie : le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. Donc, il est profondément Démocrate. Ce n’est pas à proprement parler la troisième voix ou voie – vous choisirez –  qu’il récuse et qui, selon lui, n’existe pas. Simplement, un retour aux origines de la pensée.

« Un Monde sans armes nucléaires »

Pour le reste, il persiste et signe sur sa critique de l’Impérialisme Américain. Il ajoute qu’en ce qui concerne le Nucléaire – objet de menaces de l’Iran par les States – il est pour la destruction totale des armes nucléaires par tous les pays qui possèdent cette arme : Israël, la France, les US, le Pakistan, l’Inde, le Royaume Uni, la Russie, etc. Il en avait parlé avec Poutine qui est entièrement d’accord. Les autres donneurs de leçons et distributeurs de sanctions à l’Iran sur le nucléaire ne sont pas prêts de sauter le pas d’un Monde sans armes Nucléaires. Allez savoir.

Il répondait à la question sur oui ou non le Vénézuela était-il prêt à fournir l’Iran en uranium.

L’avenir du continent Latino Americain : l’unification

C’est probablement sur cet avenir que Hugo Chavez a imprimé sa marque. Bien que la Colombie, le Pérou et le Chili continuent à résister au modèle imprimé au sous continent, l’union des pays de l’Amérique Latine et des Caraïbes est une réalité palpable et qui avance tous les jours. Ces tiraillements avec la Colombie voisine, il les mets sur le compte des évènements conjoncturels.

Sur la situation économique et politique intérieure, on lui reproche de museler l’Opposition en accusant systématiquement ses Opposants les plus menaçants de corruption qu’il emprisonne par la suite. Il répond que la Justice est indépendante et libre au Vénézuela et que tous ceux qui sont en prison ont été pris la main dans le sac. Véridique et vérifiable.

On lui oppose qu’il n’accepte pas les critiques. Il répond qu’il a le droit de répondre, lui aussi.

On lui reproche son économie en récession, faisant valoir que c’est le seul pays du sous continent à l’être, alors que les autres sont en croissance, et la production pétrolière en chute et l’inflation. Il répond que l’économie du Vénézuela repose principalement sur les recettes pétrolières et la crise financière mondiale a frappé de plein fouet le secteur qui a été contraint de baisser sa production de 300 000 à 400 000 barils. En fait, ce que Hugo Chavez ne dit pas, c’est que l’Arabie Saoudite et les Emirats faussent le marché et la stratégie de l’OPEP dominé diplomatiquement par l’axe Iran/Vénézuela. La guerre en Lybie est aussi passée par là.

Et les derniers gisements qu’on découvre en Afrique plus l’intrusion de l’Amérique dans cette géopolitique du pétrole notamment dans les pays Arabes du Golfe, au Soudan et en Afrique, combinés au bras de fer que le colonel Kadhafi, Chavez et le président Iranien menaient contre ’L’Impérialisme Occidental » qui corrompt les règles de l’OMC et du commerce international en manipulant les termes de l’échange, économiquement, militairement (par les déclarations de guerre) ou encore diplomatiquement (par des accords de coopération bilatéraux iniques) – tout ceci ajoute et complique les problèmes économiques des pays qui ne se soumettent pas à l’impérialisme occidental mené par l’Amérique.

Au final, une sorte d’embargo déguisé, pour sanctionner les nationalisations du Vénézuela et les velléités de gestion souveraine des richesses d’un pays, sans que l’Occident ne mêle son nez et sa pâte dominatrice et corrompue est en place pour pénaliser l’Iran et le Vénézuela, après Cuba (Castro, qui a tenu bon pendant 50 ans) et Tripoli (Kadhafi).

Chavez avait compris tout le manège et restait debout, contre vents et marrées. Il a soutenu le colonel Kadhafi, lors de l’intervention de l’OTAN en Lybie. Il soutiendrait certainement Assad aujourd’hui, lorsque le Président Syrien dit en plus que le printemps Arabe, le soi-disant printemps n’a rien donné, ni au Yémen, ni en Egypte, ni en Lybie. En fait, tout ceci a accouché d’une souris et de pseudo-dirigeants incapables de gérer un pays. Les évènements ne lui donnent pas tort.

Réagissant à la guerre silencieuse au Mali, Chavez a invité le continent latino Américain et l’Afrique à unir leurs forces face à l’Impérialisme de l’ Occident. J’aimerais bien savoir ce que Mélenchon pense de cela, lui qui a eu cette phrase merveilleuse hier disant de Chavez que « ce qu’il est ne meurt jamais ».

Ce n’est donc qu’un Aurevoir au Président Commandante Chavez.

Pour allez plus loin dans la pensée internationale de Chavez :

Pour Hugo Chavez, l’opération de l’OTAN en Libye était du pillage.

« Si Obama avait tenu ses promesses de campagne, il serait déjà mort » : Hugo Chavez.

Crise Libyenne.  Quand Hugo Chavez dénonçait une campagne de mensonges cousue main.

Le livre offert à Obama par Chavez sur 500 ans de pillage du Continent par l’Amérique.

Chavez. Death of a Hero.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*