Les sondages à la viande de cheval de BVA. La carte « sympathisant de l’UMP » n’existe nulle part pour valider un sondage.

Share Button

Vous avez lu le sondage mensonger indiquant « 2017 : 54% des sympathisants UMP pour Sarkozy ».

Question initiale : existe-t-il une carte « sympathisant d’un parti » ? Non. Donc sondage irrecevable. C’est la troisième fois qu’on veut nous faire le coup des « sympathisants de l’UMP qui disent que… » ; un peu comme cette viande 100% cheval et de porc vendue pour du pur bœuf.

La première fois, c’était pendant la campagne-duel Copé/Fillon donnant Fillon largement vainqueur.

La seconde fois, c’était dès le lendemain de l’annonce de la candidature de NKM à la Mairie de Paris. On la donnait à égalité avec Fillon devant Anne Hidalgo tant au premier qu’au second tour. Faux, avais-je dit.

Fausseté qui échappe ici-même à la vigilance des livreurs de cette troisième tentative tout aussi mensongère diffusée samedi dernier, où Fillon obtient 16 % devant NKM 10%  parmi les sympathisants imaginaires de l’UMP qui voudraient voir l’un ou l’autre représenter l’UMP à la prochaine élection. Le Maire, 9%. Copé, 5%. Tu m’étonnes. Tout ceci pour mettre NKM en orbite, à partir d’une catégorie objectivement difficile à saisir. Suffit-il de déclarer qu’on est sympathisants UMP pour l’être pour de vrai? Y a-t-il un fichier qui recense des personnes sympathisantes de l’UMP et qui se porte garant de la véracité de cette déclaration.

Donc, on raye cette livraison de BVA d’un trait oblique rouge et on mentionne à côté «SONDAGE NON PERTINENT » et toujours en rouge, en-dessous, on mentionne et on souligne  « INDUIT Les électeurs en erreur – A REFAIRE ».

Alors pourquoi faire passer des mensonges en douce via des sondages intentionnellement montés pour manipuler l’opinion ? Et comment peut-on espérer que la manip marche ?

Dans le dernier billet politique, j’ai évoqué la primaire républicaine où la Gauche et les médias et les instituts de sondages ont fortement perturbé le jeu. Médias, gauche et instituts de sondages, c’est comme en France et ailleurs en Europe, presse majoritairement de Gauche, voire gauchisante.

Une fois qu’on a dit cela, il faut s’empresser de dire que la manip’ ne peut proliférer que sur le terreau de la haine, de la destruction des compétiteurs et du jeu perso. L’UMP traverse la même phase autodestructrice que le GOP américain. Trop d’ambitions et un logiciel périmé ainsi que des résultats mitigés. La Gauche peut s’en donner à coeur joie. A titre de rappel, tous les sondages des élections américaines étaient faux. TOUS sans exception.

Comment cela a-t-il été possible ?

Il y a des raisons purement mercantiles, l’élection présidentielle étant un grand moment de ferveur et d’engagement-citoyen, le moment constitue une formidable opportunité de se faire du fric. Aux States, en plus, la vidéo fait partie du jeu et le fric dégouline. Plus il y a du suspense, plus on donne l’issue indécise, plus les gens sont attirés et plus on vend de tout.  C’est le business médiatique, des sondages et de la publicité qui en profitent le plus.

L’autre facteur clé est l’argent. Les milliardaires se sont rangés spontanément du côté de Romney et Obama avait le peuple. Le total des donations mensuelles est en soi un indicateur de la popularité, de la performance et de l’avance d’un candidat. Ici, c’est purement mathématique.  Va-t-on échapper à cela en France ?

Conclusion provisoire.

Les sondages mentent volontairement pour entretenir un faux suspense. C’est commercial. Mais ça peut devenir financier et là, attention aux sondages à la viande de cheval. Et à l’intrusion des forces économiques dans la fabrique des hommes politiques qu’ils peuvent manipuler comme des marionnettes. Lire le billet sur les dessous du duel Copé/Fillon.

Par ailleurs, nous ne pouvons que trop conseiller aux sondages de traduire les pourcentages en nombres exacts. Ce serait plus fiable et plus parlant.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*