Goodyear et les lettres titanesques de son Président qui frappe là où ça fait mal. Aïe !

Share Button

J’en ai rêvé. Titan l’a fait.

Bulletin politique d’une semaine économique enflammée en France par le PDG de Titan et la réponse du sourd Ministre du Redressement Productif qui n’a rien compris au courrier du PDG de Titan. Le PDG lui parle de l’organisation de la profession et de la professionnalisation et rien que de cela.

Lui il répond par des déclarations générales et le prêche de la bonne parole. Cela a été, cela est et cela sera. La France est au top répond-il.

La prose du Ministre du Redressement Productif ne résiste pas aux faits et au Réel. Bruxelles n’est pas convaincu par le verbiage incessant de la promesse d’un lendemain on rase gratis et toutes les annonces sur la baisse du déficit et sur la croissance magiquement retrouvée tombent sous l’épreuve du réel.

De 3%, le déficit sera de 3,7% et encore, c’est le chiffre actuel qui pourrait empirer. Et de 3% de croissance garantis par le non moins Ministre de l’Economie, on est retombé à 0,8 % rappelés par Laurent Fabius pour arriver aux chiffres de Bruxelles : 0,1%. Désavoeu total.

Alors, le même non moins que Ministre de l’Economie est de sortie pour continuer la fable.

Moscovici à la ramasse. Séquence comique.

Le gouvernement réduira le déficit à 3% en… 2014, dit Moscovici. Rires, ah ah ah ah Après l’esbroufe, le comique de situation. Bien sûr, il faut le croire sur parole. En Janvier, il jurait encore à s’étouffer que le gouvernement réduira le déficit à 3% en…2013.

Le Figaro rapporte ceci. Dans le contexte actuel, il est indispensable que nous puissions laisser jouer les stabilisateurs automatiques pour soutenir l’activité », a dit Pierre Moscovici lors d’une conférence de presse, sachant qu’ »il est n’est pas question de relâcher l’effort structurel en 2013″.

Commentaire. On peut vous croire sur place, Mr. Le Ministre du mensonge, comme il fallait croire son contraire….

« Nous ne sommes pas en train de préparer un collectif budgétaire, nous n’ajouterons l’austérité à la récession », a-t-il ajouté. Il a précisé que la France documenterait dans les semaines qui viennent les mesures d’économies qui permettront de réduire le déficit à 3% du PIB en 2014.

Commentaire. Lesquelles s’il vous plait ?

« Pour tenir l’objectif de 3% en 2014, nous avons déjà décidé un certain nombre de mesures d’économies », a-t-il poursuivi.

Au delà, l’objectif d’un retour à l’équilibre structurel des comptes publics est maintenu pour 2017, a ajouté Pierre Moscovici.

Commentaire. Paroles en l’air sans rien pour les valider. Que des promesses trouées.

Il arrive toujours un moment où les mensonges surtout empilés se brisent net sur le roc de la réalité. Le temps des promesses est fini. Place à l’action et aux actes.

Déjà, Bruxelles a placé la France sous surveillance négative et rapprochée. En 2014, ce sera l’amende. Et si Standard and Poor’s vient à la rescousse de la France, en la sortant de la case des prévisions négatives, c’est pour redorer son propre blason terni par sa responsabilité directe dans la crise financière historique de 2008.

L’esbroufe des guerres des changes de Pierre Moscovici, qui, il y a peu encore claironnait partout qu’il se portait en rempart de cette guerre, n’était qu’un leurre de plus, une diversion que Mme Lagarde a sévèrement balayée à la clôture du dernier G20 de Moscou en disant fermement que la guerre des changes n’a jamais eu lieu. Bref, c’était une affabulation. Encore une.

Extrait de la transcription du point presse de Mme Lagarde, à la clôture de la réunion des Ministres de Finances et des Gouverneurs des Banques centrales du G20, Moscou, 16 Février 2013.

QUESTION : Il semblerait que vous n’ayez pas considéré la guerre des monnaies dans votre meeting ?

Mme LAGARDE : Zero currency war. Okay ? That’s very simple. Je dois le dire encore et je serais heureuse de le répéter autant de fois que nécesaire…. Le panier des monnaies, la manière dont elles sont définies est une question qui n’a pas été discutée au cours de ce G20 et ce n’est en aucune manière le top de l’agenda en ce moment.

Tout ceci a été dit devant le non moins Ministre de l’Economie qui n’a dit mot.

Après avoir nié que son budget était biaisé, en jurant tous ses grands Dieux, il a maintenu, contre Laurent Fabius qu’il était dans le vrai. Finalement, il va Renégocier les deficits publics ? Rires. En attendant, Bruxelles a d’ores et déjà placé la France sous surveillance.

Titan vs Montebourg : l’un parle de l’avenir, de l’organisation du travail et des rythmes du travail ; du rendement et de la productivité en professionnel donc. L’autre nous parle du passé et de la politique.

Un Ministre de l’Industrie devrait être un Professionnel et non un Politicien doublé d’un politicard intéressé expert en négoces de voix électorales. Un Ministre de l’Industrie voire du Redressement de la production en France devrait être un chef d’entreprise et non des politiciens qui ont construit toute leur carrière dans le parti, sans jamais rien créer de leur propres mains ou avec leurs cerveaux ?

Montebourg qui ne comprend rien au business mais fait confiance à la toute puissance étatique et à sa brosse à dents et à son dentifrice 100% made in France. Attention quand même à vérifier la composition des dentifrices et des fibres des brosses à dents. On pourrait avoir des surprises.

La BPI vient encore de mettre en scène une telle ineptie. Trois politicards nommés pour diriger une banque. Un expert en pantouflage bancaire à sa tête, J. P. Jouyet, passé de la Gauche Jospiniste à la Droite Sarkozyste pour revenir à la Gauche sauce Jospiniste/Hollandaise aujourd’hui. On connaît le bilan de ces pantouflards politiciens dans les banques qu’ils ont toutes laissées en faillite. La Société Générale en paie encore le prix. Le Crédit agricole souffre. Il est vrai que celles-ci ont suivi les voies de la facilité des rachats des bons des gouvernements et des investissements à l’étranger.

Mme Royal et J.P. Huchon à qui on trouve déjà une voie de garage, car il ne sera pas réélu à la tête de la Région que Duflot lui a concédée aux dernières élections provoquant l’hilarité de Daniel Cohn Bendit qui avait qualifié cela de « déni démocratique ». Une honte cette élection.

Pour Mme Royal, je ne dirais rien, sinon que notre Président lui devait bien cela. Il a une compagne à l’Elysée, une autre qui brigue la Mairie de Paris et qui est bien placée dans la course, faute de concurrent(e)s en face, à moins que Cécile y aille. Après tout, les socialistes lui doivent bien cela : elle a fait cadeau de la Région à J.P. Huchon pour lui éviter la débandade. Il est temps de renvoyer l’ascenseur. Eh oui, tout marchandage a son revers. Voici venu le temps de ce revers : les Verts ont toujours servi la soupe au PS, Mme Eva Joly n’a pas failli à la réputation, elle a dû obtempérer aux ultimatums de son staff de campagne qui l’avait élue elle pour cela. Au moment des faits, elle n’avait pas bien compris qu’on l’avait préférée à Nicolas Hulot moins malléable pour cette raison.

Le PS doit rendre aux Verts ce service : leur laisser la Mairie de Paris, puisque cela n’intéresse pas l’UMP ni l’UDI plus que cela : ils ne pensent qu’aux présidentielles. Plus dure sera la chute. Ca ne serait que Juste retour des choses pour les Verts soumis dans l’association scabreuse Verte-Rose. Mme Royal est donc légitime à sa part de gâteau. On ne commentera pas plus cela, puisqu’il n’y a pas de raison qu’elle paie alors que tout le reste se goinfre. Et elle n’est pas la moins compétente. Alors… Que le festin des Gaulois continue de plus belle !

On a même appris qu’il y a vait un Ministre de la viande dans ce gouvernement, seulement à l’occasion du scandale de la viande 100% cheval étiquettée comme viande 100% boeuf. Et c’est le Royaume Uni qui détecte la fraude en faisant des contrôles sur une société française Spanghero non contrôlée par le gouvernement Français pourtant pléthorique.

Tout ceci déteint évidemment sur l’Europe. Personne n’y croit plus. L’Europe ne sévit pas, elle est laxiste et favorise les dirigeants qui percevant leurs salaires exorbitants n’ont que faire des peuples et de la situation des nations. Prends l’oseille et tire toi est leur devise. Le jour où l’Europe sanctionnera et excluera les Etats fainéants et tricheurs, champions de l’esbroufe, alors, elle commencera à avancer. Entretemps, elle fait le jeu des fainéants et décourage ceux qui veulent avancer.

Cumuls des mandats reportés aux calendes grecques, révision consititutionnelle abandonnée sur presque tout, croissance zéro, déficit irréaliste… un malheur ne venant jamais seul, il y a l’enlisement du Mali qui se dessine et la prise d’otages malheureuse au Cameroun, des français qui seraient retenus au Nigéria… Bref, mangez des pommes. Je voulais dire des bananes, c’est mieux et buvez de l’eau.

« Aucun des projets de révision constitutionnelle évoqués en début d’année par François Hollande ne verra le jour  : qu’il s’agisse de la réforme du statut pénal du chef de l’État, du Conseil Supérieur de la Magistrature, de la suppression de la Cour de Justice de la République, de la remise en cause du statut de membres de droit du Conseil Constitutionnel accordé aux anciens chefs de l’État, ou encore de l’inscription de la démocratie sociale dans la Constitution ».

Lire aussi. Déficits Français : l’étonnante clémence de Bruxelles dans le Figaro. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*