BREXIT. LE ROYAUME UNI VICTIME DE SON PROPRE SUCCES DANS L’UNION EUROPEENNE.

EDITO

REPRENDRE POSSESSION DE SOI DEVANT L’OCCUPATION PLANETAIRE EST UNE URGENCE – EN CELA CE BREXIT – QU’IL SE CONCRETISE OU NON – EST UNE ALERTE PLANETAIRE.

ON ANNONCE LE DELAI DE CINQ ANS POUR LA CONCRETISATION D’UNE EVENTUELLE SORTIE DU ROYAUME DE L’UNION.

ON ANNONCE EGALEMENT UN AUTRE BREXIT AVEC LA SORTIE DEJA PROGRAMMEE VOUS DIT-ON DE L’ECOSSE DU ROYAUME. IL SUFFIT D’UN AUTRE REFERENDUM.

UN REFERENDUM PEUT DONC EN CACHER UN AUTRE COMME UNE SORTIE APPELLE UNE AUTRE ? PAS SI SUR.

ON PREDIT UN AVENIR PEU GLORIEUX AU ROYAUME FAISANT CAVALIER SEUL. L’AVENIR N’ETANT ECRIT NULLE PART, ON VERRA.

COMME DIRAIT MITTERAND « IL FAUT LAISSER LE TEMPS AU TEMPS ».

ET MICHEL ROCARD AJOUTERAIT QUE LE ROYAUME-UNI NE POUVAIT PAS ACCUEILLIR TOUTE LA MISERE DE L’EST ET DU SUD DE L’EUROPE ».

DE L’EST AVEC L’IMMIGRATION POLONAISE MASSIVE EN PREMIER.

DU SUD, UNE FORTE IMMIGRATION EN PROVENANCE DE L’ESPAGNE, DU PORTUGAL, DE L’ITALIE ET DE LA GRECE. ET PROBABLEMENT DE LA FRANCE.

BREF LE ROYAUME-UNI A ETE VICTIME DE SON PROPRE SUCCES DANS L’UNION.

UNE AUTRE AVENTURE ATTEND LE ROYAUME. SOUHAITONS LUI QUE CE SOIT POUR LE MEILLEUR DES MONDES.

UNE SOLUTION FINALE PEUT EN CACHER UNE AUTRE.

IL N’Y AURA PAS DE SECOND REFERENDUM CONCERNANT LE BREXIT. DONT ACTE.

NIKOLAÏ STARIKOV – BREXIT : C’EST LA TÊTE DU MONDIALISME QUI LÂCHE L’UE
>
> Selon l’analyse de  l’historien russe Nikolaï Starikov, le BREXIT est le signe que City Corp. veut abandonner l’UE,
> vouée désormais à devenir une terre des prochaines convulsions et conflits.
>
> https://www.youtube.com/watch?v=J88Jgcjc5t4&feature=youtu.be

LA CHOSE N’EN EST QUE PLUS DRAMATIQUE.

***

Extrait. « As both the UK and EU head into what all agree are unchartered waters, there are various – highly putatative – options for Scotland, but having a major say in the UK negotiating position, to be decided before Brexit is triggered, may be the most plausible.

May appointed a trio of hardcore Brexiteers, Boris Johnson as foreign secretary, Liam Fox as international trade secretary, David Davis as Brexit minister, this week to negotiate leaving the 28-member bloc.

By that she pleased the right of the Conservative party, and UKIP, while also leaving the option open of blaming them if negotiations go badly.

In heading swiftly to Edinburgh, May was emphasising her strong support for the union and for keeping Sturgeon’s devolved administration involved in the Brexit negotiations, a Downing Street spokesman said.

“I believe with all my heart in the United Kingdom,” May said in a statement Friday.

“This visit to Scotland is my first as prime minister and I’m coming here to show my commitment to preserving this special union.