Que vaut encore la démocratie aujourd’hui ? De New-York à Alger. L’air du Temps.

Share Button

L’Afrique Réelle

Subject: Pourquoi Manuel Valls a-t-il « twitté » une photo du président Bouteflika grabataire ?

La photo d’Abdelaziz Bouteflika prostré et quasi moribond rendue publique par Manuel Valls sur son compte twitter officiel a fait l’effet d’une bombe en Algérie. Jusque-là, tous les Algériens savaient bien que leur président était malade, mais les images soigneusement filtrées par son entourage le montraient, certes diminué et sur une chaise roulante, mais intellectuellement capable de tenir une réunion avec ses visiteurs étrangers, donc de gouverner le pays.

Sur l’image en question, la scène qui apparaît est pathétique, avec d’un côté un Manuel Valls en pleine forme et de l’autre, un Bouteflika hagard, absent et quasi momifié. Or, depuis plusieurs mois, la société civile algérienne demande l’application de l’article 88 de la Constitution qui permet de constater la vacance du pouvoir. Au contraire, le clan présidentiel affirme contre toute évidence qu’Abdelaziz Bouteflika n’a qu’un problème de locomotion…

Pourquoi le Premier ministre français a-t-il publié cette photo qui fait exploser l’argumentaire officiel algérien et qui fragilise encore plus l’actuel pouvoir ?

Il y a trois explications à cela :

1) Celle de la légèreté et de l’inconscience de Manuel Valls ne convainc pas.

2) Le désir du Premier ministre de « venger » le journal Le Monde dont les journalistes avaient été privés de visa par Alger, pas davantage.

3) Reste alors l’intervention volontaire et directe dans le jeu politique algérien. Mais pourquoi et au profit de qui ?

Clés de compréhension et d’explication :

La suite de cette analyse est réservée aux abonnés à l’Afrique Réelle. Pour la recevoir par courriel, vous devez être abonné.

Pour vous abonner : http://bernardlugan.blogspot.fr/p/abonnement-reabonnement.html

******

Flash du monde. L’air du Temps. A suivre sur radio silence.

DSC_0295

Orange, la couleur du jour et du moment.

Il fut un temps où les hommes politiques avaient une conscience, une éthique et une Morale. Aujourd’hui, ces mots sont considérés comme des mots creux. A New York, au lendemain de l’affrontement démocrate entre Hillary et Bernie Sanders, la nouvelle d’un vote entaché d’irrégularités – pour ne pas dire fraude organisée – est tombée comme un couperet. A Brooklyn, la responsable du fichier électoral a purgé le listing de pas moins de cent mille (100.000) électeurs qui n’ont pas pu voter. Interrogée, elle parle d’opération de nettoyage routinier des listings électoraux.
Sanction immédiate : licenciement sans solde avec effet immédiat. Le Procureur Général de New York poursuit l’enquête.
Simultanément, le Maire de la Ville est lui aussi happé dans le tourbillon. Motif : caisse noire électorale. Ce dernier a fait une sortie impromptue, à la dernière minute, pour soutenir Hillary lors de la primaire, renouant ainsi avec la tradition des embuscades et de la guérilla urbaine de New York. Caisses noires, argent sale, servant à acheter les électeurs et les élections, à  la corruption et finalement à la fraude des élections sénatoriales. L’Amérique renoue avec ses démons : la culture de la prohibition, le Far West et les chercheurs d’or devenus politiciens entretemps, et/ou affairistes de Wall Street, et/ou planqueurs de magots dans les paradis fiscaux ; le KKK recyclé en violence armée…
– invisible (médias (chiens d’appartement, plagiaires experts l’air de rien et porte flingues de leurs Maîtres chiens, technologie et consorts)
– et visible (industrie de l’armement et guerres de l’Amérique dans le monde).
Ce sont les mêmes qui nagent dans le même Océan de Sang.
LA CIVILISATION OCCIDENTALE MARCHE A UN CARBURANT : LE SANG HUMAIN.
 
PENDANT CE TEMPS-LA, SA VICTIME EXPIATOIRE ETERNELLE, L’AFRIQUE AGONISE. LES PAYS ARABES, TOMBES DANS LE PIEGE DES SIRENES DEMOCRATIQUES VENUES DE L’OCCIDENT, POUSSENT LES MEMES CHANTS DU CYGNE.
 
 DU VAMPIRE REPU DE SANG A LA VICTIME EXSANGUE… ELLE EST BELLE LA CIVILISATION.
*************
Nos amis les médias sont des racailles de la pire espèce et Reporters sans Frontières les défend. Il semblerait qu’ils seraient victimes des dirigeants qui les empêcheraient de faire leur travail ; victimes aussi des médias sociaux qui les agressent (bully). Ils, les médias d’avant. Oh les pauvres petits, mignons comme tout, pauvres toutous en foire, pauvres trous des balles, pauvres tout quoi. Tu parles ? Si le gouvernement fantôme mondial existe et commet tous ces crimes abominables, c’est grâce à leur chiens enragés, les médias. Fouille merde et pissoirs. Je pèse mes mots.Si le monde va mal, c’est aussi hélas, par notre lâcheté collective à nous, les citoyens.On vole les élections et toute la merde et la misère du monde est contente.On recycle la merde en boucle et tout le monde regarde.Pire, les « Grands » pitres et pantins de ce monde exultent ; normal, suppôts, ils étaient, suppôts ils resteront à jamais.On tue, les chiens continuent à rôder. Normal, chiens on a été, chiens on restera.

 

Finalement, c’est Mitterand qui avait raison :  la race humaine ne vaut pas une messe. Elle s’est corrompue, prostituée et prosternée au-delà du pensable et, plus ça va,  plus c’est.

Les opportunistes et arrivistes de tout poil sont encore pire que les Nobles, les Bourgeois et les Rois. C’est une humanité dégénérée, dégradée et dissolue.

Ce cycle durera ce qu’il durera et, au bout de cette histoire sordide, peut-être assistera-t-on à ce que la Directrice d’un grand organisme me disait au Cameroun : un coup d’Etat des Anges.

Pour connaître le système fantoche qui domine le monde, il faut connaître l’ordre des médias et la façon selon laquelle ils rongent la terre, les gradins et les murs ; sachant que les médias ne sont en fait que les piètres exécutants et esclaves de leurs Maîtres, j’ai nommé leurs propriétaires. Dis moi qui possède les médias, je te dirais qui gouverne le monde. Quant à leurs méthodes, il faut le vivre pour croire qu’un Etre Humain peut passer toute sa vie à vivre de sang, de la sueur, des corps, des sexes, de la vie des autres. Il faut le vivre pour savoir que ce qui se présente à vous sous la forme d’un corps humain n’est qu’une enveloppe, sorte de hologramme vide, remplie de gaz carbonique qu’ils soufflent – ils sont nombreux et prolifèrent – sur le monde en continu.

L’air est donc irrespirable – mais on continue à vivre, l’air de rien, n’est-ce pas ? C’est mieux ainsi. C’est cet air que je décris dans le flash sur le monde – Sans projet, sans avenir, sans surprise, toutes émotions tuent. Le faire-semblant ou comme si devient la norme. Et, par delà tout, l’expression d’un contentement béat est exigible, sinon, gare à vous, vous serez traité de ringards et de gémisseurs. C’est ce qu’Obama vient de dire aux Black Lives Matter.

Faut-il être un pantin pour se dire heureux dans ce monde et satisfait de lui ou pour le diriger ? Question.

Existe-t-il une issue ? Oui. Le peuple. Mais qui pour conduire le peuple ? That is another question. Qui pour le conduire, sachant que les foudres des chiens déchaînés vont s’abattre sur ceux qui veulent la Liberté guidant le peuple.

La liberté ne guide plus le peuple. C’est le règne de la Servilité qui guide le peuple et le monde.

Quand Hitler a parlé de rats, on a cru qu’il désignait une race – peut-être – ;  mais ce qui est sûr c’est qu’il voyait au-delà de ce que les autres voient : un Système de malfrats opérant dans les égouts ou les catacombes, sans pareil dans l’Histoire de l’Humanité. Et pourtant tout paraît propre par-dessus. C’est un trompe-l’oeil : la vérité est tout autre :

On triche et vole les élections en Afrique comme aux Etats-Unis.

On reste aussi longtemps aux postes gouvernementaux en Afrique, comme en France, en Allemagne et aux Etats-Unis.Les crimes politiques sont commis par les médias occidentaux – en bandes de lâches, de chiens et de soumis – comme partout ailleurs.

Je dirais même plus : l’Afrique et les pays soi-disant sous-développés sont plus démocrates et plus civilisés que l’Occident aujourd’hui ; cet Occident qui n’a plus de civilisation que les mots et les discours tous creux.

L’Occident est passé maître du crime organisé tant nationalement qu’au niveau mondial, si tenté qu’il soit descendu de son piédestal un jour ? Un premier Avril par exemple. Et leurs responsables ne sont jamais traduits devant la Cour Pénale Internationale. Et pour cause, ils se sont accordés des immunités parlementaires à vie.

Les Grands criminels politiques se promènent librement en Occident. C’est la loi de la Jungle qui y prévaut.Les petites racailles trinquent.

Wall Street ne pouvait être possible que parce que les premiers too-big-to-jail sont les gros poissons politiques. Le passage obligé pour devenir un gros poisson politique est la soumission aux sentinelles et chiens de garde du système.

Ca tourne en boucle et, en protégeant les loups de Wall Street, les politiques protègent leurs propres caisses noires électorales, remplies par les loups de Wall Street qui saignent le peuple.

Wall Street ce sont les patrons des chiens médiatiques.

C’est ainsi que la ronde chante en choeur : ainsi font font font les petites marionnettes…

SOUVENEZ-VOUS QUE LE TRAIN SIFFLE TOUJOURS TROIS FOIS. TOUJOURS.

L’AMERIQUE N’EST PLUS UNE DEMOCRATIE – HELAS. C’EST UNE SOCIETE AUX ORDRES D’UNE SOCIETE OCCULTE.

Hillary Clinton a volé l’élection de New York au nez et à la barbe du Monde entier. La même méthode dévoyée a été appliquée en Arizona. Il y aura un coup d’Etat des anges, car ceci est impardonnable. Elle aurait été battue à plate couture.

Déjà, son complice de terrain, le Maire de New York, vacille : les New-Yorkais de Brooklyn demandent sa démission. Qu’il saute tout de suite ou pas, son mandat est déjà terni et la fin de ce mandat bel et bien programmée.

S’il y avait une Justice, je n’en dis pas plus. On attend le coup d’Etat des Anges.
Comme cet improbable Purple Rain de Prince, incinéré.

S’il y a une Justice. En attendant, faisons comme si … Tout va très bien Madame la Marquise. Tout va très  bien.

Ca farte ! Faisons comme si nos présidents étaient vraiment élus. Faisons semblants, le monde nous est plus supportable ainsi. Après tout la terre tourne sur elle-même et autour du soleil.

Ainsi va le monde aujourd’hui.

Du jamais-vu dans l’Histoire de l’humanité. De telles brutes.

Mot d’ordre : RE-SIS-TONS.

FUYEZ AUTANT QUE POSSIBLE LES OBJETS CONNECTES.

AYEZ TOUJOURS UN OBJET DE REFERENCE INDEPENDANT.

COUAC A NEW YORK A L’EMPIRE STATES BUILDING – A DEGUSTER CHAUD

J’AI PEUR DE L’ESCLAVAGE PAS DE LA MORT

JE N’EN FERAI JAMAIS UN PLAT DE LA MORT

FUYEZ LE BROUHAHA MEDIATIQUE

REFUSEZ LE MATRAQUAGE FEUILLETONESQUE

REFUSEZ LA MANIPULATION VICIEUSE

LES DEUX MACHOIRES DE LA TENAILLE DICTATORIALE TRAVAILLENT TOUJOURS AU MEME BUT : VOUS FAIRE PRENDRE DES VESSIES POUR DES LANTERNES. TIENS NEW YORK ENCORE.

JE NE POUVAIS PAS MIEUX DECRIRE LA REALITE QUE CETTE CHRONIQUE.

_____________________________________

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*