Flash sur le monde. Les nouvelles chaînes d’esclaves ET LE DESTIN DE HOLLANDE.

Share Button

Au début, ils vous amusent.

Après, ils vous abusent.

Voltaire a dit qu’il fallait cultiver son jardin. Comment le cultiver avec les nouvelles technologies et leur intrusion tous azimuts dans la vie privée, nolens volens? Comment ? La question semble sans issue.

Nous sommes faits comme des rats et « puis c’est tout », comme diraient les Guignols que je salue bien.

Lorsque vous écouterez l’émission, ayez ceci en tête, pour mieux saisir l’ensemble. Repères.

  • lorsque je dis qu’on coupe l’eau et l’électricité, en Afrique, cela peut durer une heure, un quart d’heure ou une journée voire trois semaines. Ni on ne vous prévient de l’heure de la coupure, ni de celle de la remise en service. C’est comme cela, que cela vous plaise ou non. Il paraît que ces coupes sont à mettre au compte des infrastructures dont la capacité n’est pas à la hauteur de la demande. Alors, les fournisseurs jonglent paraît-il.
  • Sauf qu’il y a eu un débat là-dessus – initié par une émission de radio silence.org – qui faisait apparaître que, en ce qui concerne l’énergie, la production va être augmentée – une équipe a été nommée à cet effet et une structure probablement créée. Le Directeur de cette mission a tout de même fait le constat qu’il y a une déperdition d’énergie produite d’au moins 40%, entre la production et la consommation. Comment peut-on manquer d’énergie ? Mystère et boule de gomme.
  • SONEL est l’ancienne compagnie nationale de l’électricité. ENEO est la nouvelle multinationale qui a reçu le cadeau via les privatisations forcées sous l’égide du FMI, il y a un moment. Depuis, il y a cette mise sous-tutelle déguisée en macro-économie.
  • On susurre que le Cameroun vend l’énergie à ses voisins. Parmi eux, la Guinée Equatoriale. Le clou du spectacle c’est, parait-il, lorsqu’on arrive à la frontière entre les deux pays et qu’on constate l’incroyable : côté Cameroun, c’est noir et côté Guinée Equato, c’est éclairé. Mystère et boule de gomme encore.
  • Las, les Camerounais qui le peuvent ont chacun installé leur propre groupe électrogène pour palier à cet inconvénient récurrent. Les cafés et les commerces ont fait de  même. Seuls les artisans souffrent. Mais, nul doute que la Nouvelle Maison de l’Artisanat, flambant neuf va les soustraire à cela. Pour une partie… seulement.
  • Les couturières comme celle dont je parle continueront de perdre de l’argent. Avec zéro possibilité de demander des comptes à un Opérateur Irresponsable juridiquement, puisque inattaquable en Justice. Les cafés perdent également de l’argent et bien d’autres commerces installés à leur propre compte dans les quartiers. Autant dire les petits commerces.
  • Un jour, je suis entrée dans un Cyberlink -, à Nkoldongo, celui où j’allais régulièrement. A peine installée, le courant a été coupé dans tout le quartier. J’ai dû changer de quartier pour me rendre à Tsinga afin d’y trouver un tout petit cyber et m’employer à publier l’article parlant de la double nationalité. Le refus de la double nationalité et un frein au développement de l’Afrique.
  • Il faut savoir que courant coupé, par temps de chaleur équivaut à des nuits sans ni ventilo ni clim.
  • Plus loin dans l’écoute, je parle des « inutiles », c’est que l’Afrique a installé sa diaspora dans la double contrainte : quand elle veut rentrer, eh beh non ce n’est pas possible, because of REFUS de la « double nationalité » ; si elle n’est pas présente, on lui reproche de ne rien faire pour leur pays. Que faire ? Cette même diaspora envoie beaucoup d’argent. Western Union fait du chiffre et s’est d’ailleurs installé à proximité ou dans les banques. Ils ont intégré le réseau bancaire, c’est dire. Le marché est de plus en plus concurrentiel, car il y a de la marge.
  • Lorsque je parle des dates, il faut comprendre Jeudi, vendredi, samedi 20 Février. Le corps est resté à la morgue du 12 Janvier (date du décès) au 19 Février (sortie de la morgue) dans la matinée. Jeudi, je fais la demande. Je vois la réponse négative, corrigée par la réponse positive que je n’ai pas vue, arrivée tard dans la nuit. Je la vois seulement à mon retour samedi dans l’après-midi à moins que ce soit dimanche, j’ai un trou non pas sur le jour de mon retour sur Yaoundé, mais sur le jour où je suis allée au cyber. Mais cela ne prête pas à conséquence, puisque dimanche, le western n’est pas ouvert et puis, finalement, c’est lundi que tout s’éclaire.
  • C’est fou ce qu’on peut flotter, après un décès aussi lourd. C’est fou. Ce qui est inoubliable c’est que les faits relatés ont bel et bien eu lieu entre Jeudi d’avant la levée du corps et le Lundi d’après enterrement.

ON CONNAIT L’IMPORTANCE DES ETRES CHERS LORSQU’ILS ONT DISPARUS. TANT QU’ILS SONT LA ON NE PEUT PAS MËME SEULEMENT COMMENCER A ENVISAGER A QUEL POINT ILS SONT ESSENTIELS A NOTRE EXISTENCE ET A QUEL POINT ILS VONT NOUS MANQUER.

Flash sur le monde – Ecoutez.

Les nouvelles technologies, Apple, Google, Microsoft, les fournisseurs du Net et consorts devaient immanquablement – nous disait-on – nous conduire vers la Nouvelle Terre Promise. Un temps, la prophétie a semblé se réaliser. Puis, est venu le temps de la corruption de toute chose inventée par l’homme. Quand l’argent parle, la vérité se tait.

Quand l’argent parle, la vérité se tait souligne la force corruptrice de l’argent pour un temps donné, car la vérité est comme un torrent d’eau : tôt ou tard, le torrent renverse les barrages de fortune élevés contre ou devant elle.

Le droit d’aînesse par exemple est une vérité incontestable et l’argent ne pourra rien y changer. Je le dis aux Africains en perte de repères familiaux. Because of the quest of money. Qu’ils sachent qu’il y a un hic sur ce chemin : ce hic s’appelle le sectarisme. Qui dit sectarisme dit exclusion et méprise. Ce jeu est auto-destructeur sur le long terme, comme dirait le FMI. Si je mens, regardez où le Président Français se retrouve, à force de pratiquer le sectarisme et le culte des nuls avec le microcosme médiatique des poltrons et des lâches-nés. Une secte qui ne pouvait qu’être fatale au Président Français. Pour le coup, il s’agit d’une secte de vrais parasites et d’inutiles. Rien à voir avec les inutiles proférés en Afrique, on se comprend là-bas, entre gens de mauvaise foi. Quand on envoie des western, on est des bons à quelque chose. Sinon, on est des bons à rien. Mais, on reste ensemble, c’est la famille.

Ici, il y a des critères précis qui peuvent décider de la notation. La presse cul d’aujourd’hui, n’est que racaille, faits divers, ragots, fouilles des égouts, recherche du sensationnel de bas étage saisi du point de vue de la position du rat qui voit quoi, lorsqu’il regarde un être humain : il est tellement bas qu’il a une vision déformée en contre-plongée et voit d’abord de l’homme ou de la femme, ses jambes et son cul. C’est à peine si le regard peut sortir de la butée que constitue l’entre-jambe, vu du sol où ce tas d’ordures se trouve.

Ne voyant que cela, ils rabaissent tout à leur point de vue minimaliste. La démocratie, par terre. La géopolitique détournée et pervertie par cette presse couchée et vile. Les bons à rien qui déculturent et dénaturent tout ce qu’ils touchent. Des corrompus de la pire espèce. Il fallait les voir au moment du mariage homo (1), tous comme un seul homme ou une seule femme, cautionner le fait, sans qu’une seule voix dissonante dans leur camp ne dise un seul mot. Des planqués, des pleutres, sans avis, sans parole, bons à la redite et à la recopie.

(1) Le mariage homo en soi n’était pas le problème, mais alors le débat autour, c’était du Grand Guignol et une mauvaise Farce : une parodie de la démocratie.

Du coup, l’époque offre à tous ces ratés du monde du pain béni : des culs et des corps à vendre. Il suffit de flatter les bas instincts d’une foule déculturée depuis que la télévision existet le tour est joué. Cela commence à vrai dire avec l’arrivée de la Gauche au pouvoir –  Ca plaît aux gueux et aux éditeurs – de la nouvelle édition encanaillée et nullissime, en termes de culture et de goûts culturels. La nouvelle édition c’est comme les nouveaux riches, des opportunistes, des parvenus, des imposteurs. Normal qu’on retrouve les journalistes au panthéon de ceux qui se plaignent le plus de leurs conditions de travail et de leur métier de merde. Tu m’étonnes.

N’importe qui peut devenir journaliste aujourd’hui, puisque n’importe qui l’était déjà. Il suffisait d’écarter son entre-jambes en séance de promotion canapé ou embauche. Hommes et femmes confondues.

Que de la poudre aux yeux : la presse, la presse. Mon cul oui !

Chacun de nous devra créer sa propre agence de presse ou son propre organe de presse. Déjà Facebook le permet. Vous pouvez créer votre propre réseau de lecteurs sans passer par ces poussiéreux. Idem pour l’édition qui suivra le chemin. Le Ebook d’Amazon est happé par l’air irrespirable des rats planqués partout dehors pour tirer le maximum à eux et appauvrir les autres en sabotant leur travail, voire en volant. Qu’ils n’oublient pas le destin de Hollande : tout bien mal acquis ne profite jamais et les malfrats et les scélérats finissent toujours par payer leurs forfaits  et cela se passe ici bas avant d’entrer dans les entrailles de la terre.

Tel se croyait Glorieux hier, voilà qu’aujourd’hui, il subit et vit l’humiliation suprême. Tous ces soi-disant journalistes, quand leur entourage sauront vraiment la vermine que c’est, leur famille et leurs voisins, c’est là qu’il y aura des retournements de destins imprévisibles. Les persécuteurs finiront par être pourchassés et traités comme les chiens et les chiennes qu’ils sont. Familles de cette race, vous ne savez pas avec quel démon vous vivez. Si vous saviez que votre époux bave tous les jours en espionnant d’autres femmes chez elles, …. Si vous le saviez, mes enfants, vous fuiriez vos propres parents, amis ou conjoints. Mais, ne nous pressons pas, hâtons nous lentement : LA VERITE FINIT TOUJOURS PAR TRIOMPHER ET LA CONSPIRATION DU SILENCE PAR SE FISSURER. LE DROIT CHEMIN EXISTE. JE L’AI VU A NEW YORK RECEMMENT DANS LA PHOTO QUE VOUS POUVEZ CONSULTER DANS NOTRE POST PRECEDENT.

DANS DROIT CHEMIN IL Y A LE DROIT ET IL Y A LE CHEMIN. TOUS LES DEUX PARLENT DE VERITE.


Le Cameroun se reconcilie avec sa diaspora et lui dit : « On vous aime »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*