Flash sur le monde. Quand le Réveil Citoyen rime avec la Révolution Culturelle.

Share Button

Ecoutez notre flash – LE REVEIL CITOYEN
Zoom sur la Révolution Madrilène.

Plus – Le Réveil Citoyen rime également avec la fin de l’impunité ! Confirmation avec la FIFA.

Blatter et Platini suspendus 8 ans – FiFA : La fin de l’impunité ?

⇒Quid de la course à la présidence de la FIFA ?

Un système tentaculaire à réformer.

Zoom sur L’équation du PM Mariano Rajoy.

Son parti a remporté la majorité élective soit 123 sièges pour 29% de voix. Près de 20% de voix perdues en cours de route qui profitent aux deux partis Podemos (de l’extrême Gauche) et Ciudadanos (le parti citoyen centriste) – dernier venu.

Viennent ensuite le Parti socialiste qui remporte 90 sièges avec 22% de voix. Soit une chute de 7 pts.

Podemos, remporte 69 sièges avec 22% des suffrages.

Et le parti citoyen avec 14% des suffrages remporte 40 sièges. Pas mal pour un lancement.

La Catalogne, la sécessionniste réunit 17 sièges.

Sur 350 sièges, il faut trouver une majorité. Comment faire ?

Compte tenu de la nouvelle donne, tous les partis ont annoncé la couleur :

Podemos est intéressé par un nouvelle Constitution, avant toute alliance.

Le Parti citoyen ne veut pas se diluer dans un grand tout critiqué de part en part.

Le PS n’est pas intéressé par une alliance, étant contre l’austérité du Parti conservateur du PM Rajoy.

La Catalogne a un contentieux avec ce gouvernement sortant qui a refusé de reconnaître la validité de son référendum demandant son autonomie de l’Espagne.

Cela commence à ressembler à une Tragédie Grecque.

Solution une. Le PM revoit sa politique et peut convaincre certains de le rejoindre. Quelles sont les concessions qu’il est prêt à faire, sans diluer son parti et se renier ? Apparemment il est prêt à tout pour que l’Espagne ait un gouvernement opérationnel. L’Espagne avant tout, a-t-il dit.

La Constitution ne fixe pas de limite de temps à la formation des alliances et d’un gouvernement. En Théorie. En pratique, une telle situation vue en Suisse je crois, n’est pas durablement tenable et l’Espagne perdra en crédibilité économique auprès des agences de notation et du crédit. Au final, à proscrire. Stratégie à haut risque puisque introduisant de l’incertitude pour les marchés comme on dit.

Solution 2. Le PM prend le risque de gouverner en étant minoritaire. En comptant sur les bonnes volontés…. Là aussi grosses incertitudes sur la stabilité politique.

Solution 3. Le PM convoque une nouvelle élection pour un vote plus clair. Ce qui valide, après coup, la demande de Podemos, de revoir la Constitution.

Comment en est-on arrivé là ?

Le parti conservateur a adopté l’austérité et les réformes. Sur le plan des réformes, tout le monde a dit tout le bien du travail du PM.

C’est au niveau des dommages collatéraux de ces réformes que les choses coincent :

  • hausses d’impôts
  • chômage vertigineux surtout chez les plus jeunes
  • dépenses publiques en baisse
  • scandales sur la corruption des hommes politiques
  • le problème Catalan qui traduit un malaise de gouvernance
  • retour du status quo en politique, un peu comme si les partis d’alternance se pensaient « too-big-to-fail ». Et comme l’avait si bien résumé Bernie Sanders, un des trois candidats démocrates aux primaires américaines : « si vous êtes trop gros pour faire faillite, c’est-à-dire « au-dessus des lois », alors vous ne devez pas exister – dans un Etat de Droit, cela s’entend.

Telle une addition soustractive, l’austérité s’assimile à une potion amère.

Ecoutez notre flash – LE REVEIL CITOYEN.
Zoom sur la Révolution Madrilène.

_____________________________________

Dernières nouvelles. Ce Mercredi, le leader socialiste annonce qu’il ne soutiendra pas les efforts du PM Rajoy dans sa tentative de formation d’un gouvernement quelle que soit sa forme : ouverture ou minoritaire.

Spain’s Socialist leader won’t support Rajoy in his PM bid

MADRID (AP) — Pedro Sanchez, le leader du parti socialiste a fait cette déclaration aux reporters, après sa rencontre avec le PM Rajoy, qui tente de négocier une porte de sortie pour lui et son parti populaire du centre-droit pour se maintenir au pouvoir, après sa courte victoire aux législatives de dimanche dernier, qui ne lui a pas donné de majorité parlementaire.

Entre parenthèse, il flotte comme un air de revanche des régionales à distance : un peu comme si le PS Espagnol répondait au non au « Front républicain » des Républicains en France sur lequel les socialistes français comptaient tant.

L’Europe, on la voit toujours en marche, en Négatif, très rarement en positif. Un peu sur le modèle de la gestion de la crise des migrants Syriens qui a calé quelque part, on ne sait où ?

Sanchez a réitéré qu’il appartenait  au Parti Populaire de former le gouvernement en premier, car c’est lui qui a remporté le plus de votes. Et si le PM n’y arrivait pas, alors il essaierait de son côté d’en former un.

En attendant, le PM Rajoy doit rencontrer les leaders de Ciudadanos et de Podemos lundi prochain.

Quel type de gouvernement aura l’Espagne ? Un gouvernement dirigé par le Parti Socialiste ou le Parti Populaire ? Ou alors s’oriente-t-on vers une nouvelle élection ce printemps, au cas où aucun des partis ne parvenait à former une coalition gouvernementale ?

En Janvier, le PM Rajoy fera face à un vote parlementaire pour son maintien au poste de PM. Le vote se déroulera en deux temps. Il lui faut plus de 50% de votes pour son maintien et la formation d’un gouvernement dans la foulée. S’il ne les obtient pas, un second vote aura lieu dans les 48 heures après le premier tour et il lui faudra alors plus de voix en sa faveur que contre lui.

Le jeu du pouvoir est tel qu’il permet à un rival de se maintenir en poste, et/ou de s’abstenir moyennant concessions. Ciudadanos a déjà dit qu’il s’abstiendra. Sanchez du PS ne s’abstiendra pas. Il votera contre le maintien du PM Rajoy. Une grande coalition à l’Allemande est donc exclue.

Si l’impasse perdure au bout de deux mois, le Roi Philippe VI convoquera une autre élection.

Traduction de l’article de Yahoo. Exception faite des caractères en rouge.

Bonus. Vous pouvez aussi lire cet article très complet sur le photographie du Parlement et de l’Election de Eurasianews pour avoir une vue complète des enjeux.

Spain In Uncharted Territory After Inconclusive General Election – Analysis

Affaire à suivre à partir de Lundi prochain. Malgré le refus du PS, le jeu reste ouvert.

C’EST ICI QUE JE VOUS QUITTE EN VOUS CRIANT « JOYEUX NOEL » !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*