Régionales. Les attentats du 13 Novembre n’ont pas servi de courte échelle au PS.

Share Button
Les Républicains

Chers Amis,

Voici le discours qu’a prononcé notre Président, Nicolas Sarkozy, ce soir :

Mes chers compatriotes,

Quelques semaines après les terribles attentats terroristes qui ont endeuillé la France, je souhaite saluer les Français qui ont accompli leur devoir civique, marquant leur volonté d’offrir  ainsi  le visage d’une démocratie vivante, d’une République déterminée et d’une France fidèle à elle-même.

Je veux remercier tous nos candidats et nos militants qui ont su trouver, malgré les circonstances, l’énergie pour mener campagne en faveur de l’alternance dans leurs régions.

Après la tragédie qui a frappé notre Nation, le nécessaire rassemblement des Français face au terrorisme ne peut pas mettre entre parenthèses le droit pour chacun d’exprimer son point de vue sur la situation de sa région et sur l’état de la France.

Et le verdict des Français ce soir est clair. C’est un message qu’il nous faut tous entendre.malgré

Les Français souhaitent que la priorité pour tous les responsables politiques soit que la République ne recule plus. Elle a trop reculé et en particulier depuis bientôt quatre années.

Ce message s’adresse d’abord à ceux qui exercent les responsabilités  à la tête de l’Etat et de presque toutes les régions de France. C’est un nouveau signe d’une  profonde aspiration des Français à voir les choses changer dans notre pays. Ce message s’adresse à nous aussi.

Il nous faut entendre et comprendre l’exaspération profonde des Français. L’exaspération de tous ceux qui n’en peuvent plus, de tous ceux qui travaillent dur et qui n’y arrivent plus, de tous ceux qui entreprennent et auxquels on rend la vie impossible, de tous ceux qui se sentent dépossédés du fruit de leur travail, qui ont peur de perdre leur emploi, peur de tout perdre, peur qu’on méprise leur identité et change leur mode de vie. Ne pas entendre cette exaspération serait irresponsable.  

Ce soir toutes les  expressions de cette exaspération doivent être considérées et bien sûr respectées. Celles d’abord qui se sont portées sur les candidats des Républicains et du Centre  mais aussi celles qui ont fait le choix du Front National. Je veux dire à  tous ceux qui ont fait ce choix que nous entendons leurs inquiétudes, mais qu’ils n’obtiendront aucune réponse d’un parti dont les propositions aggraveraient dramatiquement la situation de la France et créeraient les conditions de dangereux désordres dans leur région comme dans notre pays.

Cette défiance qui partout ronge notre pays s’est également exprimée par l’abstention. Dans des circonstances aussi graves, je ne peux me résoudre à ce que plus  de 20 millions de nos compatriotes ne votent pas, notamment tant de jeunes pourtant chaque jour plus inquiets pour leur avenir. Il nous faut entendre  ce découragement civique. Mais je veux aussi dire à tous ces Français qui se sont abstenus que leur silence dans les urnes ne sera pas, ne sera jamais une réponse  à leurs inquiétudes et à leurs angoisses

Dans la situation particulièrement grave que connaît la France, il est crucial que tous ceux qui veulent l’alternance et qui ne se sont pas exprimés aujourd’hui trouvent dimanche prochain le chemin des urnes à l’occasion du deuxième tour. Car dimanche prochain, mes chers compatriotes,  chaque voix comptera.  Il en va de l’avenir de vos régions, de l’avenir de notre pays.

J’appelle tous les Français à se mobiliser en faveur de la seule alternance crédible, celle incarnée par les candidats des Républicains et du centre.

C’est le choix de toutes celles et de tous ceux qui ne veulent pas simplement exprimer un rejet. Mais qui veulent construire pour leurs régions et pour la France

C’est le choix de toutes celles et ceux qui aspirent à  un changement réel et concret dans leur quotidien.

C’est le choix de toutes celles et de tous ceux qui sont décidés à se mobiliser pour que la République ne recule plus.

Et c’est pour cette raison que nous devons impérativement rester fidèles à nos convictions en refusant la tentation trop facile après ce premier tour, de jouer avec les suffrages des Français, en choisissant  je ne sais quel arrangement tactique en contradiction totale avec ce que nous leur avons dit.

La seule attitude républicaine qu’il convient d’adopter pour nos candidats, dans toutes les régions, sans exception, c’est de respecter les Français en leur proposant, avec la constance de nos convictions, une alternance claire.

Je proposerai demain à notre bureau politique de refuser toute fusion et tout retrait de liste.

La clarté et la constance sont les seuls choix politiques à la hauteur  des intérêts de vos régions, mes chers compatriotes, et de la France.

Mes chers compatriotes, j’ai conscience de la responsabilité qui pèse sur notre famille politique. Nous devons rester lucides sur la lourdeur extrême de la tâche qui nous attend. Mais jamais, jamais je ne me résignerai devant un tel niveau d’inquiétude, de  désarroi  et de colère. J’appelle tous ceux qui attendent l’alternance à voter dimanche prochain pour les candidats des Républicains et du centre.

Je vous remercie. 

Vive la République, Vive la France

>> Cliquez ici pour voir la vidéo du discours <<
Amitiés,

Frédéric Péchenard,
Directeur général des Républicains

———————————

Dernières nouvelles. Le Ps se retire de deux grandes régions, Nord Pas de Calais et PACA. Pour faire barrage au Front. Qui sème le Vent récolte la Tempête. Il est normal que le PS règle ses problèmes de ventilation tout seul, comme il a joué depuis 1981 à se faire peur et voilà le résultat. Il comptait sur la Droite pour leur faire la courte échelle constamment et leur arranger les affaires, en insultant cette Droite – c’est leur marque de fabrique – en insultant et la Droite et le FN, leur enfant bâtard entre le PS et les Médias de Gauche. Voici le travail.

Le FN, excroissance homo et gay,  grâce aux conseils des médias à Marine qui a bien joué le coup sur les deux tableaux, a aidé le PS aux présidentielles 2012 pour aujourd’hui se faire payer en cash. C’était clair comme de l’eau de source, qu’à ce jeu dangereux du qui perd gagne, le Front ferait mouche un jour. Déjà les départementales ont sonné l’alerte. Vive  « le mariage pour tous » qui mène à tout et à son contraire.

Pourquoi le PS joue les surpris maintenant ? Le FN et le PS c’est une amitié solide de 30 ans au moins. Il faut assumer maintenant cette amitié-répulsion ?

Sinon, le coup des attentats de Paris n’a pas fait illusion. Les Français sont restés concentrés et, au second tour, la mobilisation devrait faire la différence, à présent que les dés sont jetés. 6 régions sur 12 dans lesquelles le front arrive en tête. Quand même.

La classe politique est éclaboussée et, on ne peut plus faire comme auparavant en disant simplement « front républicain », front républicain, front républicain !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*