Collège. La réforme incompréhensible et la pseudo-intellectualité.

Share Button

Que reste-t-il des intellectuels de France ? Le pantouflage.

 La formule chic du Ministre de l’Education Nationale de la France caractérisant ses contradicteurs de « pseudo-intellectuels » met les pieds dans le plat, tant il est vrai qu’en France, il y a une confusion entre toute personne qui a fait des études et la revendication  du statut d’intellectuel. Ainsi les enseignants qui ne sont pas forcément des intellectuels. Ni même les journalistes, engagés dans la fureur de publier. Fureur entretenue par le capitalisme de copinage et du clonage institutionnel qu’on va renommer ici «le cercle cloné».

« Nous sommes Charlie » proclamaient-ils collectivement et des marches païennes aux allures de cultes de désévangélisation furent organisées à cet effet.

Qu’est-ce qu’un intellectuel ? C’est celui qui pense le monde et qui le décode en ouvrant les esprits à l’intelligence. C’est celui qui révèle « la dimension cachée (1) » du monde. « C’est celui qui dévoile les détours et les artifices – conscients et inconscients – auxquels chaque société a recours, pour tenter de résoudre les contradictions qui lui sont inhérentes et, en tout cas, pour les dissimuler » (Claude Lévi-Strauss).

(1) Livre de T. Hall, anthropologue américain.

Tel un Dominicain, c’est celui pour qui le « livre est un condensé de l’univers, un jardin de poche ouvert sur le vaste monde, un gage de sérieux de la recherche intellectuelle ». Homélie de Monseigneur Jean-Louis Bruguès, prédicateur de la Solennité de la Pentecôte, à l’Eglise Saint-Thomas-d’Acquin (Couvent des Jacobins – Toulouse). 24 Mai.

En France, le marketing éditorial a tué le livre. Le racisme a fait le reste. On publie d’abord les grands scandales PEOPLE et les secrets d’alcôve (signes des temps et il faut vivre avec son temps n’est-ce-pas ?), accessoirement, les copains du Milieu. Vous ne faites pas partie du Milieu, exit : Vous n’êtes pas vendable, car vous n’aurez pas les relais médiatiques nécessaires au commerce et à la vulgarisation d’un livre. Les médias boys and girls-bands, devenus joueurs-écrivains et arbitres-critiques du cercle éditorial ont travesti la littérature française. Qu’ils publient est une chose, mais qu’ils bloquent et organisent le marché à leur profit exclusif et pour leur collectif en est une autre. Les Editeurs s’en fichent : ils font du business. Le marché du livre s’est métamorphosé. Et c’est peu dire.

Et il n’est pas le seul. Heureusement.

Celui de l’Ecrit a également évolué : Internet a desserré l’étau. Dès lors, la question de qui est intellectuel et qui est son « pseudo » n’est pas vaine. Est-ce l’ordre politique et/ou commercial ou l’ordre du discours et des idées qui gouverne l’intellectualisme ?

En se compromettant dangereusement avec le Pouvoir en France, l’intellectuel a abdiqué sa fonction d’Eclaireur pour celle de Fonctionnaire voire d’élu voire du Conseiller du Prince. BHL et Alain Minc étant les dignes représentants de cette dernière catégorie des pantoufleurs.

Le pantouflage désigne cette action qui consiste à aller se lover dans les ors des allées du pouvoir et à y prendre ses aises au point d’oublier sa mission.

Emmanuel Todd, Thomas Piketty, deux intellectuels qui renouent avec l’honnêteté et la distance intellectuelles, loin de son versant militant.

Certes, on n’est pas obligé d’aller à l’affrontement – systématique qui plus est, sauf en cas de nécessité absolue – avec le Pouvoir. L’intelligence et la survie commandent de ne pas oublier de travailler et de gagner sa vie avant toute chose. De regarder à son Ventre donc. Tout le contraire de l’auteur des mots que vous lisez en ce moment, qui n’a rien compris probablement : le sacrifice c’est désuet et ringard. Et puis, les êtres humains avec leur ingratitude n’en valent pas la peine. Pourquoi pas ? Le raisonnement tient.

Pourtant, si on n’est pas obligé d’aller au casse-cou et pipe systématiquement, on n’est pas non plus obligé d’aller à la soupe publique, de faire de la complaisance et de plonger dans l’insignifiance. Piketty l’a rappelé par son refus de recevoir la légion d’honneur, tant le processus de ces médailles a dérivé vers l’insignifiance précisément. N’importe qui est épinglé – c’est une image qui mime le geste diplômant – pour n’importe quoi. Il suffit de faire partie du cercle cloné.

J’avais écrit le clonage institutionnel. Je le renomme « le cercle cloné (2)».

Lorsque je lis les deux critiques de la réforme du collège : celle de Nicolas Sarkozy parue dans le Figaro et celle du vendredi de François Bayrou parue dans le Monde, il me semble qu’on peut les résumer à un mot : la réforme incompréhensible. Ce qui pose d’emblée les questions de méthode en rapport avec la démocratie et le débat public.

Soit le Ministre n’a pas eu le temps d’expliquer sa réforme et elle en subi les conséquences ; soit ce sont les pseudos-intellectuels qui ont un raisonnement biaisé ou limité qui ne comprennent pas l’évidence, auquel cas, il fallait prendre le  temps de l’explication. Que Diable Najat est-elle allée s’occuper du collège qui, pour être un point charnière de l’Education Nationale, n’est pas véritablement un terrain d’enjeu pour l’interdisciplinarité, qui arrive un peu trop tôt ?

Y a-t-il urgence ? Franchement, au point où on en est : Non.

Il y a donc INCOMPREHENSION ici.

Dès lors, on fait payer à cette réforme, la méthode de gouvernement. La réforme est rattrapée par la Politique et la méthode du passage en force. On a connu l’épisode du «mariage gay», passé en force, sans débat public. On refait le coup pour une chose sacrée : l’éducation et la famille.

Plus encore, et c’est pour cela que j’ai cité Lévi-Strauss – voir ci-dessus –  « les détours et les artifices – conscients et inconscients – auxquels chaque société a recours, pour tenter de résoudre les contradictions qui lui sont inhérentes et, en tout cas, pour les dissimuler » il y a ici comme un air de revanche sur les nominations ministérielles – Najat n’est pas un cas unique, c’est juste un de plus. Sa nomination avait laissé plus d’un perplexe. Il y avait comme de la provocation de la part de Mr. Hollande. On découvre également, qu’il y a de la politique internationale derrière les nominations des Ministres issues du Maroc : échanges obligent. Le Maroc préside aux échanges.

Le cas de Najat relève en plus du Népotisme : cette tradition bien française qui permet de retrouver les conjoints et les enfants des dirigeants au cœur de l’Etat aux grades les plus élevés. On avait combattu Nicolas Sarkozy pour la désignation de son fils à l’EPAD.. Je note que le fils Hollande est lui serein et protégé par tous les médias.

L’appareil d’Etat est pris d’assaut par les Héritiers, cette classe d’improductifs par essence et de rentiers, qui,avec tout le fric qu’ils ont, ne créent aucune entreprise, mais sucent tous l’Etat, dès qu’ils le peuvent. C’est comme ces fonctionnaires qui, une fois retraités, se souviennent de la Politique et vont y squatter les mandats, en jouissant d’une double retraite. C’est à  gerber, cette France qui sacrifie le sang neuf pour du vieux.

Le virus de la politique ne s’attrape pas à l’âge de la retraite de la fonction publique, au moment où on ne court aucun risque. Nouvelle classe de prédateurs Républicains. Requins Républicains devrait-on dire, pour la rime et la frime. Rien à voir avec l’UMP rebaptisé « Les Républicains » Hier.

J’ai lu dans le Washington Post, une lecture d’un pseudo-intellectualisme à faire frémir. Le post m’a été conseillé. Le lis qu’un think-tank, basé à Londres, aurait dit qu’il n’y avait aucun lien entre les inégalités sociales et la pauvreté. Autrement dit Pierre de la classe moyenne ou haute ne prenait pas l’argent de Paul de la sous-classe des besogneux.

Ah oui ? Outre le militantisme Droitier de ce type de propos que le Secrétaire Général de l’UMP ne renierait pas, la formule est inexacte et fausse. Si on critique les inégalités sociales, c’est justement en raison de leur charge prédatrice profitant aux uns plus que de raison économique et productive ; ce qui, compte tenu du fait que la quantité de monnaie disponible, ni de biens publics n’est pas extensible de façon illimitée –  même avec un endettement démentiel – ne peut que provoquer la raréfaction par ailleurs et tarir le circuit d’écoulement en aspirant  et en bloquant la richesse nationale au niveau des strates supérieures et moyennes.

Pour le dire autrement et valider l’improductivité des rentiers et la sous-productivité des autres, si ceux-ci créaient de la richesse, du travail  et des emplois, au prorata de leur auto-évaluation, alors il y aurait du surplus budgétaire.

Exemples :

  • Lorsqu’on subventionne les médias, on fait quoi ? On aspire l’argent du bas vers le centre mou.
  • Bernie-Sanders, un des candidats démocrates des présidentielles américaines, a eu cette belle formule :« si on est trop gros pour être déclaré en faillite, alors on est trop gros pour exister ». Il faisait allusion aux too-big-to-fail qui a sauvé les banques faillitaires américaines responsables de la crise financière mondiale, avec de l’argent public.
  • Si vous n’êtes ni une banque « too-big-to-fail » ; ni un média « vache sacrée », c’est-à-dire un simple entrepreneur, la faillite, vous y avez droit.
  • Cet argent aurait mieux servi à financer les PME, véritables créateurs d’emplois et à élever le seuil d’opportunités pour les plus démunis. La Ville de New York travaille activement à cela, car, dans cette ville qui a Manhattan et son grand luxe, la moitié de la ville vit au-dessous du seuil de pauvreté. Bien sûr, Wall Street qui trône dans les environs avec des bonus scandaleux et des salaires pharaoniques dira « mais nous on n’a rien à voir avec cela » ? C’est ce que cette étude anglaise veut nous faire croire et le WP achète cela en se demandant – j’apprécie le trait d’humour en bonne joueuse – « qui peut nous dire ce que font les docteurs ? ». Réponse : ils éclairent le monde et forment les esprits et cela n’a pas de prix.

Si on devait résumer :

Les inégalités sont incompréhensibles et injustifiables. La Mairie de New-York a pris la tête de l’initiative globale ; elle servira de laboratoire intéressant. Son action a une dimension à la fois éducative, pédagogique et urbanistique. Le nouveau Maire n’est pas un businessman.

En France, la Gauche défend son projet sous l’angle des inégalités. Faut-il voir une corrélation ? Difficile à dire, car il faudrait un projet qui ait une dimension globale comme celui de la ville de NY. De plus, les critiques disent que la réforme fait exactement le contraire de ce qu’elle prétend viser.

A cela s’ajoute deux faits irrécusables à savoir :

Qu’une réforme peut pâtir de la crédibilité accordée à son Auteur : à titre individuel ou emblématique d’une politique voire d’un comportement général.

L’opposition aux réformes peut elle aussi être une défense des privilèges et des rentes associées.

——–(2) Le cercle cloné à suivre. Lecture conseillée pour vos vacances, pour une rentrée en forme intellectuelle. 

Sur les Inégalités. Lecture conseillée.

High School Dropout Rates Increase With Income Inequality – Analysis

By

Compared to other developed countries, the US ranks high on income inequality and low on social mobility. This could be particularly concerning if such a trend is self-perpetuating. In this column, the authors argue that there is a causal relationship between income inequality and high school dropout rates among disadvantaged youth. In particular, moving from a low-inequality to a high-inequality state increases the likelihood that a male student from a low socioeconomic status drops out of high school by 4.1 percentage points. The lack of opportunity for disadvantaged students, therefore, may be self-perpetuating.

By Melissa S. Kearney and Phillip B. Levine*

High inequality and low social mobility: the Great Gatsby curve

Concernant les soupçons de pédophilie de nos dirigeants, aux USA, un ancien Président de la House a été mis en examen :

CNN. Former Speaker of the House Dennis Hastert was paying a former student to keep quiet about allegations of sexual misconduct from the time when Hastert was a teacher and wrestling coach in Illinois, two sources with knowledge of the federal investigation say.

Hastert was a teacher and wrestling coach in Yorkville, Illinois, between 1965 and 1981, before entering politics. Hastert was indicted on Thursday on charges of lying to the FBI about $3.5 million he allegedly agreed to pay to an undisclosed person to « cover up past misconduct. »

……………

Former House Speaker Dennis Hastert has been indicted on charges of lying to the FBI and evading currency transaction reports.

Hastert, 73, was the longest-serving Republican Speaker in history, holding the post from January 1999 to November 2006. He retired from Congress in 2007.

Sepp Blatter reste Président de la FIFA. Il a apparemment su trouver les bons mots. Il n’y avait pas aussi de candidats crédibles à lui opposer. 

A PROPOS DES CAMPAGNES DE DESEVANGELISATION L’UNEC COMMUNIQUE CECI SUR L’ISLAM QUI SE MEURT.

L’ISLAM SE MEURT (ru, 30 mai 2015). –  Le site Internet arabe Aljazeera a publié une interview faite en l’an 2006 avec le cheikh Ahmad Al Quataani (cf. http://www.mahomettube.com/uvideos.php?=4284&type=public , ou gloria.tv/media/W4FmTcMb2Q ). Celui-ci est le président de « Phare des Compagnons », institution spécialisée dans la graduation des imams en Lybie. Il dit ceci :

« En Afrique, avec ses 1 milliard d’habitants, le nombre de Musulmans a diminué à 316 millions, dont une bonne moitie réside en Afrique du nord. En Afrique seulement, chaque heure 667 Musulmans se convertissent au christianisme ; chaque jour 16.000 Musulmans se convertissent au christianisme ; chaque année 6 millions de Musulmans se convertissent au christianisme. Après que l’Islam fut la religion de la grande majorité de ce continent, le nombre de Musulmans n’est désormais pas plus qu’un tiers de la population africaine. »

Ensuite le cheikh a donné d’autres chiffres intéressants : En Algérie, chaque année, 10.000 Musulmans se convertissent au christianisme, et 45.000 au Maroc.  En Russie : de 24.321 mosquées en 1927 il ne restent aujourd’hui que 20 mosquées de type musée. Au Kirghiszistandes dizaines de milliers de Musulmans se sont convertis au christianisme entre 2001 et 2004. En Birmanie : de 4 millions de Musulmans ne restent plus que 300.000 . Il y a 50.000 baptiseurs en Arabie Saoudite. Au Pakistan , les 80.000 Chrétiens en 1947 sont devenus 6 millions en l’an 2000. Au Bangladesh 10 millions de Musulmans se sont convertis au christianisme. Puis il ajouta : « D’autre part, le nombre de Catholiques en Afrique a augmenté de un million en 1902 à 330 millions en l’an 2000. Ce mouvement de christianisation est trop grand pour être surpassé… même par tous les pays arabes réunis. »

Le cheikh a conclu l’interview sur le site Al Jazeera par ces mots exacts, désespérés : « Nous vivons une tragédie, monsieur ; par Allah, nous vivons une tragédie ! »

Résumons : malgré le fait que les Musulmans, souvent pauvres et sans instruction, soient beaucoup plus reproductifs que d’autres, l’Islam, en tant que religion globale, n’est pas en croissance, mais se meurt rapidement. Les Musulmans ne sont pas plus dupes que nous, ils se rendent compte que l’Islam n’est pas le chemin vers Dieu, mais plutôt vers l’ignorance, la pauvreté et la violence, voir le retour vers les guerres atroces d’un autre siècle. Chaque année plus de Musulmans se rendent compte que la violence manifestée par certains de leurs coreligionnaires n’est pas une aberration, mais plutôt inspirée par les enseignements mêmes du Coran et l’exemple donnée par Mohammed. Les Musulmans sont de plus en plus déçus par l’Islam. Ils le trouvent incompatible avec la science, la logique, les droits de l’homme et l’éthique, voire avec le simple vivre-ensemble. C’est le début d’une disparition spectaculaire de l’Islam. Les chiffres prouvent que rien ne semble plus pouvoir arrêter ce déclin, en dépit des violences d’un nombre limité d’excités musulmans au Proche Orient, comparable aux battements désordonnés des ailes d’une poule dont on a déjà coupé la tête.

Un lecteur français a cru bon de commenter ces bonnes nouvelles par le commentaire désabusé suivant : « Puisque vous en faites la publicité, pouvez-vous nous donner les preuves de l’authenticité de cette vidéo ? A une époque où il est de plus en plus évident à tous que la France est en train de changer de population et de ce fait, de culture et de mode de vie, où le territoire national est en train de se couvrir de mosquées (il y a des statistiques fondées à ce sujet), je trouve cette diffusion particulièrement irénique. C’est le comportement de l’autruche. Par ailleurs, la progression de la population musulmane du seul fait de sa natalité, n’est absolument pas prise en compte dans ce documentaire, ou du moins est évacué d’une affirmation sans fondement statistique. »

Nous lui avons répondu : Cher Monsieur, voici ce que le journaliste italien Magdi Cristiano Allam (né en Egypte, ex-musulman, journaliste connu, baptisé par Benoît XVI la nuit de Paques 2008 dans la Basilique St Pierre de Rome) a dit le 13/10/2012 à Paris concernant les chiffres de conversion de Musulmans au christianisme:

“Comme le phénomène [des conversions] est entouré de secret, il est donc difficile de préciser avec certitude leur nombre, mais à partir de diverses sources on peut dire que de nombreux Musulmans embrassent la foi au Christ. Le cheikh Ahmad al-Qataani, interviewé en 2006 par Al-Jazira, a donné les chiffres suivant : Chaque heure, 667 musulmans se convertissent au christianisme. Chaque jour, 16 000 musulmans se convertissent au christianisme. Chaque année, 6 millions de musulmans se convertissent au christianisme.S’exprimant hier à Paris, Mohammed Christophe Bilek a dit que même en Arabie Saoudite, berceau de l’Islam et gardien des deux principaux lieux de culte islamiques, il y aurait aujourd’hui 120.000 Musulmans convertis au christianisme. Les données de 2008 indiquent que les Musulmans convertis étaient de 5 millions au Soudan, 250.000 en Malaisie, plus de 50.000 en Égypte, de 25 à 40.000 au Maroc, 50.000 en Iran, en Iraq 5.000, 10.000 en Inde, 10.000 en Afghanistan, 15.000 au Kazakhstan, 30.000 en Ouzbékistan…” ( source:http://www.christianophobie.fr/tribunes/magdi-cristiano-allam-appelle-benoit-xvi-a-recevoir-au-vatican-des-musulmans-convertis-au-christianisme#.VWXiAdLtlBc )

Si donc un journaliste renommé comme M.C. Allam cite le Cheikh Al Quataani et les chiffres que celui-ci a donnés, c’est que ses chiffres ne sont pas faux. Tant pis pour les jérémiadeurs nombreux dans l’Eglise ! Il est un fait que les évêques en France ne veulent pas de l’évangélisation “impossible” des Musulmans “inconvertibles” vivant en France, et malheureusement certains laïques s’amusent à jouer leurs hautparleurs. Un seul détail: le Forum Jeshuah (pour la conversion des Musulmans) a été interdit pour 2015 à Lille par l’évêque de ce diocèse, c’est pourquoi pour la 1ère fois ce Forum a eu lieu cette année à Paris, le 9 et 10 mai. Nous y avons tenu un stand (BNM-UNEC).

Cher Monsieur, dans cette situation mondiale de conversion des Musulmans, ne vous trompez pas de camp en France, ne baissez pas les bras! Priez pour la conversion des Musulmans ! Devenez distributeur du tract gratuit (BNM) que nous avons créé pour les Musulmans, en les invitant à suivre la douce voix du Christ, seul Sauveur du monde ! »

–        O.A.M.D.G.  –

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*