Crash des Alpes. Low costs rime-t-il avec low security ? La sécurité des low-costs en question ou un parfum de remake du vol Malaysia MH17.

Share Button

Photo : Londres vu du Ciel. Visit London. Ca permet d’ouvrir l’horizon et de sortir de la douleur du crash. Photo @WorldClass.

Germanwings 9525 = Malaysia Airlines MH17 ? Terrorisme d’Etat ? War games ?

Un reportage intéressant sur CNN a interrogé un spécialiste sur le degré de causalité entre cet accident de la Germany wings – succursale de la Lufthansa – et la sécurité des compagnies low-cost.

Question à l’expert. D’où proviennent les marges d’économie ? Sur l’entretien ?

Réponse. Non. Les gens pensent que le low-cost n’est possible que parce qu’on rogne sur les frais d’entretien des avions. En réalité, ces avions subissent les mêmes protocoles de révision et sont soumis aux mêmes contraintes sécuritaires que ceux des grandes compagnies. Simplement, les compagnies low-cost paient moins les pilotes. C’est à ce niveau qu’elles font des économies.

Pour ce faire, ils recrutent le plus souvent les pilotes les moins expérimentés qui acceptent leurs rémunérations low-cost. Pire, ceux-ci accumulent des heures de vol et ont moins de temps de repos que les pilotes des grandes compagnies. Cette surexploitation des Pilotes apporte un argument de poids : l’effet fatigue et ses conséquences. Un pilote fatigué est vulnérable. Erreur humaine et de pilotage ?.

Notre commentaire. Low-cost rime donc avec pilotes moins expérimentés. Première explication du crash qui devient une circonstance aggravante au cas où l’hypothèse des conditions climatiques exécrables serait à retenir. Un acte terroriste ou de sabotage est-il à exclure, peut-on aussi s’interroger ?

Ce pilote avait 10 ans d’expérience et 600 heures de vol à son actif sur ce type d’avions, indique le reportage.

Notre question. A partir de combien d’heures de vol un pilote est-il dit expérimenté ? 600 heures, est-ce suffisant pour gérer les cas extrêmes, à supposer que de tels cas dits « extrêmes » soient gérables.

La journaliste de CNN précise que, le taux des avions low-costs qui crashent en Europe est inversement proportionnel à celui de leurs homologues en Amérique. Elle a cité l’exemple de Southwest. Fiable et pourtant low-cost. C’est que Southwest affiche une flotte neuve là où ses homologues volent avec de vieux engins. L’avion de la Germanwings qui s’est crashé avait 24 ans d’âge.  Quand même ! N’est-ce pas un peu beaucoup, si je peux m’exprimer ainsi ? D’où la question du recyclage de la flotte en fin de vie. A partir de quel moment un avion est-il hors circuit ?

Elle a quand même ajouté aussi que les voyageurs veulent tellement faire des économies et une bonne affaire qu’ils sont en partie responsables eux aussi.

C’est ici que je repense à un voyageur africain, sur un vol Brussels airlines, qui m’avait dit en parlant de ses mésaventures sur un low-cost qui dessert l’Afrique : « Mme, le moins cher est cher ».

Le problème c’est qu’on est tellement arnaqué sur tout de nos jours, qu’on ne sait plus à quel Saint se fier. Si on paie cher, on se sent arnaqué et si on fait une affaire, le risque augmente. Que faire ?

Premiers éléments de l’enquête.

Un. L’avion n’a pas explosé en vol. Mais, ça on le savait déjà depuis hier. Les experts français ont indiqué que l’éclat des débris et leur éparpillement étaient de nature à confirmer la thèse d’un coulage à pic d’une très forte intensité.

— Radar clues and debris from Germanwings Flight 9525 indicate it did not explode in flight, accident investigator says (CNN)

Deux. On peut exploiter des données de la boîte noire. C’est une avancée par rapport aux déclarations d’hier disant qu’il faudrait attendre…

— Usable audio file extracted from data recorder on plane that crashed in southern France, accident investigator says. (CNN).

Trois. War games. Coïncidence troublante avec la Malaysia Airlines flight MH17 explosé en survolant l’Ukraine.

Germanwings 9525 = Malaysia Airlines MH17 ?

Selon l’article ci-dessous, il est possible, que comme pour le vol MH17, on ne sache pas vraiment la vérité sur ce crash qui pourrait être dû, non pas à la vigilance d’un pilote « inexpérimenté », pris dans une zone de turbulence exceptionnelle, car créée par des tests liquéfiants l’air, mais à des tests US et OTAN dans la zone. Si cette hypothèse est confirmée et le sera-t-elle jamais, en cas de vérité, dans quelle mesure la France, l’Espagne, l’Italie, le Royaume-Uni et l’Allemagne, les principaux pays incriminés étaient-ils au courant du risque encouru par ce vol avec à son bord des adolescents revenant d’un échange scolaire ? un véritable cauchemar. Y aurait-il fumée sans feu ? Les débris confirment cette hypothèse explosive.

US Laser Test Destroys Germanwings Airliner Killing 150 Innocent Civilians

…And as many German pilots are refusing to fly today because of these US war game actions against the Federation, this report concludes, the likelihood of the Western people being told the truth about what happened to Germanwings Flight 9525 is about the same as their being told the truth about Malaysia Airlines flight MH17, which was proved by satellite photos to have been shot down by a Ukrainian fighter jet, is about the same…Zero.

And to if the Western peoples even want to know the truth of the countless lives being destroyed on their military leaders alter of war?  No one really knows the answer anymore.

Suivez le lien.

L’expérience des pilotes en question prend une importance considérable. J’ai vécu une zone de turbulence d’une rare intensité au retour des US. Pendant une dizaine de minutes qui ont paru une éternité. La tasse de thé qu’on venait de me servir, je n’ai pas pu la boire, elle s’est entièrement écoulée sur la tablette en dansant au rythme de violentes turbulences. Même le personnel s’est retiré, tant la chose était sérieuse. L’atterrissage à Heathrow était aussi heurté, on sentait que le pilote se battait avec l’avion.

Malheureusement, je ne sais si c’est le mercenariat du web et de la téléphonie – il n’y a pas que le mercenariat politique façon frontiste les photos de mon retour – d’Atlanta dans la nuit à cet atterrissage – je ne les retrouve pas en stock. C’est bizarre, très bizarre, d’autant que j’ai vu une de ses photos illustrant un article sur le web chez Yahoo – on reconnaît toujours les photos qu’on prend surtout lorsqu’on a retenu une ou certaines d’elles et deux personnes ne peuvent jamais prendre la même photo. Une de ces photos montre un avion protégé et presque porté dans une sorte de halo. Je l’ai prise le lendemain matin, au lever du soleil qui créait cet halo et un effet de miroir qui faisait que l’avion s’y reflétait. Je ne sais par quel mécanisme. Idem, aux deux atterrissages Lyon-Heathrow et Atlanta-Heathrow, j’ai pris des photos dont plusieurs restent introuvables.

La photo de l’avion porté par un halo nuageux, je l’ai bien en mémoire, car je me suis dit que ma mère avait protégé cet avion, en le portant carrément dans ses bras, depuis le Ciel. C’est l’image qui m’est venue immédiatement.

Je vais poursuivre les recherches, mais c’est bizarre, très bizarre. Jusqu’où ira le terrorisme du web et de l’OTAN ? Les nouveaux médias du web, contrairement à la presse classique fourmillent de mercenaires et de voleurs de tout ce qu’ils peuvent sur le web. C’est d’un triste, tout le monde ne peut pas faire bon usage de la liberté. On a critiqué les médias classiques de cacher la vérité. Il faut reconnaître que tous les opportunistes de l’info et arrivistes de n’importe quelle presse à zéro contenu autre que les corps, les fesses, les seins, le porno et le lit – et la haine des autres, tuent la morale et la noblesse de l’information et de la presse et de la mode. Ils se disqualifient eux-mêmes devant la presse classique.

Que voulez-vous, si leurs dirigeants sont les principaux terroristes, comment les terroristes silencieux et sournois qu’ils sont peuvent-ils sanctionner les petits malfrats et frappes qu’ils génèrent. Quand les chefs sont pourris, criminels et corrompus, étonnez-vous que les classes basses recopient l’exemple qui vient d’en haut. Sans foi, ni loi. Fous du fric à obtenir par tous les moyens. Exemple : le porno dope la libido des hommes, vous dit-on. Quels hommes ? Il faut déjà préciser. C’est l’amour qui dope le sexe. Les premières années, on fait l’amour sans se fatiguer. Pas besoin de porno. Le porno est une industrie et un business. Il faut bien vendre, alors on argumente.

On a les mercenaires de la finance et ceux du commerce des corps. Je ne sais qui vaut mieux que l’autre. La femme y perd au change jour après jour, n’étant plus qu’objet sexuel, un toy et puis « à la suivante ». Elle est belle la liberté de la femme. En fait, son modèle, c’est la pute. Et l’Occident espère vendre ce modèle à quelle société autre que la sienne ? Cette femme-là est une esclave sexuelle, ni plus, ni moins.

A toutes les femmes, je vous dis ceci : « Femmes, vous êtes toutes belles, chacune à sa manière ; le corps est un produit d’appel, pas le produit final ». Les grosses sont mariées et les minces célib. et trompées, cherchez l’erreur… Il y a le mannequin et la réalité. Il y a la vitrine et la vraie vie. Ne prenez pas l’une pour l’autre.

Aujourd’hui, on fait de l’argent avec tout ; la vie des hommes, femmes, ados et enfants n’a plus aucune importance. Quelle importance de poursuivre cette recherche d’une mort encore plus rapide et plus sournoise avec ces tests mortels de l’OTAN ? Laquelle ?

Quelle importance d’essayer de tuer les gens qui dérangent ce système sanguinaire mondial ?

Quelle comédie ces chefs d ‘Etats sur le lieu du crime dont ils sont soupçonnés dans les Alpes.

C’est comme les données des boîtes noires du vol Malaysia MH17 que Londres n’a pas pu exploiter. Zero vérité. Ce vol Germanwings risque de finir dans ce même tombereau du Terrorisme des Etats de l’OTAN.

Quatre. Sofia News (Bulgarie), rapporte que, Lufthansa confirme que le pilote était un pilote  parfaitement exprimenté. « C’est inexplicable qu’un tel accident puisse arriver à un avion sans problèmes techniques et avec un pilote entraîné par Lufthansa ». 

Lufthansa said it still could offer no explanation why the aircraft run by its low-cost unit Germanwings crashed about 100 kilometres north of Nice en route to Duesseldorf in Germany from Barcelona in Spain.

« It is inexplicable this could happen to a plane free of technical problems and with an experienced, Lufthansa-trained pilot, » Reuters quoted Lufthansa chief executive Carsten Spohr as telling reporters in Frankfurt.

French Investigators Recover Cockpit Voice Recordings of Crashed Germanwings  Plane Pas de dépressuration, pas d’erreur technique, pas d’erreur humaine, pas d’explosion en vol, alors quoi ?

————————-

Vendredi 26. La boîte  noire a commencé à parler, le co-pilote aurait tourné chèvre contre le Pilote et lui aurait fermé l’accès au cockpit, après que celui-ci soit allé aux toilettes. On l’entendrait crier à son « apprenti? » – hurler probablement – « d’ouvrir le SAS »  ? et frapper fort sur la porte du SAS, au fur et à mesure que l’avion descendait. Ce qui aurait créé la panique à bord. Au-delà de la question du timing entre le pipi du Pilote en Chef et la zone de tous les dangers où se trouvait l’avion, le moins qu’on puisse dire c’est que ces deux-là ne s’entendaient pas bien.

Est-ce une banale raison du type mauvaise relation entre un Formateur et son Apprenti (28 ans)  qui aurait mal tourné ?  Le co-pilote Andreas Lubitz serait-il entré dans une colère noire au point de voir tout rouge ? Comment expliquer une telle exaspération ? Mauvaise formation des pilotes instructeurs de la Lufthansa méprisants envers les petits ? J’exagère un peu, mais tout de même, si 28 ans, je crois, d’âge est correct, il est très jeune ce pilote pour être abandonné seul au-dessus des Alpes. Mais bon..

D’autres pensent à un acte terroriste…

Et si c’était tout simplement une faute d’instruction, c’est-à-dire de formation, genre le courant qui n’est pas passé entre les deux hommes ? Quoi qu’il en soit, cet incident a permis de révéler les recherches militaires de gaz dans l’air…

FORMATION ET INFORMATION LES DEUX FONT LA PAIRE.

(CNN) Co-pilot of Germanwings Flight 9525 was German national Andreas Lubitz, says Marseille prosecutor.

There was a « deliberate attempt to destroy the aircraft, » Marseille prosecutor Brice Robin says about the Germanwings crash.

The most plausible explanation of the crash is that the co-pilot, « through deliberate abstention, refused to open the cabin door … to the chief pilot, and used the button » to cause the plane to lose altitude, Robin said. He emphasized that his conclusions were preliminary.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*