Que peuvent les conseils territoriaux contre le cannibalisme technologique ? Quid des repas de substitution ?

Share Button

Database, le pétrole de demain ? Avec l’autorisation de quelles Autorités ?

M6 a diffusé un feuilleton intelligent hier sur la piraterie des ordinateurs infestés de bactéries tueuses d’enfants, en guise de virus. L’exercice va tellement loin qu’on imagine le jour où on infestera plus que votre ordinateur, et qu’on s’attaquera à vous directement, en vous lançant un virus comme on jette un mauvais sort.

Il suffira que votre tueur vous donne rendez-vous sous un quelconque prétexte fallacieux pour vous pulvériser avec le virus bactériologique.

Le film nous montre comment on peut remonter à la source des e-mails criminels et trouver les coupables. Question : pourquoi les dirigeants du monde ne le font-ils pas pour régler la piraterie sur le web ?

Le film montre aussi, que parfois, c’est compliqué de détecter l’auteur des virus, car la fraude tourne en boucle de façon à dissimuler les auteurs des envoyeurs de virus qui se protègent mutuellement par une série de fausses pistes.

Le feuilleton montre également qu’on peut vous envoyer un cheval de troie à travers un insert publicitaire très alléchant, apparaissant sur le site qu’on veut attaquer et qu’il suffit par exemple que n’importe quel visiteur clique sur cette annonce, en fait un cheval de troie présent sur votre site, pour perforer la sécurité de votre site et accéder à toutes vos données.

Les cookies et les apps seraient de parfaits conducteurs-espions.

Ce feuilleton intuitif nous prévient sur l’univers carcéral que nous construisons et l’écologie technologique cancérigène et carcérale que nous tissons chaque jour, telle une araignée empoisonneuse. Le ver est déjà dans le fruit, malheureusement.

Comment l’en évacuer ? Qui pour le faire ? La tâche incombe aux peuples, sinon c’est l’enfer assuré. Le monde court tout droit vers son propre enfer qu’il construit minutieusement jour après jour. Le jour où il n’y aura plus de vie privée et nous y sommes déjà, ce sera le début de l’Enfer sur terre. Il est vrai que pour vous préparer à cela, le lavage des cerveaux a opéré en amont. Il porte le nom de « Révolution technologique », de « robotisation des tâches subalternes » voire « d’accompagnement aux achats malins et intelligents »…

Qui a donné l’autorisation aux marchands de tapis de stocker les données des citoyens du monde ? Quel parlement ? Quel président ? Et pourtant, les vendeurs des âmes volées, tels les détraqueurs d’Harry Potter, suceurs de sang et de l’influx vital des hommes, le font impunément. C’est vrai que ces nouveaux Thenardiers immigrés en Amérique vous diront qu’ils créent de la richesse et du boulot.

Au nom de la création des emplois, les Etats se couchent.

Qui avait parlé des « versets sataniques » ? Il n’avait vu que ce qu’il voulait voir. C’est le monde entier qui est devenu satanique, car Satan est un Vampire et les databases non autorisées ni par le peuple, ni par un quelconque parlement, ni par un quelconque panel démocratique sont des vampires encore plus dangereux que tout ce qu’on a vu jusqu’à présent.

Et aucun panel démocratique ne dispose constitutionnellement du droit de défaire voire de déposséder un individu de sa vie privée.

C’est le couronnement du cannibalisme.

On a combattu pour la démocratie pour qu’on soit libres et que notre vie privée, notre propriété, soit protégée. Au bout du processus, nous voici enchaînés de nouveau, violés tous les jours. Triste ironie de l’Histoire qui semble se répéter en boucle.

Les databases sont anticonstitutionnelles.

La mauvaise nouvelle est que ce changement de l’écologie humaine n’est pas du ressort des conseils territoriaux qui n’y peuvent rien. A côté de ce cannibalisme technologique, le changement climatique c’est du menu fretin. Hier, Hitler chassait les rats, aujourd’hui, on a affaire à des chiens enragés lâchés sur les peuples toutes dents dehors accompagnés des hurlements de leurs frères, les loups sauvages. DesThénardiers « des Misérables » de Victor Hugo à leurs héritiers de la Californie, dans la silicon Valley, le tableau affiche : trois siècles de régression. Qui a dit qu’on n’arrêtait pas le progrès ?

Est-il possible de rêver d’une nouvelle écologie humaine pour demain ?

Ca passe par le renouveau technologique. Je rêve des ordinateurs inviolables, car non connectables à un réseau tierce et non dépendants, à la vie à la mort à un fournisseur unique : Windows et autres offices. Si l’homme noir était un homme, assis qu’il est sur le cobalt, le conducteur par excellence des computers, il se lancerait ce défi à relever sur de nouveaux ordinateurs 100% usage privatif.

Facebook et tous les agrégateurs sont infestés à la racine. Nous avons besoin d’une nouvelle technologie pour nous sortir des rets des Dragons monopolistiques qui nous laissent éventrer au quotidien. Sans aucun recours.

Lorsque vous entendez une femme, en plein divorce, répondre à la question «faites-vous confiance à la Justice » dans le reportage sur la justice familiale en France rapporté dans l’article précédent, et que celle-ci dit : « non, pas du tout, même que j’en ai plus peur que de mon conjoint », un conjoint pourtant pervers et mauvais, on est saisi d’effroi.

La dame ajoute que « les enfants sont carrément traumatisés par cette Justice ».

Nous sommes au terminus. Il faut descendre. Et démerdez-vous. Et oui, ainsi va le Progrès. On vous avait promis monts et merveilles. A l’arrivée, c’est sauve-qui-peut. Les cannibales sont les nouveaux Maîtres du Monde. Ils s’appellent les « fous du fric ». Puisque le fric, c’est chic, plus il y a de fous, plus on s’amuse. C’est formidable.

Récemment, Jimmy Carter a indiqué que la question de la femme et de l’enfant est la question oubliée de toutes ces dernières années. Et pourtant, il s’agit d’une question centrale.

La liberté d’Internet, marquée sur le marbre en Amérique vaut quoi devant les privations de libertés qu’elle implique. Que ce soit la question des femmes et de la protection des enfants, qui doit aller de la petite enfance à l’adolescence, ou celle des libertés individuelles, l’enjeu est le même : La Liberté.

60,000 personnes vivent actuellement en esclavage en Amérique. La majorité d’entre elles sont des femmes et des filles tenues en esclavage sexuel. Les droits des femmes sont le maillon faible des politiques tant en Amérique que dans le monde.

S’agissant de l’égalité hommes-femmes, l’Amérique se classe 23ème en 2013.  (Jimmy Carter)

Justice familiale en France : l’étau et le marquage des femmes et des enfants au fer rouge.

Quid des repas de substitution à la cantine ? Le Faux débat et le bal des hypocrites.

Le Maire de Chalon-sur-Saône veut supprimer les menus sans porc dans les cantines et rétablir les menus avec porc. Ca tombe sous le coup du bon sens. Ce ne sont pas les français qui doivent adapter leur alimentation à celle des autres cultures. C’est une évidence. Comme qui dirait, ça coule de source.

Maintenant, que feront les enfants musulmans ce jour-là ? Beh, il y a le choix, soit ils retournent manger à la maison – après tout plus de la moitié de ses mères de famille sont au chômage et peuvent très bien prendre cela en charge – ou faire comme dans le système britannique : l’enfant apporte son repas de midi avec lui dans son tupperware. Ces jours-là, la cantine décline sa responsabilité alimentaire.

Il faut savoir si on veut s’intégrer ou imposer sa loi dans le pays d’accueil. Ces choses-là ne sont pas négociables. Je veux dire que dans les pays musulmans, ils n’accepteraient rien de tel. Pourquoi imposer aux autres ce que vous ne vous imposez pas à vous-même ?

Franchement, je vois des choses extraordinaires en France: des femmes immigrées qui pondent des enfants et sont vautrées toute la journée à la maison à jouer sur internet et à regarder la télévision, enceintes tout le temps et… pendant ce temps-là, leurs époux au chômage également, sans papiers, parfois mais pas toujours, certains sont à mi-temps, se baladent, sont assis au café toute la journée, ou dorment ou jouent au tiercé avec l’argent soit du travail au black, soit de la vente du schitt soit des services sociaux alloué à la famille, car les pères sans papiers sont déclarés comme membres de la famille.

J’en vois des familles qui jettent l’enfant à l’école – l’aide sociale paie la cantine pour partie – du matin jusqu’au soir tard, avec la garderie d’après-école, juste pour avoir la paix. De 8 h du matin à 18 h le soir, l’enfant de 4 ans est dehors, ses parents se la coulent douce.

Ces familles de princesses et princes de pacotille nous font bien rire. Quand s’exerce la responsabilité parentale ? Vous voyez ainsi des enfants de 3 ans qui avalent un kebab goulûment et s’ils en voient un autre, c’est pareil. Goinfrés et nourris aux restos du coeur, à l’assistance sociale, aux trafics en tous genres et aux réunions de bouffe fréquente et big size organisées au sein de la communauté.

L’obésité arrive derrière tout ce dérèglement….

Il est des gens à qui vous donnez la main, ils demandent le bras entier, etc… le cannibalisme en version du pauvre. Comment éduquer ce peuple en perdition ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*