La « Liberté de la presse » en Occident est un mythe. Le monde entier ne peut pas être « Charlie ». Faux.

Share Button

Graphique. Copyright © 2015 Global Research – légende : l’Irak a été le pays le plus meurtrier pour les professionnels du journalisme,  en 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2010, 2011 and 2013 (Adriaensens, op. cit.)

Les Frères Kouachi : une fausse piste ? Une couverture ? La pièce d’identité laissée volontairement et ostensiblement : un leurre ? Une diversion ? Une fausse piste ? Sommes-nous manipulés ?

Je vous traduis un texte de By Julie Lévesque, car l’heure est grave. Les mentions entre parenthèses sont de nous et éclairent mieux le message écrit en anglais.

« Quasiment 400  journalistes tués et pourtant  nos médias professionnels tant compassionnels n’ont jamais levé un signe de solidarité pour leurs collègues – à l’instar de celui qu’on voit aujourd’hui. (C’est que le lieu où vous mourez compte. La mort n’a pas la même valeur en Irak qu’en France).

Pleurer les journalistes de Charlie Hebdo en ignorant que le terrorisme d’Etat sponsorisé par les US et l’Otan est le « Number One Killer» des journalistes. (Une bizarrerie de la profession).

Au lendemain de l’attaque terroriste par des agents se revendiquant d’al-Qaeda qui a fait 12 morts dont 8 journalistes du journal satirique Français, Charlie Hebdo, l’élite occidentale et les grands médias ont mis en scène une compassion et une indignation qui met en évidence leur complaisance envers le terrorisme d’Etat de l’Occident et de l’Etat d’Israël.

Avant de considérer la question dans son ensemble, il faudrait noter que les attaques de Paris portent toutes les marques d’une possible fausse piste, telle que la carte d’identité abandonnée, de manière ostensible, dans le véhicule par un terroriste. Pourtant, l’examen de l’hypothèse de cette fausse piste est exclue d’office, (complètement ignorée des médias libres). Plus encore, l’un des terroristes supposés, Chérif Kouachi a dit à un média français qu’il avait été payé par un ex leader d’Al Qaeda, Anwar Al Awlaki, un cléric américain qui a dîné au Pentagone, quelques mois après les attentats du WTC le 9/11 et « exerçait comme triple agent et un actif  FBI bien avant 9/11 », selon le Lieutenant col Américain, Anthony Shaffer (Kurt Nimmo, FBI Admits Pentagon Dinner Guest Al-Awlaki Worked for Them, Infowars, August 2, 2012)

Depuis les attaques meurtrières du 7 Janvier 2015, les médias occidentaux, en particulier ceux du Canada Français, clament d’une manière ethnocentrique que la planète pleure la mort des Journalistes Français. Cet événement tragique qui doit être condamné doit être examiné dans un contexte approprié. Les peuples des pays bombardés par la France, à travers des invasions militaires menées par les US et l’OTAN et ceux où les terroristes sponsorisés par l’Occident tuent (en Lybie, en Syrie) pleurent la mort des leurs, régulièrement. Ces crimes ne sont jamais rapportés par les médias. (Ou si peu).

Le Monde occidental n’est pas la planète entière et tout le monde n’est pas Charlie, contrairement à ce que les médias veulent nous faire croire.

(C’est comme cette « Communauté Internationale » qui désigne l’Occident et ses Etats affidés : Turquie, Emirats Unis et Arabie Saoudite).

Durant le dernier assaut Israélite à Gaza, 13 Journalistes Palestiniens ont été tués par l’armée Israélite. Ces journalistes ont été tués pour effacer la vérité sur les atrocités commises par Israel. 

Les journalistes occidentaux qui brandissent les signes de solidarité étaient notoirement absents en solidarité pour leurs confrères d’ailleurs et pour défendre la liberté de la presse.  

Avant les décapitations de James Foley et Steven Sotloff, une douzaine de journalistes avaient perdu la vie en Syrie par des terroristes armés, entraînés et financés par les pays de l’OTAN et leurs alliés antidémocratiques comme l’Arabie Saoudite. (Et la presse dit qu’elle soutient la Démocratie au monde). Des centaines de civils ont été décapités bien avant James Foley et Steven Sotloff, environ 200 dans un seul village, selon Human Rights Watch report. (See Julie Lévesque, The History of ISIS Beheadings: Part of the Training Manual of US Sponsored Syria Pro-Democracy Terrorists, Global Research, September 19, 2014). (Il est vrai rapporté un petit peu. Sans mélodrame.)

La colère et l’indignation ont été réservées pour les journalistes occidentaux uniquement. La guerre en Syrie a été meurtrière pour les journalistes, avec156 des leurs tués, selon certaines estimations. Merci au terrorisme sponsorisé par les pays de l’OTAN (– d’où la présence de la fervente Merkel aux côtés de Hollande, membre de l’Alliance criminelle et toxique –). On n’a pas vu un seul journaliste occidental faire preuve de compassion pour les journalistes Syriens à ce moment-là.

Mais, le pays le plus meurtrier pour les journalistes reste l’Irak, pendant l’occupation US. Selon le Comité de protection des Journalistes – the Committee to Protect Journalists (CPJ):

La guerre des US en Irak a coûté la vie d’un nombre record de journalistes, défiant les perceptions communes sur les risques de couverture des conflits. Beaucoup plus de journalistes ont été tués par des tirs ciblés en Irak que ceux tués dans des situations de combat.

Au moins 150 journalistes et 54 personnels des médias ont été tués en Irak par l’invasion des Etats-Unis de Mars 2003 à la fin déclarée de la guerre en Décembre 2011, selon les recherches du CPJ.

Les morts en Irak dépassent de loin tout autre bilan de guerre documenté sur les morts des journalistes tués sur les sites de guerre.

Le CPJ, a été fondé en 1981. Il a enregistré les morts des 58 journalistes pendant la guerre civile d’Algérie entre 1993 et 1996.

54 décès de journalistes ont été enregistré dans le conflit civil non déclaré de la Colombie, qui a débuté en 1986 ; 36 morts dans le conflit des Balkans entre 1991 et 1995…. Les forces révolutionnaires de tous bords sont responsables de la mort de 110 journalistes et de 47 de leurs assistants.

Les actions des forces US, incluant les tirs aux points de contrôle et les bombardements aériens sont responsables de la mort de 16 journalistes et de 6 de leurs assistants. (Frank Smyth, Iraq war and news media: A look inside the death toll, Committee to Protect Journalists, March 18 2013)

Les chiffres du Tribunal de Bruxelles pour l’Irak sont plus importants encore :

En Irak, 404 professionnels des médias ont été tués, depuis l’invasion américaine en 2003. Parmi eux, 374 Irakiens, selon les statistiques du Tribunal de Bruxelles. L’impunité en Irak est pire que partout ailleurs au monde (Dirk Adriaensens, The Killing of Journalists in Iraq, January 4, 2014)

Parmi les morts, 2 journalistes – un Irakien, Yasser Salihee, et un Américain Steven Vincent – qui enquêtaient sur les bataillons de la mort sponsorisés par les US en Irak.

Le 24 Juin, Yasser Salihee, Irakien, Correspondant spécial pour l’agence de presse, Knight Ridder, a été tué d’une balle à la tête alors qu’il approchait le checkpoint posté tout près de chez  lui, dans l’Ouest de Bagdad par les troupes des US et de l’Irak. Il semblerait que le coup a été tiré par un sniper Américain. Selon certains témoins, il n’y a pas eu de tirs de sommation.

L’armée des US a annoncé qu’elle conduisait une enquête sur la mort de Salihee. Knight Ridder a déjà déclaré qu’il n’y avait aucune raison de penser que le tir avait quelque chose à voir avec son activité presse.

Pourtant, sa dernière mission donne une raison de suspecter que si.

Au cours du mois précédent, Salihee a collecté des preuves que les forces Irakiennes, sous l’emprise des forces militaires américaines, tuaient – hors la loi – les membres et supporters de la force de résistance contre l’occupation américaine.

Son enquête s’inspirait d’un portrait du NYT, et détaillait comment les forces militaires US ont modelé une police des commandos au  sein du Ministère de l’Intérieur Irakien connue sous le nom de  – Brigade du loup – Wolf Brigade, à l’instar des crimes d’un bataillon de la mort similaire révélés dans les années 1980s pour écraser la révolte de la gauche au Salvador. (James Cogan,Journalist killed after investigating US-backed death squads in Iraq, World Socialist Web Site, July 1, 2005 )

Quant au journaliste Américain, Steven Vincent, il a été kidnappé et tué le 2 Août à Basra, au Sud de l’Irak où il travaillait comme écrivain en free-lance et blogger. La suspicion sur ce crime, le premier d’un reporter Américain en Irak, pointe, non vers Al-Qaeda ou des insurgents sunnites, mais vers la police shiite de l’administration installée à Basra avec le soutien de l’occupation des forces américaines et britanniques. Patrick Martin, US journalist who exposed Shiite death squads murdered in Basra, August 5, 2005)

Pour des raisons inconnues, le journaliste Irakien, le Dr Yasser Salihee, ne figure pas sur la liste CPJ (Comité de Protection des Journalistes).

Le Tribunal de Brussels rapporte, que plusieurs morts n’ont pas été repertoriés par le CPJ et par Reporters sans Frontières. Reporters without Borders. L’explication fournie va à l’opposé de ce qui se passe avec la couverture émotionnelle et biaisée des meurtres de Charlie Hebdo. (D’un côté, une exagération émotionnelle et de l’autre une sous-estimation des journalistes Irakiens tués par le même terrorisme d’Etat).

 C’est un fait avéré depuis l’invasion de 2003 que la corporation médiatique a  constamment sous-estimé les chiffres de la mortalité dans la guerre en Irak. Ceux de la profession ne font pas exception. Il est évident que les groupes de défense des journalistes en Occident sont réticents, lorsqu’ils s’agit de donner les chiffres réels de leurs collègues qui ont perdu leurs vies sous l’occupation brutale des US et du Royaume-Uni ; une occupation toujours en cours, au demeurant. Alors, ils rétrécissent leurs critères sur qui doit être inclut dans leurs listes. Ceci est une attitude qui appelle une objection, en particulier parce qu’elle concerne leurs collègues de profession… (Global Research)

DSC_1029  Monument de la Justice (Atlanta) DSC_1030

Notre Conclusion …en supposant qu’un journaliste non occidental puisse être considéré comme collègue d’un journaliste occidental issu de la race supérieure – race aryenne et peuple récemment élu, depuis 1948 qu’on leur a trouvé une terre à occuper par le force, le flingue, le sang, les bombes et l’esclavage des Palestiniens, anciens occupants de la Terre volée.

Talk to me again  about Freedom of speech and other billevesées de ce genre  such as “freedom of press”,  « Democracy and Equality of treatment ; not to mention « the Truth which equates to disinformation, lies and deformation in the language of media corporation and their selective CPJ and Reporters without borders.

Sortons l’arnaque des médias. Comment faire ?

Première étape.  Fin des subventions d’Etat. Après tout, les citoyens français paient ces agents-doubles plutôt cinq fois qu’une. Et les propriétaires des grands groupes médias et de presse sont aussi subventionnés, alors qu’ils font des bénéfices exorbitants, y compris en Afrique – Bolloré, Bouygues et consorts.

L’Etat subventionne tous les canards boîteux médiatiques. La loi du marché doit s’appliquer, surtout à eux, les forts en gueule pour condamner les autres assistés.

Deux. Allons plus loin. Ces canards sont détenus par des hommes d’affaires Juifs dont le seul but est de maîtriser le champ de la parole et de la sélection méritante ; de qui passe dans les médias ou non. Parole contrôlée et encadrée avec l’aide de l’Etat. Et on parle de Liberté. Laquelle ? Des juifs en France certainement et que cela.

Trois. Le contrôle du champ de la parole ne s’arrête pas là. Les maisons d’édition et les librairies sont tenues par les mêmes et ils contrôlent tout, depuis les émissions télé, à la publication jusqu’aux faux prix littéraires et autres doc à scandales et à la promotion de ces mêmes prix dans leurs médias. Le contrôle de la société est total et encourage la lâcheté, la prostitution pour être publié, la médiocrité en boucle…On ne pense plus en France, on exécute les commandes.

Quatre. On choisit les élus et le président de la République en verrouillant tout en amont et en aval.

Cinq. On accorde des niches fiscales à tous ces bonnimenteurs (journalistes plus leurs proprios) et des bonus fiscaux à tous leurs proprios pour qu’ils embauchent fictivement.

La question est Oui, les Juifs sont des fraudeurs et des tricheurs dans l’âme et ont contaminé la France. Oui, ils profitent de l’esprit collaborationniste français. Non, ils n’empêchent pas la résistance de s’organiser, même s’ils le souhaitent. Non, ils n’empêchent pas un Vrai Français de coeur et d’esprit de changer tout cela. Non, ils ne sont pas responsables ni de la tradition des collabos, ni de la lâcheté, ni des corrompus, encore moins des prostitués. On a toujours le choix, tant qu’on vit. L’espérance oui ; l’engagement et l’action, encore mieux, afin de ne pas rester Béat et passif et de subir la Loi Juive qui navigue entre le Sauve-qui-peut et la Dictature. Belle démocratie ! 

FRANÇAIS, MAINTENANT QUE VOUS AVEZ FINI DE PLEURER ET DE FESTOYER, CAR LES DEUX VONT ENSEMBLE, REVEILLEZ-VOUS – VOUS ETES DES VEAUX BONS POUR L’ABATTOIR.

BREVE REVUE DE PRESSE

Lire également ici.

1 – Selon Paul Craig Roberts, les attaques terroristes à Paris ont été conçues par la CIA pour renforcer le statut de vassal de la France envers les Etats-Unis.

2 – Et puisque la vassalisation ne connaît aucune limite ni frontière, lire ici : Attentat contre Charlie Hebdo: le Bénin déclare le 9 janvier jour de deuil national. Comment ça va en Afrique, avec les crimes ?

3 – David Vincent : « Les journalistes de Charlie Hebdo ne sont pas des martyrs de la liberté d’expression ». Actu-Chretienne.Net

4 – Boko Haram aurait tué 2000 personnes au cours des derniers jours – Radio Canada.

Extraits.  Les Français sont plus prompts à agiter des petits panneaux, ce qui ne leur coûte rien, qu’à se lever et à se battre pour les vraies libertés. 

La grande mystification en cours, c’est celle de l’Union Nationale. Quel rapport y a t’il entre ce qui est intervenu mercredi dernier et l’Union Nationale, Grand Dieu ? Aucun. Absolument aucun. L’appel à l’Union Nationale est une escroquerie de communiquant politique : il s’agit de saisir l’opportunité de faire oublier une politique désastreuse, aussi bien de droite que de gauche, une politique qui divise. C’est cette politique qui divise, qui fragmente, qui disloque le corps social qui, précisément, nourrit le terreau sur lequel on peut semer le terrorisme. Le terrorisme prospère si les conditions lui sont favorables. Or, précisément, les politiques actuelles isolent les gens, renforcent les égoïsmes, brisent les liens sociaux et les solidarités spontanées. Je ne vise pas cette solidarité de façade que les politiciens ne cessent d’invoquer pour justifier leurs politiques scélérates. La politique intérieure est désespérante au sens fort, elle tue tout espoir. La politique extérieure est encore pire ; elle fabrique des ennemis. Certains réels, d’autres imaginaires. Cette politique étrangère se confère le droit de bombarder, de tuer sans discernement, de démoniser des populations entières avec l’aide d’un vocabulaire et de discours irresponsables. 

Je ne vois personne dans les milieux responsables ou dans les médias qui comprenne que ces événements terribles devaient mériter mieux qu’une action publicitaire et qu’ils imposaient au contraire que l’on fasse progresser la conscience des Français, que l’on pose les vrais débats. Que l’on s’adresse à l’intelligence. Non. Ce qui a été choisi, c’est de massifier, de resserrer les rangs du troupeau. La démarche de Charlie Hebdo, qui a toujours été de lutter contre le troupeau, contre la bien-pensance, s’est trouvée trahie dès l’instant même de l’assassinat. Ils ont été assassinés une seconde fois. Politiciens de droite, de gauche, journalistes, commentateurs, ils sont tous complices pour dissimuler et enterrer les vraies questions, tous complices pour mettre le couvercle de l’émotionnel imbécile sur les questionnements qui s’imposent. 

Excellent, ce billet. J’ajoute juste ceci. En lieu et place de tout ceci, on a eu droit au One man show de Netanyahu. Je rêve. Un évènement en France et c’est le Premier Ministre Israélien qui le préside. Je rêve.

8 – Le général Pierre Gillet est appelé à diriger l’opération Sangaris en RCA à partir de fin janvier. Francois-xavier Mbouyom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*