Le Sénat entre dans l’ère du ridicule, avant sa date de péremption.

Share Button

Ah, ah, ah, l’histoire a commencé Dimanche avec l’élection en contre-jour de deux Sénateurs FN qui annonçait la suite à l’UMP. Qui, parmi le clan des grands  électeurs de droite a porté sa voix aux sénateurs FN ? Sans aucun doute, ce sont les élus de la droite Umpiste. Donc, déjà des traîtres de l’intérieur qui n’ont pas le courage de passer ouvertement et officiellement au FN.

Ce premier acte portait déjà la marque du second : la primaire de l’UMP qui a accouché d’une souris. Il a été dit que les primaires à la française avaient un goût de parodie, car elles accouchaient systématiquement du plus petit dénominateur commun. La primaire UMPiste n’a pas dérogé à la règle. Il est aisé de dire que Raffarin a payé son soutien à Nicolas Sarkozy. Comme si cela était si simple. Si dire que Nicolas Sarkozy a fait le bon diagnostic de la situation du pays qui se désespère entre « la gauche qui cale et une droite qui n’apporte pas d’espoir » est soutenir Nicolas Sarkozy, alors, est-il possible de faire entendre la Vérité aux Francs ? Faut-il une alternative ? Oui ou Non ? En deux ans, y a-t-il eu une alternative de leadership crédible ? Oui ou Non. On me dit, avant le leadership, il faut le projet. C’est bon pour le discours. Dans la pratique, c’est l’inverse. Un projet n’a aucune crédibilité sans un leadership crédible et authentifié. La droite avait-elle un problème de leadership ? Oui ou Non ?

D’autres expliquent qu’en émettant la volonté de réformer le Sénat, y compris en proposant la réduction du nombre des sénateurs – l’ex PM a touché la corde sensible et inquiété les Rentiers. Il faut éviter de bousculer les rentiers et les notables, même lorsque leurs missions n’apportent rien de spécifique à la République. Franchement, avec ou sans le Sénat, la France irait du pareil au même : clopin-clopant. Et là-dessus, les Français sont d’accord avec cette proposition. On voit donc le décalage entre les choix d’appareils qui ne sont qu’arrangements circonstanciés et de complaisance voire de règlement des comptes avec les citoyens et le bon sens.

 

ON SE CROIRAIT EN CHINE

Tant que les sénateurs seront élus au suffrage indirect qui est tout sauf universel ou n’a d’universel que de nom, les magouilles d’appareils, contraires à la vie démocratique iront bon train. Il faut couper l’herbe à tout regroupement en clan d’électeurs spéciaux. Cela n’a plus de sens. Il est temps de supprimer le suffrage indirect. En ce moment, aux Etats-Unis, les sénateurs sont en campagne pour un renouvellement partiel en Novembre prochain. Leur élection se fait au suffrage universel direct donc. C’est aussi ce qui se joue actuellement entre la Chine et Hong-Kong où Beijing voudrait pré-sélectionner les candidats à l’exécutif de Hong-Kong, comme cela se fait en Chine. Les étudiants disent Non : un Homme/une voix, car ce double-système avait été acté et signé, lors de la passation du territoire à la Chine par les Britanniques.

Il est possible de sortir de cette hérésie du positionnement sénatorial, en modifiant ses prérogatives. S’il est voté par les élus uniquement et c’est le cas, alors, qu’ils s’occupent uniquement des questions en rapport avec les territoires et rien de plus. Et que tous les autres ajustements en termes de privilèges soient faits.

Franchement, là où le Sénat n’existe pas, il ne faut pas le créer, surtout pas. Avis aux pays africains qui se jettent dans ce magma sans réfléchir à son inutilité déjà constatée par le Général de Gaulle. Qui appellera un référendum sur l’existence du Sénat ? Le premier candidat qui le dit verra tous les élus passer au Front National : la preuve de leur individualisme.

En choisissant Mr. Larcher pour signifier à Sarkozy qu’on est contre son retour et qu’on va le sanctionner comme on a sanctionné Raffarin, on voit que les haines continuent d’opérer et l’esprit des lois n’est pas au rendez-vous. Alors, l’occasion est trop belle pour rappeler que Nicolas Sarkozy ne passera pas. Que les Français préfèrent Juppé ou quelqu’un d’autre, que ci ou çà. Disant cela, on fait comme si 2017 sera un remake de 2012. Avec d’un côté, les commentateurs qui choisiront le candidat à privilégier et feront tourner la planche à faucher.

 

LA BONNE NOUVELLE

C’est bien de pousser certains dans leurs retranchements. Comme cela, on voit leurs intentions en plein jour, très rapidement. On sait sur qui compter et on s’ajuste. Au final, on gagne un temps précieux. Ce choix de l’UMP est salutaire pour Nicolas Sarkozy. Ca lui évite de se tromper sur les intentions des uns et des autres. L’ennemi de l’intérieur est prêt à tout, y compris à voter FN. A bon entendeur, salut ! Ce sont pourtant les mêmes qui accusaient Nicolas Sarkozy de faire le jeu du Front. Quelle ironie de l’Histoire ! Quelle hypocrisie ! La vérité finit toujours par triompher et les masques par tomber.

La bonne nouvelle est qu’une élection ne ressemble jamais à une autre. Et d’un. Et c’est tant mieux.

La seconde est que, avant les têtes de listes politiques étaient maîtres de leurs voix. Aujourd’hui, changement total : LE CITOYEN EST DE RETOUR ET IL PEUT SE FAIRE SA PROPRE OPINION. IL N’EST PLUS UN VEAU. ET CA CA CHANGE TOUT. A BON ENTENDEUR SALUT !

Ce qui vient de se passer est un accélérateur du temps. Qui s’en plaindrait ? Cette élection vient de confirmer un autre constat de Nicolas Sarkozy  : les corps intermédiaires sont conservateurs et tireront toujours la couverture à eux, en laissant les citoyens à découvert.

 

EN POLITIQUE, L’ORGANE FAIT L’HOMME

 

En tout état de cause, l’heure de vérité a sonné, non seulement pour les élus, mais également pour les Français qui doivent aussi se regarder en FACE et savoir ce qu’ils veulent. On ne peut pas vouloir tout et son contraire. A un moment, il faudra devenir adulte dans ses choix. Si ce choix est dicté par la Haine uniquement, c’est mort pour la France. La Haine est mauvaise conseillère.

S’il y a une chose sur laquelle tout le monde peut s’accorder, c’est que le score du FN aux Européennes n’aurait jamais été possible, si l’alternative crédible était là. Faut-il reprocher à Nicolas Sarkozy d’être revenu à l’UMP pour tenter de sauver ce qui l’est encore ? L’UMP comptait-elle ramer jusqu’aux primaires comme cela, sans se perdre en cours de route ?  On pourra tout reprocher à Nicolas Sarkozy, mais au moins, il a pris le taureau par les cornes. Tâche que tout ce beau monde à l’UMP semblait fuir, en faisant semblant de s’y attaquer.

Le calcul était simple comme bonjour à l’UMP : affaiblir et assujettir  le parti et son futur président qui devait s’interdire de se présenter aux primaires par la rédaction commune des statuts. Tout était prévu par les candidats déclarés aux primaires pour ne pas être dérangés. Eux, en hommes forts qui s’arrangeraient à la fin, entre eux dans une formidable magouille d’appareil, et le parti derrière, faible. En Politique, l’organe fait l’homme. Il faut donc un organe fort.

Que serait Marine Lepen sans le parti créé par son père ? Rien de rien. Que serait-elle sans la présidence servie par son père ? Une politicienne de seconde zone.

Qui est assez fou pour croire que Nicolas Sarkozy va faire le job, en trempant les mains dans le cambouis, pour qu’après, ceux qui se sont bien gardés de s’attaquer au schmilblick, pendant un peu plus de 2 ans, viennent tranquillement tirer les marrons du feu ? C’est comme si on rejouait l’histoire du Maître qui exploite l’Esclave. Nicolas Sarkozy serait donc le forcené de ces grands messieurs. Et, en plus, après avoir nettoyé les écuries de l’UMP, il serait interdit de se présenter aux primaires, face à ceux qui auront soi-disant « pris de la Hauteur », histoire de dissimuler leur incapacité ou mépris voire non volonté à faire le job, vous voyez le genre ?  Je demande à voir ce spectacle inédit.

Ceci étant dit, rien n’est gagné d’avance pour quiconque. Plus encore, les nouveaux signaux émis par Nicolas Sarkozy sont déjà contradictoires, y compris les messages du premier meeting qui sont discutables à plus d’un titre. Je mets cela sur le compte du rôdage. Et le débat public qui en décidera.

 

2017 SERA UN NOUVEAU CRU. INATTENDU. C’EST CELA LA MAGIE DES GRANDS RENDEZ-VOUS ELECTORAUX. ET, JE LE CONCEDE, CA PEUT DONNER LE VERTIGE.

 

——————————-

Aux Etats-Unis, premier cas d’Ebola diagnostiqué surplace. Quelqu’un qui vient du LIbéria et qui était en bonne santé à son arrivée et deux jours après, il était malade et 2 jours plus tard encore, il était isolé. Arrivé le 24 aux Etats-Unis en provenance d’une zone infectée ; Libéria (?), de retour d’un voyage familial. L’intéressé vit aux Etats-Unis. Le 26 Septembre, il a eu les premiers symptômes et dès le 28 il était en isolation.  Ceux qui ont été en contact avec le patient sont invités à se présenter. En 21 jours, les premiers symptômes peuvent se présenter comme la fièvre. Cette alerte pose des problèmes sur les contacts durant le voyage et dans la communauté à l’arrivée…

 

A patient at a Dallas, Texas, hospital is the first case of Ebola virus diagnosed in the United States, according to the CDC.

Other Americans were diagnosed in West Africa and then brought to the United States for treatment.

Get complete coverage of breaking news on CNN TV, CNN.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*