Des loubards au pouvoir : héritage tardif de la Vème République. Impasse Institutionnelle.

Share Button

  Remaniements cosmétiques. Quand la pseudo-solidarité gouvernementale rime avec mépris du peuple.

Nous vivons une époque extraordinaire : celle du hooliganisme gouvernemental. Ayrault, c’était la Civilisation. Avec Valls, c’est le carnage, la barbarie du stade pré-démocratique où un Ministre qui parle d’une banalité comme « l’austérité » pour l’opposer à la « relance », autre poncif, est démissionné d’un gouvernement sans cap et sans capitaine assermenté. Ce Ministre valait 17%  – donc, il a une assise populaire incontestable et, n’eût été son ralliement, Hollande ne serait jamais devenu président. Ce sont – du moins cela devrait être – des choses qui comptent, car ayant du sens par elles-mêmes, au-delà de la volonté du duo simiesque qui gouverne la France pale actuellement.

Pour ajouter au mépris du peuple, le PM Valls a cru bon d’aller parader à la Rochelle, au lendemain de son remaniement en guise d’énième poudre aux yeux. Il a été copieusement hué et les média ont caché le fait. Cela s’appelle la désinformation, car un PM sifflé à son arrivée dans une gare de France, le lendemain d’un acte qualifié de Majeur en politique – un remaniement ministériel, même factice – cela a du sens. C’est le signe d’un désavoeu du peuple.

La journée compliquée de Manuel Valls à l’université d’été du PS. Dans le Figaro.

Mais, ces gens-là qui se savent protégés par les institutions qu’ils ont corrompues depuis longtemps, n’ont honte de rien, n’ont peur de rien, sachant qu’ils ont dépouillé le peuple d’avance de son droit de correction voire d’arbitrage, durant leur mandat qui n’a plus rien de démocratique. Ils nomment qui ils veulent sans rendre des comptes à qui que ce soit. Ils démissionnent qui ils veulent de la même manière. Arnaud Montebourg a fait 17%, sans le soutien corrompu des médias et des faux sondages avantageant exagérément Hollande. Ce soutien permet de relativiser le score de Hollande. Valls a fait 5% et, aujourd’hui, c’est lui le PM qui ose de surcroît demander à Montebourg de s’aligner. Vous connaissez l’adage : les derniers seront les premiers. Ce qui n’est pas précisé c’est que cet adage – hors cadre spirituel – s’applique dans un univers de médiocrités.

 

Valls l’illégitime au pouvoir.

Alors Valls est arrivé hier, avec à ses côtés notre Ministre imposée par le Roi du Maroc au président Français soumis aux forces occultes qui ont contribué à son élection fabriquée dans les égouts de Paris. Cette image, à elle seule dit beaucoup de choses : « elle dit, nous sommes là où nous sommes, nous ferons ce que nous voulons, que cela vous plaise ou non. Nous n’avons que mépris pour vos gueules d’idiots. Si vous étiez si intelligents que vous voulez le paraître, vous n’aviez qu’à ne pas voter pour nous ».

Je citais la Fontaine hier : « Tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute ». L’image poursuit que « notre porte parole de la campagne était déjà avec nous et vous l’avez vue de vos propres yeux. Pourquoi s’offusquer maintenant où nous la récompensons de sa soumission reconnaissante ? » « Non », vous dit-il « le gouvernement est cohérent et attend du peuple qui l’a élu, la même cohérence » qui, dans la bouche de ceux qui la prononcent signifie « la même soumission ».

Soumission est le maître-mot de ce gouvernement qui a commencé par le mariage gay – dans les couches des chambres à coucher – et s’y termine.

Peuple de Gauche et de l’Extrême Droite, vous êtes ceux par qui le scandale Hollande/Valls est arrivé. Maintenant, il faut assumer vos choix pathétiques et serrer les fesses. Marine devrait jubiler de son choix. Pourtant elle fait l’inverse et se pose en recours. Elle est pourtant responsable et coupable de l’usurpation de 2012. Elle était rose et pas bleue.

Par bonheur, il est écrit qu’un Bien mal acquis ne profite qu’un temps.

Hollande et Valls gouvernent depuis les caves et les chambres à coucher. Si on suit la logique, en cas d’échec du vote du budget, en Septembre, il se peut bien qu’il fasse usage du 49-3, puisque ne voulant ni démissionner, ni dissoudre l’Assemblée, ni poser la question de la confiance du PM qu’un remaniement ministériel de fin de mandature de surcroît appelle immanquablement, dans une démocratie en règle. Passage en force. On recourt aux mesures d’urgence. En fait, la 5ème République est une arme d’auto-destruction voire de destruction réciproque. C’est une République qui porte les germes de sa propre dissolution, de la  dilution de l’idée même de République, dès lors que les hommes « élus » peuvent l’être en fraude et demeurer en place par ces méthodes frauduleuses. Nous y sommes.

 

On ne fait pas des remaniements pour la Cosmétique uniquement.

Peut-on encore parler d’une République, lorsque celui qui est élu peut s’émanciper des institutions : nommer qui il veut où il veut et quand bon lui semble ? Où est la cohérence consistant à nommer un Ministre 1 an au Ministère des femmes, 1 an à la Ville et le dernier quart temps à l’Education Nationale. C’est de la propagande voire du tourisme ministériel(le) ou les deux destiné(e)s à meubler un CV des vacuités sonores qui ne trompent que les gueux.

Pour qu’il y ait cohérence, un Ministre ne peut pas rester dans un Ministère pendant 1 an seulement : soit il a commencé un travail intéressant qu’il faut poursuivre ; soit, il est sur une pente dangereuse et il faut s’en séparer. On ne fait pas des remaniements pour la Cosmétique uniquement.

On nomme qui on veut, on légifère avec des mesures d’urgence, les ordonnances, puis le 49-3, que reste-t-il de l’idée de la République et de l’équilibre des pouvoirs et des contrepouvoirs dans ce cas ? Que reste-t-il de l’idée de la démocratie ? La Vème République ne pouvait et ne peut fonctionner qu’avec de Grands Hommes, des Hommes d’Etat. Dès lors, qu’elle a été prise d’assaut par son impensé, son virus : l’Enarchie et les Grandes Ecoles, lesquelles sont parties à l’assaut des partis politiques, le ver est entré dans le fruit et, depuis, ce sont les plus rusés qui l’emportent – le degré de ruse étant proportionnel à celui des mauvaises intentions voire à l’usurpation, c’est encore une Morale de La Fontaine – et pas forcément les plus expérimentés ou les plus cultivés au sens de personnalités ayant la Culture de l’Etat et celle de l’Etat de Droit.

L’héritage de la Vème ce sont des loubards au Pouvoir. La Loubardise en héritage. 

 

Un crime politique nommé Montebourg.

La question à venir est : qui est-ce que Montebourg gênait ? Ou plutôt quels lobbys et quels groupuscules ? A qui profite le crime politique nommé Montebourg ? Il suffit de voir la tête de son  remplaçant pour avoir la réponse : la Finance. Tiens, l’ennemi de notre menteur Patenté, lors de la campagne. Aujourd’hui cet ennemi est le grand ami qu’on sort de sa poche de prestidigitateur, comme par magie. L’ami était bien planqué. Quand on pense que ce même Hollande a combattu et remporté l’élection en critiquant Nicolas Sarkozy d’être ami de la Finance, la chose se situe au-delà du dégoût.

Quelqu’un a-t-il un Karcher ? Au choix avec la mort-aux-rats (lire notre billet d’hier).

 

——————————

>>> Lire aussi. L’obsolescence institutionnelle.

>>> Valls, PM illégitime.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*