Netanyahu, l’ange exterminateur.

Share Button

Pour les chrétiens persécutés en Irak actuellement. 

Après avoir rasé Gaza, Netanyahu s’est présenté hier à Jérusalem, devant le Monde, pour manifester sa jouissance. Pour rire encore plus au nez des Gazouis, il leur a dit « tout ceci est la faute du Hamas. Tendez lui l’addition ». « The responsibility for this tragedy belongs with Hamas ». Quel culot ! Quel toupet !

Il a continué ainsi, à l’intention des Gazouis, par conférence de presse interposée : « voyez-vous », leur a-t-il dit, projection d’une vidéo des scènes de crime à l’appui, « comprenez que Hamas s’est servi de vous comme boucliers humains et nous, on n’a rien pu faire d’autre que de finir le travail : vous canarder comme de la chair à canon que Hamas a voulu que vous soyiez ».

« Excusez-nous. Nous regrettons la mort des civils – vos frères – que nous avons été obligés de tuer ». Israeli regret over civilian deaths. 1 875 morts, parmi lesquels on dénombre 430 enfants et 243 femmes. Côté Israélien 64 soldats et trois civils. Le rapport est de 1 mort Israélien contre 28 Palestiniens (l’équivalence apocalyptique) plus le carnage : maisons détruites cause des 250 000 déplacés, plus l’explosion des infrastructures, des hôpitaux, des écoles, des abris des nations unies, des lieux de cultes.

Lire El Watan qui fait le point sur l’état de Gaza et les négociations du Caire – Netanyahu mine les négociations palestino-israéliennes.

Lire aussi Reuters.

Benjamin N. s’excuse de tout cela. C’est la faute au Hamas qui doit être désarmé par la force, s’il refuse de déposer les armes et de cesser de tuer son peuple. Conclusion : le blocus doit être mantenu.

 

Un représentant des

Nations unies a clairement mis sur la table le fait que Gaza

ne pouvait plus

retourner au blocus d’avant le carnage constaté surplace.

 

 « Cause toujours, tu m’intéresses », lui a répondu Netanyahu, par conférence de presse interposée. Le Hamas, a-t-il dit, ne doit pas s’en tirer à si bon compte Hamas should not go away with this – ; il faut qu’il paie. Tout ce qui est arrivé est entièrement de leur faute. S’ils n’avaient pas persisté à tirer des rockets sur Israel, tout ceci ne serait jamais arrivé. C’est triste, mais nous n’avons strictement rien à nous reprocher.

Que voulez-vous obtenir d’un criminel patenté doublé d’un crucificateur expert en liquidation des vies humaines ?

Au moment où les négociations indirectes se poursuivent au Caire, qui fait partie des facteurs du blocus de Gaza et de son appauvrissement, Netanyahu doit intégrer une réalité : tôt ou tard Israel devra signer sa capitulation. Celle-ci comprend cinq points :

  • La levée du blocus. Action immédiate.

 

  • L’acquittement des frais de reconstruction de Gaza estimés à 6 milliards de dollars auxquels il convient d’ajouter une prime compensatoire destinée aux familles des disparus. La destruction de Gaza est un acte délibéré, intentionnel et prémédité, sans rapport avec le motif de la guerre et de l’invasion visant à détruire les tunnels. Cette destruction des tunnels pouvait se faire depuis Israel : il suffisait pour cela de boucher la sortie des tunnels par exemple et de placer des renifleurs sur les tracés.

 

  • Le retrait à ses frontières de 1967, comme conséquence et signe de la fin de l’occupation illégale et de la colonisation. Pour traiter Israel respectueusement, voici une clé de sortie : la question des frontières peut se régler comme celle de la réforme agraire au Zimbabwe. On peut accorder un délai pour la restitution des terres occupées, hors des frontières de 1967, sur 10-20-30 moyennant un loyer global tenant compte du temps d’occupation avant et après. L’argent de ce loyer servira au développement de la Palestine.

 

  • Le respect de la souveraineté territoriale de la Palestine.

 

  • Répondre devant un Tribunal International des crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Si le mot capitulation  gêne, ils peuvent le remplacer par l’expression « faire cesser les hostilités ».

 

EN FRANCE

Le décès du petit Zacharie 10 ans à Saint-Denis pour négligence des pompiers, du SAMU, et faux diagnostic médical ressemble fort à un cauchemar. Voici qui rappelle un autre décès ici, autour de Lyon et de l’Isère (ville nouvelle de l’Isle d’Abeau) où une jeune mère, en procédure de régularisation, a perdu sa fille de 10 mois. Festina*, le nom de cette petite est décédée à la clinique mère et enfant (Bron). * J’ai demandé c’est quoi ce nom, on m’a répondu qu’il s’agit d’une déclinaison du prénom du père, Faustin.

D’après le récit qui m’a a été fait par des proches, la mère a eu des crises il y a quelques mois, suite auxquelles, sa petite fille a été placée dans une maison de placement à Vienne par le Conseil Général de l’Isère.

Par la suite, se sentant mieux, la mère a voulu récupérer son enfant. Les avis médicaux négatifs ont retardé le retour de l’enfant à sa mère. C’est le tribunal qui a finalement autorisé que l’enfant soit remis à la garde de sa mère. Au moment où on lui a remis son enfant, la mère a constaté que sa fille était faible ; mais les services du foyer d’accueil lui ont  fait comprendre qu’il n’y avait pas de quoi s’inquiéter ; c’était passager.

Le soir même, l’enfant devait décéder.

Au fur et à mesure que l’enquête se poursuit, on apprend que, suite à une chute dans les locaux de la maison de placement à Vienne,  l’enfant aurait été hospitalisée juste avant que la mère la récupère. L’enfant serait tombée du lit et conduite à l’hôpital sans que la mère en soit informée. De tout ceci, il n’y a pas de trace à l’hôpital – semble-t-il – de l’hospitalisation de l’enfant. Bref, un vrai mic-mac. A suivre.

Le père de Festina a un document de séjour espagnol et  l’enfant avait été déclarée au Consulat d’Espagne à Lyon qui pourrait se constituer partie civile – la mère a porté plainte. Le père envisageait de s’installer avec la mère et l’enfant dans l’Isère où il occupe un emploi.

La clinique mère et enfant et le conseil général de Lyon ont pris en charge les frais d’enterrement. Festina sera enterrée samedi à Saint-Quentin Fallavier où sa mère crèche.

Festina était noire comme Zacharie. Coïncidence, coïncidence. Comme l’Etat ne veut pas régler la question de « l’immigration dite sauvage », peut-être bien que les services de secours vont « bien achever les chevaux » ; faux diagnostics médicaux et secret médical à l’appui.

« Abandonné de tous », un enfant de 10 ans décède aux urgences ». (Nouvel Observateur).

 

AIDE ET SECOURS AUX CHRETIENS PIEGES PAR ISIS L’AMERIQUE BOUGE…ENFIN. ISIS EST UNE CONSEQUENCE DE LA GUERRE EN IRAK ET DE LA DESTABILISATION AMERICAINE DE LA SOUS REGION EN PARTICULIER EN LYBIE ET EN SYRIE. L’AMERIQUE DOIT REPARER LES DEGATS CAUSES PAR SA GUERRE INJUSTE EN IRAK. ELLE DOIT METTRE DE L’ORDRE DANS LE BORDEL QU’ELLE A CREE. C’EST UN MINIMUM.

 

20h23 (heure Paris). Les Etats-Unis considèrent l’option des frappes aériennes sur les positions de Isis. Dans le même temps, le Pentagone envisage de parachuter des vivres, de l’eau, médicaments et autres fournitures de secours aux Chrétiens piégés dans les zones Kurdes (CNN).

 

23h23. C’est fait, l’armée américaine a bombardé au moins deux cibles de ISIS dans le Nord de l’Irak, Jeudi dans la  nuit, pour mettre en déroute les insurgés islamistes qui ont piégé des dizaines de milliers des minorités religieuses dans les zones Kurdes.

American Forces Said to Bomb ISIS Targets in Iraq

American military forces bombed at least two targets in northern Iraq on Thursday night to rout Islamist insurgents who have trapped tens of thousands of religious minorities in Kurdish areas, Kurdish officials said.
Word of the bombings, reported on Kurdish television from the city of Erbil, came as President Obama was preparing to make a statement in Washington. The New York Times.

 

L’opération se poursuit, sur ordre du Président Obama, agissant conjointement avec le gouvernement Irakien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*