Brazil 2014. La Hollande de Van Persie donne l’estocade au Taureau Espagnol : 5-1.

Share Button

Et un et deux et trois et quatre et cinq…Buts. Magnifique équipe des Pays-Bas qui donne le coup d’envoi véritable de ce Mundial, un peu terne jusqu’à présent, avec un Brésil Croatie tout juste satisfaisant, sans convaincre et un Cameroun-Mexique très décevant.

Mais, là, avec la Hollande, c’est de nouveau l’étincelle du football qui rejaillit, comme on l’aime. La surprise, c’est le détenteur du Titre à terre et en déshérence. On a attendu en vain la réponse de l’Espagne. Totalement débordée, on a même risqué le K.O. 2 occasions de but supplémentaires pour les Hollandais, nettes mais non conclues. L’intention de jouer et non de bloquer, l’orientation toujours vers l’avant, des jambes qui courent comme des lapins, une envie d’aller chercher le but avec un flair de chasseur. Du foot comme on l’aime. Des passes qui arrivent aux joueurs au millimètre près. Tout le contraire du Cameroun où les passes étaient aléatoires y compris le choix des relances systématiques du gardien dans le camp adverse à personne.

Vive les Pays-Bas. S’ils continuent sur cette trajectoire, à classer dans les favoris.

Alors, ceux qui pleuraient sur le pénalty injuste contre la Croatie, ils ont pu voir ce que c’est un pénalty INJUSTIFIE.

Qui c’est l’homme du match Hollande/Espagne ? L’Equipe des Pays-Bas qui joue ensemble et se comprennent dans la circulation du ballon.

Tout le contraire des Camerounais qui jouent sans se comprendre, et sans cohésion. Ils ont laissé trop d’énergie dans la contestation des primes et retardé leur arrivée à Rio. Le décalage horaire peut être une explication de l’absence des jambes et de lucidité. L’autre explication de l’échec, c’est le choix de l’entraîneur qui laisse Eto’o seul en pointe. C’est quoi ce choix de merde et cet entraîneur amorphe qui ne change rien à un schéma qui ne fonctionne pas et qui avait peu de chances de fonctionner d’autant que les Mexicains étaient des brutaux. Ils méritent leur victoire ; l’équipe du Cameroun, favori sur ce match, étant éteinte. Quant à la manière, c’est autre chose. Mais bon, il paraît que c’est cela le vrai foot.

Quand on a vu Espagne/Hollande, on mesure combien ils sont loin de cette conception rugueuse et des embrassades voire autres dégagements des mains de l’adversaire au foot.

Côté décalage horaire, les Espagnols ont peut-être souffert du décalage de température entre l’endroit où ils se sont entraînés et le lieu du jeu : environ 20 degrés de plus.

Demain.

Angleterre- Italie.

Côte d’Ivoire-Japon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*