Une autre French Connection. L’UMP doit être purgée et fermée. Tous savaient.

Share Button

On va commencer par se réjouir de la marche de la Jeunesse de France organisée par le syndicat étudiant Unef, sur le mot d’ordre « France, réveille-toi. Il y a péril dans la demeure » (1). A entendre leurs avis à la 2, on retient leur regret de n’être pas allés voter si j’avais su…Eh oui, les absents ont toujours tort. On retient aussi le désir d’en savoir un peu plus sur l’Europe à l’école. Eh oui, c’était écrit depuis 2002 que je prêche dans le désert qu’il faut parler politique dans les établissements scolaires ; non pas en politicien, mais en éducateur. Mais voilà, dans un lycée, je me suis vue opposer le fait que la Laïcité, interprétée au sens strict, interdisait l’irruption du politique dans les établissements scolaires. Soulignez l’irruption en rouge et en gras, comme on dit dans les écoles. Et pourtant, les enseignants sont politisés et syndiqués et n’hésitent pas à faire de l’école le terrain de leurs revendications catégorielles et professionnelles. C’est malin : on ne parle pas de politique à l’école, mais moi j’en fais…. à l’école.

On retient dans les commentaires du défilé, l’inscription en porte-à-faux d’une jeunesse française raciste qui aurait voté majoritairement pour le Front aux européennes. Bien, que le Dieu Grec Socrate les entende : Connais-toi toi-même.

On retient enfin et cela concerne tout le monde, que les votants du Front aux européennes disent à 69% qu’ils ont d’abord voulu sanctionner la politique de Hollande. Ou quand le vote sanction devient un vote absurde. On est proche de l’autoflagellation et du suicide collectif. C’est extra.

 

Avril 2007.

Avril 2007.

J’ai vérifié qu’une sensibilisation des jeunes en milieu scolaire sur les enjeux de la politique et sur leur rôle dans la construction de la société et du lien social conduisait ipso facto à leur participation citoyenne et civique. Cette expérience est rapportée dans « la Société Scolaire », chapitre de « Défaire la société des rentiers ».  

Parler de politique à l’école, ce n’est pas faire du prosélytisme, ni de la manipulation des consciences. C’est l’éducation, la bonne, celle-là même qui permet aux jeunes d’accéder à la liberté de choisir. Liberté de choisir, souligné en rouge et en gras.

Ceci dit, j’apprécie la capacité d’indignation des Jeunes de France et la fierté de revendiquer cette indignation en venant porter leur parole sur la place publique. C’est un peu tard pour les européennes – le mal est déjà fait – mais, il n’est jamais trop tard pour bien faire.

(1) EUROPÉENNES : ECHECS EN CASCADE. MAIS, IL N’Y A PAS DE PÉRIL DANS LA DEMEURE EUROPE.

De l’autre côté de l’atlantique, Obama a envoyé des signaux sur sa diplomatie et sur sa politique étrangère sur une plus grande vigilance de l’Amérique, en matière de respect des normes internationales. C’est-à-dire du respect du Droit et de la Justice Internationales. Il n’est jamais trop tard, etc…

Venons en à l’UMP.

Dans l’article précédent, j’ai posé la question de savoir si 2 ans suffiront pour l’UDI et l’UMP à construire  (l’UDI) et reconstruire, pour l’UMP une crédibilité électorale ? L’UDI, je ne sais pas, c’est possible et même souhaitable.  Pour l’UMP, les choses sont plus compliquées, car:

Juppé, Raffarin, Fillon, les nouveaux Maîtres de l’UMP savaient. Et pas seulement eux, Morano, Alliot Marie, Dati, Wauquiez, NKM, Estrosi, Pécresse, tous les ex Ministres de Sarko, y compris Christine Boutin ralliée de dernière minute à la campagne de Sarko, après avoir vendue chèrement sa peau, tout le bureau politique, tous les cadres de l’UMP savaient, sans exception et qu’ils ne viennent pas nous dire le contraire. La Justice doit passer impitoyablement et sans état d’âmes et expurger une fois pour toutes les fossoyeurs de la Politique qui commencent à causer des dégâts monstrueux au point de conduire tout un peuple au suicide, car écrasé sous le poids des Oligarchies prédatrices, voraces et assoiffées de pouvoir jusqu’à l’autodestruction d’un Etat, la France.

J’avais déjà dit ici mon dégoût de voir Morano, battue aux législatives ici, car le peuple français n’en voulait plus. Alliot Marie qui s’est désistée d’elle même devant l’échec annoncé. De voir ces deux-là, objet du rejet des Français figurer en tête de liste est une autre insulte à la probité électorale. Copé a-t-il cédé au chantage de ces dames, en concédant leur désignation comme têtes de liste ? Le parti était-il sous influence de chantage ? Aucune immunité ne doit tenir ici.

Qu’était donc cette élection de l’année dernière où Fillon brandissait un chantage à demi-mot, réclamant la saisie des documents à l’UMP afin qu’on sache la vérité cachée ? A-t-on assisté à un jeu entre chefs de clans à la Sicilienne pour contrôler un territoire des rentes ? Tiens, la société des rentiers !

L’UMP doit rembourser les 11 millions de la campagne de donations récoltées, au lendemain du rejet des comptes de Nicolas Sarkozy. C’est un préalable, maintenant qu’il est établi que L’UMP a largement dépassé les frais de campagne fixés par la loi, sans le dire.

Mr Copé et l’UMP me pardonneront, mais, l’heure est suffisamment grave pour que je ne relaie pas le courrier adressé aux adhérents de l’UMP qui nous est parvenu – moi, en tant que sympathisante de coeur avec Copé et ce n’est ici un secret pour personne, même si cela ne m’a pas été rendu, mais que faut-il attendre de la France pour des gens comme moi qui résistent au Système ? Presque rien. Je suis une sacrifiée en France. Sacrifiée pour la Liberté en France, en Afrique et dans le Monde. Mais, ne vous inquiétez donc pas pour moi : ça ira, ça ira. C’est le prix à payer (2 voir note en fin d’article). Chaque leadership en a un.

En tant que sympathisante et  ancienne adhérente, j’ai été destinataire et je compatis. Voici ce courrier et ma réponse, à titre informatif et citoyen. Il serait bon que les établissements scolaires s’en servent pour éducation à la citoyenneté et que les étudiants en Droit et en Sciences po en fassent de même, y compris en Info et Com et en Diplomatie. Il y a des choses intéressantes ici à retenir.

C’est un cadeau que je fais en retour à la Jeunesse de France, pour la remercier du cadeau de leur sortie, leur regret et leur indignation contre le vote xénophobe.

Dans le courrier qui suit, Copé y dit une chose et le PS ne doit pas botter en touche NI CRIER QUE C’EST DE BONNE GUERRE :

TOUS LES PARTIS DOIVENT FAIRE L’OBJET D’UNE VERIFICATION SIMILAIRE – CAHUZAC TRESORIER DU PS ET ADEPTE DES PARADIS FISCAUX, IL CONVIENT DE VOIR DE PLUS PRES CAR CAHUZAC A ETE NOMME AU GOUVERNEMENT EN RECOMPENSE DE QUOI ? LA JUSTICE NE DIT TOUJOURS RIEN. ON L’ATTEND LA AUSSI.

Lettre de Jean-François Copé aux adhérents de l’UMP – mercredi 28 Mai.
Mes chers amis,

Je vous écris aujourd’hui, vous vous en doutez, avec une grande émotion.

Les décisions fortes que j’ai prises hier et que j’ai annoncées publiquement à la télévision, tournent une page de notre histoire politique. Cette histoire commune, que vous avez portée, fut riche et forte d’engagements, au service de nos idées et de nos valeurs.

Oui, ensemble, nous avons fait de grandes et belles choses pour l’UMP.

Ensemble, nous avons redressé la tête après la cruelle défaite de 2012.

Ensemble, nous avons résisté face aux projets les plus dangereux de la gauche dans l’unique but de préserver l’avenir des enfants de France.

Ensemble, nous avons posé les bases d’un projet de redressement national qui permettra demain de sortir la France de l’ornière, avec plus de liberté, plus d’autorité, plus d’égalité des chances.

Ensemble, nous avons remporté aux élections municipales une victoire sans précédent dans l’histoire de la Vème République, semant dans toutes les communes de France, des graines qui compteront à l’avenir.

Ensemble, nous avons également dû faire face à des épreuves difficiles. Une déception électorale, après le scrutin européen, dimanche dernier. Des déceptions humaines, lors des querelles internes qui ont suivi mon élection ou lorsque des ambitions individuelles ont brouillé la dynamique collective.

Dans les tempêtes, vous le savez, je ne me suis jamais dérobé. J’ai toujours assumé toutes mes responsabilités, prenant la tête des troupes quand le feu faisait rage, encourageant les plus faibles, faisant face à l’adversité. C’est ma conception du rôle de chef. C’est ma conception de l’honneur.

Aujourd’hui, l’UMP est confrontée à une lourde épreuve, avec des accusations graves portant sur les dépenses de notre parti au moment de la campagne présidentielle.

Selon plusieurs témoignages, des dépenses du Mouvement auraient en réalité servi à financer des dépenses de la campagne présidentielle de 2012, afin de masquer un dépassement du plafond de dépenses. Ces propos méritent évidemment d’être vérifiés par la justice mais en tout état de cause, il apparaît que l’UMP a très vraisemblablement réglé des factures qu’elle n’aurait pas dû honorer.

Il y a douze jours, ces révélations ont été pour moi un choc considérable. A aucun moment, je n’avais été informé d’irrégularités dans les dépenses et les procédures de l’UMP. Dans le cas contraire, je les aurais évidemment interdites.

Dans cette affaire terrible, je veux vous le dire une nouvelle fois, mon intégrité est totale.

Je ne vous le cache pas, ces événements sont pour moi une épreuve douloureuse qui fait hélas partie de l’aventure humaine. Elle m’enseigne une leçon simple : être demain toujours plus exigeant et plus vigilant.

La justice est saisie ; je m’en félicite et j’espère qu’elle fera au plus vite toute la lumière sur cette affaire et sur ses responsables. Tout doit être fait également pour que jamais plus de telles irrégularités ne soient possibles à l’UMP, ou dans d’autres partis politiques.

Hier matin, mardi 27 mai, j’avais convoqué un bureau politique exceptionnel de l’UMP, afin de communiquer en toute transparence les éléments dont j’avais connaissance et afin de proposer une gouvernance renforcée de notre Mouvement.

Fidèle à la mission que vous m’avez confiée, je m’apprêtais à conduire notre Mouvement à travers cette épreuve, pour être le premier artisan de la vérité.

Devant la violence des attaques à mon endroit, j’ai réalisé que le spectre de la division menaçait à nouveau notre Mouvement. De nouveaux déchirements risquaient de détruire tout ce que nous avons construit ensemble depuis deux ans.

Comme vous, j’ai trop souffert du spectacle des divisions de la fin de l’année 2012.

Comme vous, j’ai trop conscience de la nécessité absolue de rester unis dans les circonstances dramatiques que traverse notre pays.

J’ai donc pris la décision de démissionner du poste de Président de l’UMP, afin de sauvegarder l’unité de notre famille politique.

A partir du 15 juin, une direction collégiale composée d’anciens premiers ministres – Alain Juppé, François Fillon et Jean-Pierre Raffarin -, prendra la tête de l’UMP à titre transitoire. En octobre prochain, un congrès sera organisé : vous aurez de nouveau la parole pour désigner le Président de notre parti, pour exprimer votre sensibilité à travers les différents mouvements et surtout pour choisir la ligne politique que vous voulez pour l’UMP. Je me réjouis que les militants puissent dire ce qu’ils veulent pour l’avenir de notre Mouvement. L’UMP, c’est vous !

En ces moments difficiles, je pense d’abord à vous, mes amis militants et sympathisants, qui avez été de tous les combats, de toutes les campagnes. Je suis conscient de votre déception, de vos interrogations, mais je vous garantis que notre travail n’aura pas été vain, comme l’a montré notre immense succès aux élections municipales. Et je vous invite à poursuivre la reconstruction que nous avons lancée, au service de notre famille politique et de ses idéaux.

Alors que le pays sombre dans une crise qui rappelle les affres de la IVème République, alors que François Hollande est incapable d’apporter des réponses aux souffrances de notre peuple, alors que les populismes profitent des angoisses légitimes de nos compatriotes, il revient à notre famille politique de créer les conditions d’un sursaut national. Cette responsabilité historique rappelle celle du Général de Gaulle qui, en 1958, a remis la France en quelques mois sur la bonne voie grâce à un programme de réformes radicales. Hissons-nous à la hauteur de notre Histoire et inventons l’avenir qui permettra à notre Nation de retrouver son rang !

Je voudrais finir ce message par un mot plus personnel : avec vous, j’ai vécu des moments inoubliables. Votre courage, vos sourires, vos espoirs m’ont porté et m’ont poussé à donner toujours le meilleur de moi-même. Je suis fier et heureux d’avoir travaillé à la tête de l’UMP au service de Françaises et de Français formidables, qui s’engagent pour défendre notre pays et nos valeurs, bravant le mépris et l’indifférence. Beaucoup d’entre vous me connaissent et savent qui je suis, ce qui me fait avancer dans la vie, loin des caricatures et des attaques blessantes. Je continuerai de marcher avec vous sur le chemin de la reconquête. Je le ferai avec l’amour de la France chevillé au cœur, avec cette flamme qui toujours m’anime : l’envie de rendre à mon pays tout ce qu’il m’a donné.

Du fond du cœur, je veux vous dire « Merci ».

Je vous embrasse.

Vive l’UMP !

Vive la République !

Vive la France !

Jean-François Copé
Président de l’UMP
 

 

UN MAL POUR UN PLUS  GRAND BIEN POUR COPE  – LE PLUS CORROMPU N’EST PAS TOUJOURS CELUI QU’ON CROIT

Ma réponse :

Votre réaction et attention me touchent beaucoup et j’apprécie, car cela me réconforte.
Puis-je vous rassurer de ma sympathie et de mon soutien ? Je le crois sincèrement, après vous avoir lu.
Je vous sais courageux et je crois que vous aller dépasser cela. Quelque part, j’ai envie de dire que ce n’est pas plus mal, car cela a l’avantage de remettre les choses à l’état d’avant l’élection tant disputée. On remet les compteurs à zéro et on repart. Pour vous, cela peut être un mal pour un plus grand bien.
Mes pensées vous accompagnent en ce moment difficile.
Affectueusement.
Elise Mbock
———————————–
(2) Le prix à payer, c’est aussi de voir ses idées pillées par les encartés institutionnels, qui depuis que les thèses défendues dans le « clonage institutionnel », notamment comment la transformation de la démocratie en oligarchies planétaires complices entre elles débouche inévitablement sur une décroissance, selon une théorie économique simple : la soustraction produit la rareté qui à son tour produit la cherté qui est sans pitié pour les plus faibles, car la soustraction des biens publics de l’espace public au profit de ces oligarchies politiques, culturelles, et économiques associées, pénalise fortement ceux d’en bas – en Avril 2007 … Aucun éditeur, aucun intellectuel, aucun média, aucun institutionnel n’a soutenu. Plus tard, on a assisté à la reprise de ce thème central par les encartés institutionnels en France qui ont trouvé portes ouvertes partout. Depuis peu et, actuellement, on est au top de cela, c’est à l’international que certains se refont du beurre et une audience promue par tous les médias. C’est le Système : on pille les créateurs et les auteurs, les médias applaudissent, alors que ces mêmes pilleurs reproduisent ce qu’ils prétendent critiquer, en fructifiant leurs rentes et en pillant à leur tour. C’est du Grand Art. Et si en plus, vous n’êtes pas du bon côté de l’hémisphère, les médias se dépêchent de  superposer un visage bien Blanc sur le Vôtre. C’est l’effacement qui règne et en toile de fond, la propagande de la White Supremacy. Après tout, ils sont les seuls arbitres et sélectionneurs de la qualité. L’ordre est doublement vicié : par les politiques et par les choix éditoriaux.  Il faut être initié à cela. Ca prendra le temps que cela prendra, mais ça se fera.
Les jours des Imposteurs et plagiaires sont comptés. Ceux de la propagande médiatique occidentale également. Quand je demande un Observatoire des Médias à l’Europe qui a ainsi une occasion de recoller avec le Savoir et d’initier une Société du Savoir, c’est aussi pour que la couverture institutionnelle et médiatique corrompue n’efface plus les origines des idées et pour combattre la malhonnêteté intellectuelle qui, à force, en devient un Terrorisme, comme la Cybercriminalité. C’est sophistiqué, on a donc le temps d’en reparler, car Internet ouvre grande la porte à celui qui sait faire le buzz. Ces gens-là ne font pas avec les gens, ils ne soutiennent pas ceux qu’ils ne connaissent pas. Ils font les choses entre eux et prétendent critiquer les oligarques, alors qu’ils sont leurs semblables, en tous points.
Il faut des médias alternatifs et un autre Baromètre International. World Class est une première étape dans ce sens.
Vous commencez à voir très clairement dans le jeu qui a conduit l’Europe à son égarement. C’est le clonage institutionnel qui repose sur l’idée que les institutionnels ne se reconnaissent de valeur qu’entre eux et à rien d’extérieur à eux. Soit vous êtes dans le SYSTEME et vous avez automatiquement de la valeur, soit vous n’y êtes pas et c’est zéro valeur. A ce jeu là, c’est la création même qui meurt, car l’histoire montre que la création est hors système. Or, la création joue un rôle central dans l’Evolution. Le hasard aussi, mais pour de toutes autres raisons.
Il y a pire, en confisquant la valorisation et le fric qui va avec, on efface la différence et on exclut le citoyen lambda. Non seulement le système devient discriminatoire et raciste forcément, il a créé des oligarchies et, celles-ci confortées dans leur puissance qu’elles tirent de leur système exclusif de réassurances – système générateur des rentes, des prébendes et d’impunités – ont fait dérailler la Démocratie. Las, les peuples Européens ont sanctionné ce Grand Détournement de Civilisation. C’est extra.
CIVILISATION ET DU CONTRAT SOCIAL
La Civilisation prévoit un fonctionnement sociétal en équilibre  entre Pouvoirs et Contre-pouvoirs : c’est le socle de la Démocratie et du Vivre-Ensemble. Dès lors que les Pouvoirs ont annexé tous les Contre-pouvoirs ou que ces contre-pouvoirs se sont aplanis sous les Pouvoirs dans le but d’organiser ensemble leur confort, en transformant la société en terrains de chasse ouverte, le contrat social est rompu. Se produit alors une monstruosité qui caractérise nos Temps Modernes : le retour des Dictatures déguisées en Systèmes démocratiques, et, là où les dictatures règnent, la Censure s’applique inévitablement, les libertés sont confisquées, la société étouffe, l’Exclusion sélectionne à la Darwin (le Darwinisme Social*), car toute dictature est un circuit fermé.
Sous diktats, les peuples deviennent fous, car privés de liberté.
Le Parlement devait être un contre-pouvoir au pouvoir, tout comme le Judiciaire. En tout état de cause, ils devraient être séparés et indépendants l’un de l’autre. Il s’est passé l’inverse : le parlement est une annexe gouvernementale – système des partis oblige – et la Justice aux ordres du Gouvernement, système institutionnel Royaliste à la Française oblige. A la fin, il n’y a plus de contre-pouvoirs, surtout lorsque la Gauche est au Pouvoir, puisque les syndicats eux-mêmes sont de Gauche. Les agents du public également. Les médias aussi.
Tout Pouvoir corrompt. Le Pouvoir Absolu assurément. Avis à l’Europe qui veut annexer les Etats-Nations dans une configuration similaire. La Folie est au bout du bout.
Dernières nouvelles de l’UMP. A propos du Hold-up du Trio Juppé-Raffarin-Fillon. « UMP: menace juridique sur le triumvirat Fillon-Juppé-Raffarin » (Dans le Nouvel Observateur). Ca fait un bail qu’ils en rêvaient ceux-là de cette présidence. Malheureusement, le coup d’Etat n’a plus la cote nulle part. Regardez le désastre auquel il a abouti en Ukraine.
Alors, Copé reviendra, malgré les sondages bricolés qui font partie de la corruption du Système.  Lire dans l’Obs toujours « Quand Copé prévient : « Ne vous inquiétez pas, je reviendrai ».
SARKO C’EST TERMINE
Il paraît que Sarko trépigne et veut revenir ? Si par extraordinaire, il passait les primaires à l’UMP, ainsi que les sondages truqués l’annoncent, ce que je suis loin de croire, car il faudra d’abord en passer par la case « prison » ou « illégibilité à vie » – ce que je crois,  s’il y a une Justice dans ce pays, car le trafic à l’UMP lui à profité à lui et à lui tout seul et celui à qui profite le crime est le coupable ; si jamais, par extraordinaire et par laxisme judiciaire, le miracle se produisait, alors Cambadélis est bien parti pour remporter la mise. Qu’il se prépare, je le sens bien solide.
Mais bon, ce scénario exclut Copé et moi je crois à sa solidité. Bien entendu, il y a deux ou 3 autres auxquels je pense à Droite et qui peuvent très bien faire l’affaire. Et puis, laissons la porte ouverte, d’ici là qui sait, certains pourront se révéler.
MAIS SARKO, C’EST BIEN ET BEL TERMINE. JE SOULIGNE EN ROUGE. LE SEUL SERVICE QU’IL PEUT NOUS RENDRE C’EST D’ AIDER A LA VICTOIRE DU PROCHAIN CANDIDAT FINALISTE DE DROITE POUR LUI RENDRE (A CETTE DROITE) CE QU’IL LUI A PRIS, AU CAS OU IL SERAIT EN CAPACITE DE LE FAIRE, C’EST-A-DIRE HORS PRISON.
Pour terminer, je ne résiste pas au plaisir de féliciter de nouveau la JEUNESSE FRANCAISE pour son action d’éclat, organisée sur le pied levé, action remarquée à l’international et félicitée pareillement – Exemple dans El Watan :

Manifestations contre l’extrême droite en France

La jeunesse française dit non au FN

Que dire de plus ? Sinon Bravo. Pour qui a travaillé avec les jeunes, s’il n’y avait que 10 jeunes à ce défilé, organisé vite fait, j’applaudirais déjà. Mais alors là, c’est un cadeau planétaire. C’est extra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*