Européennes : Echecs en cascade. Mais, il n’y a pas de péril dans la demeure Europe.

Share Button

Plus de peur que de mal.

Bien, le moins qu’on puisse dire c’est que ces élections se terminent par un échec sur toute la ligne.

Echec de la France qui fournira le plus gros contingent de représentants de l’extrême droite eurosceptique et contre l’Europe à  l’Europe. Un vote contradictoire donc et paradoxal. Pourtant le Front n’est pas un cas isolé. Le Danemark et l’Australie font pareil. L’Europe a fait renaître les relents xénophobes en Europe. Ce qui est totalement contre son projet de réconciliation, d’amour et de paix.

Le vote FN en forte hausse est le signe de l’échec de l’idée européenne auprès des Citoyens.

C’est le deuxième échec : celui de la citoyenneté européenne qui vient avec cet autre échec : celui de la pédagogie de l’Europe portée par les politiques mais également l’échec de l’éducation qui ne fait pas son travail d’apprentissage de la citoyenneté européenne et de l’Europe. Au lieu de se focaliser sur les rythmes, il faut se concentrer sur ces contenus-là devenus indispensables.

On parle d’un taux d’abstention de 73 % chez les moins de 35 ans en France. Ca dit bien l’inculture due à l’absence de l’éducation des jeunes à l’idée européennee. L’inculture menace l’Europe.

Echec de la culture.

Echec des politiques qui instrumentalisent l’Europe, lorsqu’ils sont en difficultés.

Echec de la campagne de la part de tous les hommes politiques, notamment des ténors, qui se sont planqués, en attendant une invitation des médias qui n’est jamais venue… à temps.

Gérard Longuet a fait des analyses très intéressantes sur Public Sénat. A la fois sur une UMP totalement sclérosée et tournée sur elle-même qui prêchait ce qu’elle ne fait pas ou ce qu’elle fait mal. Ni le PS, sectaire, ni  l’UMP, repliée sur elle-même, ne donnent envie d’y croire.

Le PS, on connaît ses faiblesses : c’est l’échec du gouvernement coincé entre réformes annoncées et toujours reportées, un chômage difficile à résorber, une reprise qui ne vient pas, des promesses non tenues et un dernier plan d’économies de 50 millions qui a envoyé des signaux rouges concernant la Justice Sociale et l’horizon futur. En gros, ce plan d’austérité a ajouté le désarroi à l’incertitude de l’avenir.

Enfin,  ces lois sur la famille, mariage gay et abcdaire de l’égalité sont elles aussi causes de l’ échec.

Echec de la campagne. Ni les politiques, ni les médias n’ont cru bon de faire campagne à une exception : la surmédiatisation du FN qui, dans son principe même, est un échec éthique. Le CSA a-t-il fait son job en termes de respect du temps de la parole ou s’est-il laissé déborder par l’agenda des médias pro-frontistes ?

Autant les votes du FN ne sont pas uniquement le fait de cette surmédiatisation, autant ils relèvent également d’un matraquage médiatique en France du discours FN, qui a rencontré le mécontentement et la frustration du mal-vivre au quotidien et la recherche de bouc-émissaire qu’un tel mal-être appelle. Campagne démagogique à souhait.

La bonne nouvelle est qu’il s’agit d’une élection où les voix du Front et de ses homologues feront plus de bruit que de mal.

Reste quand même la honte : Que l’Autriche de Hitler, les Hollandais, ex Temple de la colonisation sauvage et concepteurs de l’apartheid en Afrique du Sud et le Danemark des Vikings soient racistes n’est pas très étonnant, mais la France ? Il y a comme un hold-up, un détournement électoral : on vous avait pourtant avertis d’être attentifs au pillage électoral que seule une bonne participation pouvait contenir. D’accord, la participation est meilleure que celle de 2009, mais reste très faible.

Heureusement, aux dires d’un  député européen Belge, Marine le Pen n’a pas été présente à Bruxelles en 5 ans de mandat. On enverra donc 22 à 25 députés du Front faire du tourisme à Bruxelles. Un véritable gâchis.

Sinon la victoire du Madrid de Real était somptueuse. Zidane a gagné son entrée en matière. Ca ce sont des champions respectables qui gagnent par eux-mêmes et non grâce à une surmédiatisation injustifiée et injustifiable. En 2012, la presse a porté Hollande au pouvoir, de façon maligne. 2014 sera cette date où la presse française aura volé l’élection, une fois de plus, en roulant vaillamment pour le Front. Pauvre France, elle ne mérite pas la presse qu’elle a ou plutôt si, elle mérite ses médias corrompus et larvés. Ces médias qui passent leur temps à mélanger les torchons et les serviettes. Une salle besogne.

Fort heureusement, les élections européennes constituent une élection à part.

L’UDI déçoit, car Bayrou faisait du 5%. Si la plateforme fait seulement 10%, c’est aussi le manque d’une figure d’identification. Ca fait trop éclaté et à long terme, il y a déperdition, car le parti et la politique ont besoin de visage et de cristallisation. Qui dirige l’UDI aujourd’hui que Borloo est empêché – pour raisons médicales ? Lagarde ? Morin ? Jego ? Bayrou ? La collégialité c’est bien, mais elle a aussi ses limites.

Bayrou ne peut pas être à la tête de cet attelage, compte tenu de ce qui s’est passé en 2012. Semi-réussite de l’attelage qui ne convainc pas plus que ça.

Sinon, les Verts ont tenu le choc, au lendemain de la sortie d’un gouvernement qui boit la tasse.

Enfin, lorsqu’on entend dire qu’il ne s’agit pas d’élections nationales mais européennes, on sourit, on pense global et local en même temps, le national est Européen et vice-versa, bien évidemment. Et le vote européen est un vote international.

Ceci étant, il n’y a pas de péril dans la demeure.

David Cameron

L’histoire donne rétrospectivement raison à David Cameron qui avait vivement manifesté son désaccord avec les orientations de l’Europe. A ce moment-là, les Ayrault, les Sarkozy qui avait refusé de dire bonjour à Cameron, lors d’une séance Bruxelloise, car ne supportant pas la critique de Cameron, les Hollande non-réformateurs dans l’âme, prenant l’Europe en Otage et tous les hommes politiques de France indignés aujourd’hui étaient contents de détourner le vote public par des séances exceptionnelles d’un vote à Versailles. Ils ont joué avec la démocratie. Les médias en France ont achevé leur sale boulot. C’est  que l’exemple vient d’en haut et, puisque entre les politiques et les médias en France le mimétisme est total, alors, plus les politiques vendront leur âme au Diable, plus loin les médias iront encore, dans la débauche y compris intellectuelle. Facilité oblige.

Je viens de lire un billet du Huffpost.uk qui dit qu’apparemment, les médias britanniques ont été instrumentalisés par l’Ukip et ont été piégés dans leur recherche du sensationnel, devenu l’alpha et l’oméga du journalisme. Je disais il y a quelques jours, qu‘il faut un Observatoire des Médias au  niveau européen. C’est désormais une urgence. Lire cette tribune d’un blog du Huffpost.uk qui met l’accent sur une élection détournée : Why Is Racism the Biggest Debate in the European Elections? Les médias ont-ils été piégés par l’Ukip ou par leur propre inculture politique ?

David Cameron doit être en pointe.

Paradoxe encore, l’ire de Cameron s’est retournée contre lui, non pas que les médias britanniques aient dévoyé le scrutin, mais parce que le théorème disant qu’on ne fait pas forcément de bonne politique avec des bonnes intentions se vérifie. Il a sonné l’alarme sur la mauvaise orientation de l’Europe : c’est une bonne intention. Il a voulu redonner la voix à son peuple et à ses élus excédés par tant de laxisme et de louvoiement européens. C’était une bonne idée en soi. Et pourtant, cette exigence de responsabilité à la fois individuelle et collective, qui appelle un référendum sur l’idée européenne, a fait le lit de l’Ukip, semblant accordé à son scepticisme. Il faut qu’il maintienne le cap, ne serait-ce que pour mettre la pression à l’UE afin que les Britanniques, le moment venu, voient que l’Europe a véritablement changé et que cela se traduise dans leur vote. C’est un bon test pour l’Europe, qu’un tel vote se tienne en 2017, au Royaume, car d’ici là, il n’y aura pas d’autre critérium. Finalement, ce référendum Britannique annoncé n’est pas plus mal, s’il est maintenu. Il se fera à froid et non plus à chaud, comme l’élection d’hier.

Au vu des résultats, certains appellent à une clarification civique et tant qu’à faire à avancer la date de l’élection à 2016 – Info de Mehdi’s Morning (Huffpost). Sauf que d’ici-là, il faut que Cameron passe le cap de la réélection de 2015. La moitié des électeurs des Conservateurs ont voté Ukip. Probablement que l’UMP a été tout aussi saignée, de la même  manière, mais la solution ne consiste pas à courir derrière le Front, n’est-ce pas Mrs Copé, Estrosi et Mariani ? Il faut une  Nouvelle Offre. Ceci étant dit, Nicolas Sarkozy a semé la zizanie avec sa tribune assassine pour l’UMP qui ne pouvait que conforter ceux qui hésitaient encore entre l’UMP et le Front à franchir la ligne jaune. Qu’un président reconnaisse ainsi son échec était mal venu et totalement inutile. A vouloir revenir à tout prix et n’importe comment, Nicolas Sarkozy a fait du mal à son parti. Copé ne s’est pas impliqué dans les européennes, pensant qu’il continuerait à surfer sur la vague bleue des municipales. Facilité dangereuse. Les autres « ténors » de l’UMP qui veulent profiter du mauvais score de l’UMP pour faire un procès au leadership n’ont rien fait non plus. Ils étaient tous aux abonnés absents.

L’Ukraine.

Le Magnat du Chocolat (Info CNN) est donné vainqueur d’une non-élection présidentielle. Bien, c’est mieux que rien. Le Rien ce sont ces putschistes que je ne pouvais pas encadrer. De ne plus voir la  tronche des putschistes à la parade sur la scène publique internationale exercer un pouvoir volé et pillé, permet déjà de mieux respirer. Tous ceux qui volent les élections seront poursuivis par les Citoyens du Monde. Avis aux présidents africains, experts de la chose.

Je savais qu’on avait quelque chose en commun avec l’Ukraine, au-delà de la respiration démocratique et de la résistance, maintenant, je sais que c’est le chocolat dont la traçabilité mène en Afrique. L’or noir en Afrique c’est le cacao et son chocolat.  

Bongo ne le sait pas, ni lui, ni les autres. Seul Houphouët le savait.

Ali Bongo, les Africains et la diaspora

Pourquoi je vous parle de Bongo ? C’est que hier, en zappant, je suis tombée tout à fait par hasard sur une interview de TV5 monde Bruxelles-Suisse dans laquelle il était question de son somptueux  Forum : New York-Africa. J’aime l’idée d’associer New York aux questions africaines, après tous, nous sommes Africains-Américains. Lorsqu’on lui a demandé s’il était ouvert au retour de la diaspora, il a répondu de façon alambiquée. Il a dit qu’il fallait que l’on voit si la formation de la diaspora et leurs diplômes correspondaient aux besoins du pays d’origine et il a glissé sur une tout autre explication. Une telle mauvaise foi est sans bornes. Il a ajouté à un moment donné que le forum New York Africa permettait aussi aux Africains de se parler entre eux. Trop bien vraiment, que les Africains puissent se parler entre eux à travers la connexion New-Yorkaise. Une autre honte.

Ici n’est pas le lieu pour commenter cette interview en long et en large, brève mais très claire sur les intentions des présidents africains vis-à-vis de la diaspora africaine. Mais, on va en dire un mot quand même, car il est des mensonges qu’il ne faut plus laisser passer. Un, la diaspora ne vient rien demander, elle vient apporter le développement et le changement et ceci fait peur. Deux, l’Afrique a besoin de tout. Trois, lorsque ces chefs d’Etats négocient le pillage de l’Afrique avec les étrangers, ils sont à l’aise, mais quand il faut parler développement avec les africains, là ils débitent un charabia incompréhensible et menteur.

Cette diaspora envoie un argent fou en Afrique et contribue à la même hauteur voire même plus que les Etats au Bien-Etre des populations locales qui se soignent avec l’argent de la diaspora, sinon l’Afrique, atteinte du VIH de surcroît, serait décimée. Lorsque la Diaspora va en Afrique, elle paie un timbre de 100 euros comme n’importe quel étranger. C’est une honte et du racket.

Au Cameroun, actuellement, les Camerounais-Américains sont entrain de construire un Hôpital qu’ils vont gérer. Les villageois construisent des écoles un peu partout en Afrique pour leurs enfants et paient même parfois les enseignants. Au Mali, la diaspora fait l’école et construit des dispensaires partout. Et pourtant vous avez entendu le Président Ali dire que le problème numéro 1 de l’Afrique c’est l’éducation. Des poncifs. L’Afrique ne manque pas de diplômés, elle en aurait même trop, au regard de leur employabilité et/ou des résultats de ceux qui sont en fonction et qui baillent aux corneilles, en volant.

Education, éducation, éducation, la belle arnaque pour dédouaner les chefs d’Etats confiscateurs de pouvoirs dont ils se servent pour reconduire la colonisation qui ne profite qu’à eux et à leurs entourages. Entendre dire que les Africains doivent devenir des Acteurs en excluant ceux qui peuvent rendre cela possible fait sourire. Et dans la bouche des décideurs africains, éducation leur permet de gagner encore 20 ans, puisqu’ils misent sur la génération qui est dans le primaire, comme si entretemps, les africains vivaient dans la brousse et venaient d’en sortir.

Les Africains ne sont pas Acteurs chez eux, car les dirigeants les combattent surplace. Ceci est valable tant pour ceux qui sont surplace que pour ceux de la diaspora. Pire, tous ceux qui sont surplace sont contre la diaspora qui viendrait leur piquer leurs places, trop bonnes. On joue la carte Blanche pour maintenir la division. L’homme Noir est un Etre complexé vis-à-vis du Blanc et vis-à-vis de tout ce qui semble au-dessus de lui. Lorsqu’il est illettré et sort des ghettos de Harlem, de New York, de la misère africaine, ses choix font pitié. De jaloux, il en devient méchant. De perdu, il en devient loufoque. On a parlé des problèmes de sécurité à Ali, il s’est dit préoccupé. Vraiment ? En Afrique, une vie humaine n’a aucune valeur.

L’UE doit se saisir de ces sujets, car on va voir resurgir la question de l’Ivoirité qui s’est posée en Côte d’Ivoire, avec les conséquences désastreuses qu’on sait, et on va revoir les guérillas et probablement des guerres civiles, si la donne ne change pas. Et s’il y a tout ceci, Lampedusa va encore déborder de morts et de misère. La paix va être remise en question. La fausse paix devrais-je dire, car il n’y a pas de paix dans un Océan de malheurs où les requins et leurs frères piranhas venus des rivages européens, New Yorkais, asiatiques et d’ailleurs sont au festin permanent. Au menu : les peuples africains, leur sous-sol et leur cacao.

L’UE ne peut pas ignorer ces questions que sont la paix dans le monde, les équilibres et le développement. Donc quand vous votez pour L’UE, vous votez pour sa place dans le monde. Nolens, volens. Le vote de ce Dimanche est un énorme malentendu. Un faux pas historique. Un pillage.

Pillage électoral.

Forum New-York Africa, lire dans l’Obs qui est derrière tout ce cirque.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*