Européennes. Pourquoi il faut aller voter Dimanche. Un : Repenser la culture et l’éducation.

Share Button

Oui, oui, oui. Le compte à rebours est enclenché et, entre aujourd’hui et le jour J, Dimanche, on a le temps d’explorer quelques pistes intéressantes : autant de raisons d’aller voter. Alors, l’Obs a dévancé notre désir en nous offrant sur le plateau deux occasions de le faire. Le reportage sur le couple bling-bling New-Yorkais recyclé dans l’humanitaire et l’événementiel en Afrique – au Gabon, en Guinée Equato et au Congo Brazza – le trio rouge flashy du bling-bling africain est un cas typique (que je prends) et la séance canapé du visionnage du film Welcome to New York en est un autre (qui donne comme un haut le coeur).

Arrêtons-nous sur ce dernier cas. A voir ici.

« Welcome to New York » en VOD : la séance canapé du Nouvel Obs.

Il faut vraiment qu’un cours sur la lecture de la presse et le décryptage à la fois des lignes éditoriales et des sous-entendus des articles presse et des reportages médias ait toute sa place dans les programmes, à partir du secondaire. En concevant  un projet d’accompagnement citoyen dont l’axe était l’apprentissage de la citoyenneté à travers les discours en circulation – politique, médiatique, économique, culturel, sociologique -, j’étais en avance sur le temps et pourtant, j’avais suscité le courroux de André Vallini, nommé aujourd’hui au gouvernement Hollande, chargé de la réforme territoriale où il mettra finalement en place, ce qui a déjà été théorisé ici sur les départements et sur le reste d’ailleurs [4] (voir note en bas de page).

André Vallini et ses acolytes du PS à la Région Rhône-Alpes et du territoire Nord-Isère ont saigné le projet en stoppant le financement net, sans appel. Aujourd’hui, je lis dans la Politique de la Ville que les financements aux associations doivent être pluriannuels, car on ne peut pas juger des effets d’un projet sur une seule année et d’un – ce que Philippe Séguin avait déjà conseillé avant sa mort, lors de son passage à la Cour des comptes –

De deux, je vois que les projets privilégiés sont alignés sur la schéma mis en oeuvre par mon projet d’accompagnement citoyen, on insiste sur l’éducation et sur la citoyenneté. L’activité de la Voie Lactée – c’était le nom de l’association – a été conçue et initiée en 2002 et expérimentée sur cette unique année 2002-2003, grandeur nature. Activité censurée par une bande de ploucs et de magouilleurs. 12 ans plus tard, les mêmes attardés sont au pouvoir et que font-ils ? Ils reconduisent ce qu’ils avaient piétiné et effacé naguère d’un trait de crayon, en séance fantômatique et en bande organisée.

Nos institutions sont quasi-frauduleuses dans leur fonctionnement. Je vous disais la même chose hier de certains médias.

Ce qui nous ramène à la séance vidéo pathétique que vous avez vue ou que vous aller voir après dans l’Obs. Cette vidéo de commentaires a le mérite de montrer ce qu’est le Français en charge des commentaires médiatiques. C’est un portrait fidèle : des gusses sont assis, en croquant des chips, avec une nana, pour le fun et le plaisir des yeux, j’allais dire l’ameublement. Ils prennent la pose/pause qui les condamne déjà. Ils s’affalent et ils disent quoi : des lieux communs.

Il faut savoir que L’Obs a été condamné à payer de l’argent 50 000 euros, je crois, pour tentative de diffamation et d’exploitation mercantile et abusive d’un fait divers : l’affaire DSK. A l’époque, l’Obs avait publié les « meilleures feuilles », d’une employée du CNRS qui s’était prostituée volontairement et goulûment auprès de DSK. Son approche cochonne du récit plaisait tant à l’Obs qui a collaboré au projet. J’espère qu’on a licencié la cochonne… En France ? Il ne faut pas rêver.

>>> L’édition française de caniveau et la chercheuse en plastique du CNRSDSK réagit.

C’est ce même Obs, ami et souteneur des cochonnes qui juge du film de Ferrara, assis sur un canapé et récitant, à la fin du visionnage, des litanies maintes et maintes fois entendues ici et là et qui sont tout sauf du savoir cinématographique et filmique. Vous avez là le portrait du Français : il discrédite tout ce qui le dépasse ou qu’il ne sait ou ne peut faire, car ne comprenant pas. En lieu et place, il préfère entretenir du vide. Envahi par la haine, la jalousie, il détruit le travail des autres, dans le même temps où son propre travail ne débouche sur rien de créatif, ni de productif. La preuve, sans les subventions publiques, la presse en France serait déjà morte et enterrée depuis fort longtemps. C’est pourquoi, ils ont fait battre Nicolas Sarkozy et courent après l’UMP, car leurs subventions qui leur permettent de travestir la réalité et les faits seront remises en cause. Il faut suivre et connaître les lieux à partir desquels les journalistes s’expriment.

En matière du commentaire d’un film sur DSK, les journaux ne seront jamais objectifs. Surtout, les journaux français.

C’est toujours pourquoi, ils n’ont de cesse de mettre dans le lit des présidentiables et des décideurs, une des leurs pour qu’elle s’occupe bien de faire durer les rentes. Entretemps, de leur côté, ils feront passer les vessies pour des lanternes (Marine) et vice versa (L’UMP), histoire de foutre le merdier dans le camp de la Droite et d’espérer, par cette entremise, faire pencher la balance à Gauche. C’est habile. Sauf que ce n’est plus de l’information, mais de la manipulation politique.

Comment l’Europe peut-elle contribuer à mettre en place un nouveau code déontologique des médias- à l’instar de ce que le Royaume Uni a fait, au lendemain du scandale News of the World [5] –  et à réglementer la question des subventions publiques allouées aux médias de propagande et de désinformation publique voire d’intoxication et, ce faisant, à assainir le domaine informatif, en laissant faire le marché et une offre de qualité et crédible ?

Comment l’Europe peut-elle contribuer à faire respecter la déontologie en matière d’information publique qui, je le rappelle est une question de salubrité publique ?

Comment l’Europe peut-elle protéger les citoyens européens de l’intoxication médiatique et des impostures comme celles que l’on voit à la fin de cette vidéo avec deux interlocuteurs qui font presque pitié ou sourire, tellement ils sont nuls ? Sauf s’ils font exprès, ce qui n’est pas à exclure et qui serait encore pire que le cynisme dru.

Comment l’Europe peut-elle empêcher les abus de prise d’intérêt dans le domaine des médias et légiférer sur les incompatibilités dans ce domaine ?

Et puis quelle place les Etats-Nations entendent-ils donner à l’éducation à la compréhension des médias et à celle des enjeux de sociétés à l’Ecole, afin de mieux équiper les jeunes qui sortent du Système contre toutes les propagandes et manipulations, voire persuasion clandestine en provenance des médias ?

L’assainissement du milieu de l’information est un enjeu du futur, car c’est un domaine qui menace de faire culbuter la démocratie, en la faussant et en la détournant de son objet. J’ai envie de dire en la vidant de son projet qui est le vivre ensemble et la cohésion sociale. Si ce socle est compromis, la croissance prend l’eau. Le développement devient vide de sens.

L’avenir de la France c’est l’Europe

L’Europe a permis de débloquer la concurrence en matière de téléphonie, là où la France toute seule n’aurait jamais pu.

Pour tous les autres secteurs qui résistent encore, et, en France, pays des monopoles, ils sont légion et gèlent le marché et l’emploi, je pense fortement au secteur bancaire ici [6], il faudra toujours plus d’Europe pour nettoyer ce noyau dur que sont les monopoles protégés par les subventions illicites du genre de celles versées aux médias qui devraient cesser ; surtout lorsqu’ils sont nationaux. Il vaut mieux renforcer les médias régionaux, qui apporteront un contrepoint informatif et une information de proximité plus utile que celle partisane des journaux nationaux. Subventions plus niches fiscales pour des missions de terrain qui ne sont même plus effectuées, puisque tout se fait maintenant à Paris, assis sur un canapé, tout ça pour obtenir des analyses de sommier, il y a de quoi faire pour l’Europe. Ce sont ces questions-là qui doivent vous décider et non le reste qui fait partie du brouhaha médiatique : sortie de l’euro et immigration.

En dehors de l’énergie, de l’eau, de la défense, de la sécurité et de l’éducation, tous les autres secteurs doivent être revus et corrigés par l’Europe qui doit faire le ménage. Le secteur médias, compte tenu de son intrusion sauvage dans la gestion des affaires publiques, est une urgence. Il y aura beaucoup de fermetures, mais ce sera au final pour le Bien de Tous que la France, à elle toute seule, ne peut plus garantir aux Français aujourd’hui.

Vive l’Europe !

Dossier Elections européennes.

1. ELECTIONS EUROPÉENNES. PEUPLE DE FRANCE, SI VOUS VOULEZ QUE L’EUROPE CHANGE, LEVEZ-VOUS LE 25.

2. Européennes. Pourquoi il faut aller voter Dimanche. Un : Repenser la culture et l’éducation et un nouveau code déontologique médiatique. Cela n’arrêtera pas la connerie, mais ça la limitera, car elle portera à conséquence.

3. Européennes.  L’immigration sera jugulée avec une coopération écologique durable ou par le terrorisme.

4. Européennes. Royaume-Uni. Rapport Levenson. « Nous devons ériger une paroi dure entre la presse et les politiques » : Nick Clegg.

5. Européennes. LE MILITANTISME ADMINISTRATIF AU SOMMET D’UN ETAT SOCIALISTE EN ERRANCE.

6. Quid du secret bancaire toujours vivant ? Et des paradis fiscaux toujours conquérants ? Comment faciliter l’accès au crédit pour les créateurs et mettre de l’ordre dans ce fouillis des prêts d’honneur, sociaux etc… ? Etats-Unis/Banques Suisses : malgré le plaider coupable du Crédit Suisse, le secret bancaire n’est pas remis en question en Suisse.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*