L’Ukraine est désormais un pays du Tiers-Monde : sous tutelle UE/USA. Cette prime à l’hooliganisme est nauséabonde.

Share Button

Au moment où l’Ukraine devient un pays du Tiers-Monde, au même titre que ceux de l’Afrique et du monde Arabe, sous tutelle Americano-Européenne de facto, depuis ce matin, avec ordre de libérer l’opposante corrompue, Tymoschenko – C’était donc cela l’un des objectifs : la mafia des corrupteurs/corrompus vient libérer son agent emprisonnée : une vraie foire démocratique – au moment où l’Ukraine vient de perdre son indépendance, lâché par Poutine qui lâche toujours ses alliés, au dernier moment, après avoir opposé un veto, on rigole sur ces pays qui paradent devant le monde entier avec le mot démocratie dans leur bouche, pour mieux la piétiner partout où ils ne trouvent pas de valets et de marionnettes aux ordres du pouvoir Mondial Juif.

Ne sont-ils pas eux-mêmes les esclaves de cet Ordre Suprême Financiaro-bancaire qui ne connaît qu’une seule et unique valeur : le fric et peu importe les moyens mis en oeuvre pour l’avoir ; la damnation, toutes les formes de prostitution et de corruption et le rejet de tous les principes Républicains, tout ou presque est achetable. Les Chefs d’Etats faisant partie du lot, car élus par le même Ordre : normal, il faut renvoyer l’ascenseur.

Donc, les pays démocratiques vont soutenir un coup d’Etat en Ukraine, comme ils l’ont toujours fait partout ailleurs en Amérique du Sud, en Afrique et dans le monde Arabo-musulman. L’Europe et l’Amérique ont enclenché la machine à recoloniser, depuis l’entrée en guerre en Irak et en Afghanistan qui a ruiné l’Amérique. S’en est suivie une crise financière que l’Ukraine, dernière en date, va payer, en vassalisation, ou en viatique pour des conquêtes coloniales futures, juteuses en retours sur piraterie.

Donc, la France du gouvernement qui n’a de cesse de répondre à ceux qui critiquent le régime Hollande que ce dernier a été élu et qu’il est là pour 5 ans, quoi qu’il fasse ou ne fasse pas de préférence et quoi que l’on fasse, les mêmes sont allés soutenir les bandits de grand chemin de l’Opposition Ukrainienne – en fait ils les ont achetés et ceux-ci ont exactement fait le sale boulot achevé ce matin : la destitution d’un Président, via une Opposition qui a pactisé avec l’UE.

La Bible dit, « ne faites pas autres ce que vous ne voulez pas qu’on vous fasse à vous ». La France qui fête la Résistance au Panthéon et qui, au même moment, complote pour un coup d’Etat en Ukraine se moque d’elle-même. Idem pour ses Alliés qui n’ont que faire des Ukrainiens. Seul les intéresse, le statut colonial réservé à l’Ukraine, car de deux choses l’une :

Scénario 1 : si le parti de Ianoukovitch gagne ces élections anticipées, que va faire l’UE et que feront les Opposants ? Vont-ils demander la partition du pays, selon leur bon vouloir, puisqu’aujourd’hui, les concessions présidentielles n’ont d’autres choix que d’obéir aux oukases d’une Opposition qui ne négocie pas, mais ordonne et exige que ses revendications soient adoptées.

Mais, j’avais oublié, si cela devait arriver, on dira que le pouvoir a triché, car cela ne se peut pas, justifiant du même coup un autre bras de fer. L’accord du jour et ses points sont basés sur un postulat : l’Opposition va remporter les prochaines élections, car elle est majoritaire, la preuve : la rue. Il n’y a donc aucun suspense pour le prochain round électoral présidentiel en Ukraine. Ouf, la démocratie est sauve. Tu parles !

Scénario 2. L’Opposition l’emporte, puisqu’elle ne peut que gagner. C’est couru d’avance : ce que l’UE veut, Dieu le veut, n’est-ce pas. Mais qui va diriger le pays ? L’Etranger bien évidemment. Combien de temps les Ukrainiens, le vrai peuple, acceptera cette mise sous tutelle déguisée ?

On aurait voulu voir les deux parties se mettre d’accord, sans intervention extérieure nuisible sur toute la ligne.

On ne soutient pas une Opposition à la Benghazi (Lybie) ou à la Alep (Syrie) qui met le feu aux institutions du pays, tire sur les forces de l’ordre à balles réelles, séquestre les policiers, casse tout ce qu’elle peut à coup de battes, de barres de fer et autres gourdins et, par dessus le marché, menace le président pendant les négociations, après avoir pris soin de pactiser avec l’Etranger, en échange de la libération de leur Chef emprisonnée et d’un gouvernement d’union nationale, parmi tant d’autres exigences satisfaites dont les élections anticipées. On libère les corrompus jugés coupables maintenant ? Que devient le principe même de la justice en République ?

L’Opposition Ukrainienne a livré à l’UE la tête de Ianoukovitch sur un plateau. On leur souhaite, à l’UE, un très bon appétit de cette tête sanguinolente. Remarquez  là où il y a un BHL en taupe et un Fabius, et un McCain, le sang n’est jamais loin. J’ai envie de dire qu’il suffit de suivre les traces de sang pour les trouver au bout du filetage. C’est leur signature et marque de fabrique : les Vampires ne meurent jamais.

Cette prime à l’Hooliganisme et au vandalisme public est nauséabonde.

On parle aussi d’argent payé à la Russie, en échange de son forfait de dernière minute. Argent payé par la bourse Irlandaise, sous forme de bons, sur ordre de l’UE. Si tout ceci est vrai que Poutine aurait lâché Ianoukovitch de cette manière, alors, je vous laisse conclure sur ce type de comportement.

Il  me revient à l’esprit une lecture intéressante mettant en lumière les scénarios prévus depuis 2004 pour l’Ukraine, par le parti de l’Etranger. Lisez ici.

L’histoire se termine donc comme en Afrique, où la colonisation et l’esclavage n’ont été possibles qu’avec la collaboration des agents de l’intérieur. Un grand classique que l’Ukraine reconduit aujourd’hui. Certains nationalistes vont se réveiller avec des sueurs froides.

Pendant ce temps-là en France, tout va mal et le président est contesté et les Français n’ont aucun moyen de le contraindre à programmer des élections anticipées, un gouvernement d’union nationale, au minimum. Restent alors la Résistance ce qui n’est pas nouveau pour nous contrairement à ceux qui la découvrent sur le tard aujourd’hui et la précision a son importance pour ne pas nous égarer vers des postures conjoncturelles – la résistance disais-je et, surtout, beaucoup de bon sens, de vigilance et de patience. Et comme on dit :demain est un autre jour.

Lire ici. « Je ne voterai pas le pacte de responsabilité », annonce Hervé Morin dans L’Usine nouvelle.

Et sur l’attractivité, voir la vidéo ici.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*