Vive la Suisse ! Vive le Référendum ! Vive l’immigration choisie et subie ! Et Vive Sotchi !

Share Button

Alors que les jeux d’hiver de Sotchi battent leur plein et que je me suis abstenue de commentaires pour le moment, because of peace, et par respect pour les athlètes pour ce temps consacré à la réalisation de leurs rêves, je ne résiste pas au plaisir d’applaudir la cérémonie d’ouverture qui était absolument magique, très colorée, très gaie – sans jeu de mots – et aérienne. Beaucoup de ballets, de volutes, de romantisme, mais aussi de guerre. La vie et l’histoire d’une Nation.

Si la mise en scène dit quelque chose de l’auteur et d’une nation, cette cérémonie disait que la Russie de Poutine est sobre, aimante mais super solide et efficace. Simplicité et performance. Simplicité de l’élégance, comme l’allumage de la flamme : une épure du high tech. Le futurisme annoncé de la Russie, malgré tous les boycotts des chefs d’Etats engagés dans un militantisme dont on connaît les noms, ringardisés du même coup. Le discours du président du CIO (Comité International Olympique) était sans appel là-dessus : « il ne faut pas prendre les jeux en otage pour régler des questions politiques ». Il fallait que quelqu’un le dise.

Une vue du site des jeux.

Le toucher tout en finesse de la mise en scène, les costumes, les tenues, l’atmosphère, tout était Royal de raffinement à Sotchi. Le raffinement et l’élégance, deux choses à l’opposé du Western Way of Life, tout en brutalité, en passage en force et en étalage de puissance et de muscles. La sexualité étant devenue, en Occident, le symbole, à elle toute seule, de cette bestialité des rapports humains où l’être se déshumanise chaque jour un peu plus, pour se rapprocher de  la bête, entraînant l’enfant dans sa chute monstrueuse.

En Avant la Russie !

C’est le même moment que la France et l’Amérique ont choisi pour faire la paix. Mais y avait-il une guerre entre eux ? Il semblerait que oui. Ou plutôt non. Disons, qu’on ne saurait qualifier pourquoi Hollande en a voulu à Obama pour avoir refusé de bombarder la Syrie – un Hollande envoyé auprès d’Obama, en émissaire de la mort, obéissant à Israel. On pensait qu’Obama serait conforme au rôle attendu et pré programmé d’esclave de ses Maîtres et obéirait au doigt et à l’œil de Wall Street et de AIPAC (Lobby juif américain) qui fait les présidents en Amérique, surtout les présidents Démocrates, convertis, comme les socialistes Français, à la cause juive, au point d’avoir construit un pacte diabolique avec Israel.

Donc, les marchands de la mort ont missionné Hollande et Fabius auprès d’Obama pour tuer du Assad et les Syriens qui le soutiennent, un peu sur le schéma de ce que Nicolas Sarkozy a réalisé en Lybie : l’assassinat et l’élimination du colonel Kadhafi, avec le concours de Barack Obama. Tous les crimes se paient ici bas. Le sang retourne au sang. Donc, Hollande a échoué, là où Sarko a réussi.

Pourtant, au moment des faits, les parlementaires britanniques avaient refusé de jouer aux clowns manipulés par Israel : le chef de l’opposition travailliste, Ed Miliband a eu cette phrase énigmatique mais on ne peut plus  claire disant ceci :  « nous refusons d’exécuter un agenda conçu ailleurs qu’au Royaume-Uni ». Tant il est vrai que le mensonge de Tony Blair avec les USA toujours sur les armes de destruction massive, cette fois-là en Iraq, avait irrité les deux peuples du Royaume et des USA qui ont dit non au bombardement de la Syrie.

Les Français étaient également contre. Sauf que, là où les parlementaires Américains et Britanniques étaient majoritairement contre, les parlementaires Français étaient majoritairement pour. Cherchez l’erreur. Il n’y en a pas. Ailleurs, les contre pouvoirs fonctionnent. C’est aussi simple que cela et la démocratie respire.

Rejetée par les parlementaires américains, l’opération des marchands de la mort n’avait aucune chance, sauf à faire paraître Obama comme un petit dictateur à la Française.

Le peuple de France que les marchands de la mort et leurs affidés critiquent tant actuellement fait bien de ne plus laisser le champ politique aux mains des experts du crime international. En cela, il se met au diapason du peuple britannique et américain qui eux veillent. Dont acte.

Quand on lit ici « Nous aurions été incapables de conduire l’opération Serval sans la puissante aide américaine. » (Nouvel Obs) –  – On est sidéré. La France va faire des guerres qu’elle est incapable de gagner seule, y compris devant Al-Qaeda qui n’a pas de nation. C’était déjà le cas en Lybie où la France toute seule n’avait aucune chance.

Mais alors, quoi ?

Qu’y avait-il derrière la chasse à Assad et de Kadhafi par la France ? Et qu’y avait-il derrière l’abandon en rase campagne de tous les dirigeants du printemps arabe, ex alliés des USA ? La même question se pose aussi aujourd’hui pour l’Ukraine : pourquoi l’UE et les USA, connaissant les liens de sang qui unissent l’Ukraine à leurs frères Russes sont-ils allés jouer et continuent-ils à jouer aux Avocats du Diable, diviseurs, acteurs de troubles et non de l’ordre et de la paix sociale en Ukraine? A la cérémonie d’ouverture des jeux à Sotchi, la délégation ukrainienne a été très applaudie par les Russes, lors du défilé des athlètes. Un peu comme si les Russes leur disaient « vous êtes ici chez vous ».

Qui sont ces nations et en vertu de quelles lois ils seraient eux les modèles à suivre et les autres, leurs valets éternels ? Quel est le fondement de leur domination auto-déclarée, en violation de tous les pactes internationaux et de la souveraineté des peuples et des Etats ?

Les Suisses ont raison de stopper cette ingérence. L’immigration de masse peut servir de pont avancé à des desseins  imprévus. Principe de prévention. La France doit résoudre ses problèmes de chômage et non les déléguer au Royaume-Uni et à la Suisse et à tous les autres pays frontaliers, dont l’Allemagne. Par ailleurs, l’état d’esprit des Suisses – disciplinés et ordonnés – doit préserver son authenticité. Là où la France nouvelle arrive, le désordre commence. La prostitution et la corruption suivent. Les petits trafics en tous genres doublent. La mentalité : un mixte de larbinisme, d’hypocrisie et de convoitise (méchanceté) et clanisme suivent également. C’est signé : la nouvelle France ; l’anti Noblesse Gaulliste. La rapacité seule en héritage.

Vive la Suisse ! Vive l’immigration choisie !

France 3 hier soir : 3 débats intéressants.

Le débat sur le référendum Suisse a été repris hier sous l’axe de la libre circulation des personnes. Un point de droit européen qui inquiète les européens. C’est intéressant, car lorsque j’ai évoqué ce point, au moment où Londres a interdit Dieudonné de séjour dans le Royaume, et que j’ai parlé de big shame – une grande honte pour le Royaume – mes détracteurs ont écrit, le jour d’après, « Dieudonné rejoint la liste de la honte, aux côtés des Islamistes et des terroristes ».

Déjà ici, on a un trait du mauvais esprit Français. Il y avait une élégance d’élocution  et du raisonnement Français. Aujourd’hui, on reprend vos mots pour vous les opposer. Si vous dites la honte, on reprend la honte pour l’utiliser dans un sens différent. L’antithèse de la France chevaleresque :  ça manque de classe. Pire, c’est paresseux. La règle est celle-ci : si je reprends les mots de quelqu’un d’autre à mon compte, c’est que je suis d’accord avec lui. C’est comme une citation. Sinon, si je suis contre, j’utilise mes mots à moi.

C’est mesquin de jouer les intelligents en se servant des mots que celui que vous contredisez vient d’utiliser. Mais c’est révélateur d’un fonctionnement de l’esprit : je vole tout ce que je peux sur la place publique, je me l’approprie et je suis fier. C’est valable en politique, comme dans la presse française. Ce genre de comportement n’est pas compatible avec la moralité – je n’ai pas dit morale – Suisse, car la dérive est évidente. C’est non. On ne veut pas de ça chez nous.

Alors, la présentatrice du Soir 3 a donné lecture de deux réactions du forum critiquant le secret bancaire Suisse pour lui opposer la  même interdiction sur la libre circulation des capitaux. Vrai, la Suisse est un paradis fiscal. Faux, elle n’oblige personne à venir y planquer son argent. Plus, il y a eu un référendum. Ce que la France ignore et ne pratique jamais sur des sujets de société majeurs. Une tare et une honte.

Vive le référendum qui respecte la lettre de la démocratie ! Pas comme ce mariage gay imposé au forceps aux peuples. Comme si en déléguant ma représentation à un parlementaire, je lui ai également délégué ma sexualité et celle de mes enfants. Perversion du système garantie.

Et puis l’immigration choisie parlons-en, le précédent gouvernement de Nicolas Sarkozy en avait fait un axe majeur de sa politique de gestion des flux migratoires. Fillon et Le Maire semblent donc satisfaits… Pourquoi crier aux loups ?

Deuxième temps forts. PMA/GPA. L’enfant n’est pas une marchandise ou un outil de normalisation.

Les frères Kahn. L’un deux, le généticien s’est exprimé sur la PMA, à propos des lesbiennes qui pourraient y recourir, selon lui. Après tout, ce sont des femmes et elles ont un utérus. Je n’aime pas l’association de ces situations avec la situation d’une mère qui choisit ou non d’élever seule ses enfants. Mais soit.

Problème 1: qui est le père ? Quel est son statut auprès de l’enfant ?

Problème 2 : les adultes doivent éviter de considérer l’enfant comme une marchandise ou un objet de normalisation d’une situation équivoque.

Par ailleurs, les droits de l’enfant sont pris en tenailles ici, car, il n’a pas le choix. Tout enfant qui pourrait parler choisirait une famille avec un père et une mère.

Sur la GPA, le généticien dit qu’il a des réserves pour les couples homos. Reste alors l’adoption qu’il faut revoir. On le voit ça fait trop de choses et usine à gaz cette histoire de mariage gay.

Quant à l’autorité parentale au sein des familles recomposées, c’est vraiment un détail et c’est le cas de le dire. L’Etat ne peut pas être là pour satisfaire tous les désirs des gens qui s’aiment. Dès lors qu’un père ou une mère l’a, le beau-père ou la belle- mère souffrent de quoi ? Il faut éviter de trop s’imposer dans une famille, y compris après une recomposition. Malheureusement, en France, certains conjoints veulent  trop en faire entre un père  ou une mère et ses enfants. Chaque beau parent doit trouver la juste distance.

Sur la théorie du genre.

Le Professeur Kahn part de l’observation qu’il existe un plafond de verre à l’accès aux fonctions suprêmes dans la société et qu’il y a forcément des Mécanismes de structuration de ce plafond de verre auxquels il faut s’attaquer.

Question. Ca commence vraiment à la maternelle ? N’est-ce pas plutôt au collège ? Il y a un temps pour l’enfance qu’il faut respecter. C’est bon pour l’esprit de l’enfant. Ca lui apporte la sécurité dont il a tant besoin à ce stade de son développement affectif et personnel.

Question encore.  Ca passe par  la publication des livres de cul comme tous à poil ? En quoi cela est-il nouveau et quel rapport avec les métiers de demain ? Tous les enfants ont vu ou surpris leurs mères et moins souvent leurs pères nu(e)s, au cours de leur enfance. Cela n’est pas nouveau. Pourquoi alors abreuver l’enfant d’images des sexes venus d’ailleurs ?

En Afrique, on parle moins de sexe, on le pratique beaucoup, en nu intégral. Précision : il fait super chaud pour ajouter du linge. Pas de temps pour les dessous affriolants.  Dans les films Indous, on chante pour dire que le couple est entrain de s’accoupler ? Et effectivement, chanter est un envol, comme l’acte sexuel accompli.

En Occident, il semblerait que l’acte sexuel passe par la parole, par la lubricité et les danses lubriques : strip tease, porno, french can can, crazy horse, le tout arrosé de beaucoup de snif, de came et d’alcool, et de dessous cuir, latex, lanières, cravaches, fouets et menottes, pénis électrique et poupée gonflable, on pratique l’échangisme ou les partouzes, bref on recourt beaucoup à l’ailleurs, aux artifices et le plus souvent, on s’y perd en sophistication et en assouvissement des fantasmes. Si c’est cela l’éducation sexuelle plus les passes gay, ça promet pour nos enfants perdus dans cet univers glauque.

Les frères Kahn vous emmerdent.

A la fin de l’entretien avec le professeur Kahn, son frère, Jean-François, l’ancien journaliste est apparu à l’écran pour poser une question à son frère à propos de son ressenti, au terme de 2.000 kms parcourus au contact de la France profonde. Un qui a eu le courage de quitter les clubs huppés parisiens.

En gros, le peuple est-il prêt à tout casser ou à donner une chance de rebond à la société ?

J’ai trouvé cet échange surréaliste ? Qu’est-ce que la profession journalistique voulait nous dire ?

Qu’elle emmerde les téléspectateurs ou était-ce de l’humour ?

Etait-ce une quenelle dans le genre « fuck you », on fait ce qu’on veut ici ou cette nouvelle patine française dérangeante qui ne sait plus faire le distinguo entre l’ordre familial et professionnel ?

Retour à la Politique et à l’air du temps.

La solitude de NKM. Sarko est venu la soutenir. Les rôles étaient inversés, lui dans la salle, elle au podium. Jusque là rien à signaler, sauf que Sarkozy assis en spectateur, cela n’était plus arrivé depuis belle lurette et cela vaut le regard. Maintenant, il s’est tiré une balle dans le pied en disant qu’il n’allait plus faire de politique. Mais çà c’était avant, avant qu’il ne réalise à quel point il avait été mené en bateau par le propre Système qui l’a couronné Roi avant de lui planter un couteau dans le dos. Et comme Hollande lui aussi a menti pour le faire perdre : match nul. La balle au centre. L’avenir dira.

Troisième point de cette édition du Soir 3.  Quelles contreparties l’Etat peut-il attendre des entreprises, en échange de son pacte de responsabilité ?

Dominique Seux a répondu clairement : aucune. Mettre sur la balance 10 milliards là où les entreprises cotisent pour 380 milliards et demander des contreparties chiffrées et ou comptables (version Montebourg), ce n’est pas rationnel. Tout au plus peut-on  demander du qualitatif mais pas du quantitatif.

Son interlocuteur, le Président de Terra Nova est d’accord avec cette réserve que toutes les entreprises ne sont pas logées à la même enseigne. Peut-être que certaines pourraient effectivement être soumises à contreparties quantitatives.

Auparavant, Michel Sapin a eu un trait d’humour qualifiant ce pacte de non diabolique. Il a dit que « le pacte de responsabilité n’est pas un pacte avec le Diable ». J’apprécie cet humour qui le décoince et lui donne un air sympathique pour le coup, lui l’austère en Diable. Mon commentaire : qu’il le prouve et on achètera! Pas de chèque en blanc.

Sinon, Valls s’écroule en termes de popularité. Ca vous étonne ? Pas moi. Bon, il a reconnu que « si c’était à refaire, il ne le referait pas ». Ce n’était pas un lapsus : l’inconscient est un autre Je. Donc, on passe l’éponge : faute avouée, à moitié pardonnée. Comment un Etre intelligent comme lui a-t-il pu se mettre dans une telle galère ? Toujours se méfier des conseillers qui  ne sont pas les payeurs.

Maintenant, quand je lis les noms des 4 ministres préférés des Français : Ministère des femmes dont on ne voit rien de prégnant ; Ministère des Affaires Etrangères,  le maître du crime Syrien (cf plus haut) – Ministère de la Défense, idem et Ministère de la Culture, laquelle ? La Culture de la misère en France ?  Rien que de lire un sondage aussi propagandiste, je me dis, « mais dites moi, y aurait-il du remaniement dans l’air », au bout de 19% d’opinions favorables des Français pour leur Président. Auquel cas, je comprends, on commence à sauver les amis, histoire de faire valoir leur prétendue popularité pour qu’ils restent dans un éventuel gouvernement remanié. En France, si vous souhaitez rester en tête des sondages, ne dites rien, cirez les pompes et tuer à l’international.

J’en termine avec l’Intégration pour redire ceci :

« On a échoué dans le traitement de l’immigration, de l’exclusion et de la précarité qu’on a fini par institutionnaliser par un accompagnement minimum. On est entrain d’échouer dans la politique de la ville. On va échouer dans la cohésion sociale et le projet de l’égalité des chances. Il ne peut y avoir de politique d’égalité des chances sur fond de clonage institutionnel, car c’est un système à la fois rentier et discriminatoire ». Les discriminations et l’exclusion sont la condition des rentes. 

Ceci a été écrit en Avril 2007. Il y a 7 ans.

Il ne peut y avoir de politique d’égalité des chances sur fond de clonage institutionnel.

Après coup, je comprends pourquoi un tel texte ne pouvait trouver éditeur. Amazon a donc rempli une mission d’utilité publique, en me permettant de vulgariser le texte dans sa librairie. Il y a aussi du bon chez les Juifs, comme chez tous les peuples. Mais tout le monde l’avait déjà entendu de cette oreille.

L’Egalité des chances est ce qui permettra à toute politique dite d’Intégration de réussir.

Ce billet conclut une étape de World Class  – Scène Publique. On va l’appeler l’étape de la Fondation.

Je ne sais ce que sera la prochaine étape, mais elle s’ouvre maintenant.

Avec vous, j’ai/on a brossé une bonne partie des enjeux de société qui feront le monde de demain. Il me semble, mais je peux  me tromper, qu’on a fait le tour de la question et, surtout, que vous êtes désormais en possession des clés de la négociation publique. Du moins d’une bonne partie.

A vous de consolider tout ceci pour favoriser le sursaut Républicain dont la France a tant et tant besoin et d’impulser le changement dans le Monde.

Bien entendu, je suis toujours là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*