La famille prise en otage par le gouvernement. L’endoctrinement des enfants est en marche.

Share Button

 Une chanson africaine d’une actrice provocatrice, répondant au nom de Lady Ponce, dit l’homme, le ventre et le bas ventre et le tour est joué. L’autre phrase dit « et le compte est réglé ». Transposée ici, cela renvoie à plus de privilèges (côté ventre ex. réserve parlementaire et son utilisation discrétionnaire, pour ne pas dire opaque, dénoncée par l’UE, au titre de fait de corruption). Et puisqu’on en parle, signez la pétition du parlementaire Charles de Courson à ce sujet chez change.org qui demande aux présidents des deux assemblées de contrôler l’utilisation de la réserve parlementaire.

Après le ventre, le pouvoir PS veut légiférer sur ce qui se passe dans les chambres à coucher des citoyens ; dans leurs slips et petites culottes et sur le sexe des petits enfants à la naissance qu’on leur propose de changer, dès la maternelle pour un autre : on dit aux filles qu’elles peuvent devenir des garçons demain et vice versa. On embrouille leur esprit en formation dès la base. L’Ecole se proxènétise. Les enfants peuvent désobéir à leurs parents direct, dès la maternelle. Ils choisiront même leur futur métier. L’endoctrinement des enfants est en marche.

Le mac, l’Etat en personne.

On leur dit que leur père peut être n’importe qui et leur mère pareil et que le père et la mère sont des chimères, des matricules, comme ceux que portaient les déportés de Auschwitz. Vous êtes un numéro, le progrès socialiste est en marche et les Nations Unies encouragent cela, bêtement. Beh eh eh la chèvre.

Vient alors le clientélisme électoral qui fait encore le lit des victoires du PS, immigrés endoctrinés et lobby LGBT entre autres et le tour est joué. Je laisse de côté le lobby des artistes, des cultureux, des intellectuels de France, s’il en existe encore, des fonctionnaires et des syndicats, ça fait beaucoup de monde à nourrir et à satisfaire au sein des comités Théodules de l’Etat France. Si tous les autres veulent des alloc, des subventions, des avancements automatiques, et, pour les élus les privilèges d’embauche des amis et de la famille, le lobby LGBT veut des lois sur le mariage, la PMA et la GPA comme les couples hétérosexuels, pour normaliser une situation anormale, en achetant les parlementaires, élus soi-disant pour l’intérêt général, mais en réalité pour satisfaire leurs lobbys, leurs pulsions qui se confondent parfois avec celles des gays et sur leur lancée, tout fout le camp. Ca devient presqu’un jeu de tireurs-fous.

Les voici donc sous la coupe du lobby LGBT et obligés de le satisfaire, sous peine de sanction aux prochaines élections ? Démocratie du marché, partis corrompus, élus avec.

Problème, comme le racisme qui frappe les noirs et les immigrés hors UE et encore les Roumains, les Hongrois et les Polonais sont encore stigmatisés,  l’homosexualité est une question de perception et de regard et de distorsion par rapport à l’ordre naturel de choses. Le chemin de la normalisation de leur couple est long très long. Qu’ils se le disent.

Et puis, les socialistes font comme si les choses resteront en l’état, les maîtres également. Il est une loi incontestable : ce qu’un homme a fait, un autre peut le défaire. Les lois ne sont ni immuables, ni éternelles. Surtout lorsqu’elles ont été prises clandestinement par la séquestration presque.

Jusqu’ici, ce qu’on a vu de cette politique dite familiale – ce qui est un abus de langage – c’est un projet de désaffiliation, de désidentification et de déracinement.

Les psalmodies du PS.

Après avoir annoncé le report de la loi, deux jours auparavant, le même PM se dit ouvert à toutes les suggestions proposées par la loi en provenance de l’Assemblée. C’est que les députés – ne sont pas d’accord avec le « recul ». Ils sont concernés, c’est normal.

Une autre chanson africaine dit « pardon Madame, pardon Madame, ouvre moi la porte, weh eh = s’il te plaît » (Hugo Nyame). Bien entendu, ça ne marche que si le couple est hétéro. Les gays doivent dire « défonce moi le portique. J’ai hâte». Qui gouverne le pays ? Plus que tout autre parlement dans la 5ème, ce parlement est un véritable  hold up. Tout le monde le sait. Donc, il faut qu’ils s’abstiennent de la ramener. Ici à Villefontaine, le candidat tête de liste du PS est un ancien assistant parlementaire de Mme la Député. Mdr. Comme par hasard. Cherchez l’erreur.

Le Maire sortant, ex UDF n’est plus encarté depuis belle lurette. Ainsi, il passe partout. Il reste de Droite dans sa pratique exclusive et raciste de la « gestion de la ville » et clientéliste comme le PS. Vote musulman assuré. Bref, il cumule les défauts de la Droite et de la Gauche. Bilan, la ville est une vaste cité dortoir et tous les projets en chantier ne mentionnent que du logement, encore du logement, toujours des logements et un Casino qui va s’agrandir pour répondre à la demande de consommation des ménages captifs d’un cadre totalement INACTIF et VEGETATIF. Mortel.

Il faut fuir cette ville comme on fuit la peste. Cité dortoir des années 70, cité mouroir, cité éteignoir, Ville sans Avenir. Une ville pour Retraités en somme. Pour le reste, tous ceux qui peuvent aller voir ailleurs s’ils y sont et qui en ont le courage, fuient. C’est une nécessité et une urgence.

Ce gouvernement avait promis une refonte de la décentralisation. Mais, comme pour toute chose, on promet, on fait de grandes déclarations et puis ça fait flop. Sauf pour la politique familiale qui est devenue obsessionnelle et une fixation des élus gays et ceux qui ont besoin des voix de cette clientèle ; à Paris, c’est vital pour remporter la ville du marais. Dans l’Isère, il existe une communauté  d’agglo qui regroupe 21 communes localement dont Villefontaine, la CAPI. Dieu seul sait ce qu’est le projet.

Question : l’élu intercommunal a quel statut ? On parle de délégation. 20 mois que ce gouvernement est en place, qu’il sait que les municipales qui ont déjà été retardées de un an – bonus volé – arrivaient à terme et il n’a rien prévu à cet effet. Prévision et anticipation zéro. L’élu intercommunal doit être élu au suffrage universel, car il perçoit une indemnité à cet égard.

Après le cafouillage de la réforme avortée du millefeuille territorial, car Hollande est incapable de décider de supprimer un échelon, du coup, il envoie des messages rouge et vert. Un jour, c’est oui, le lendemain, ce sont ses Ministres qui se chargent de dire  « même pas en rêve, la départementalisation c’est sacré ». On flotte.

La réforme fiscale annoncée en flottement elle-aussi.

Le pacte de responsabilité, le grand flou. Quid si les entreprises ne jouent pas le jeu ?

L’agence de recouvrement des pensions alimentaires,  sans suite.

La BPI (banque publique d’Investissement), silence radio sur son action véritable, les premières tendances et sur son utilité réelle.

Le pacte industriel, inexistant.

Les pauvretés confiées à un syndicaliste comme retraite dorée, plus personne n’en parle.

La réforme des Institutions et la mise en œuvre des conclusions de la Commission Jospin ???

On annonce déjà une politique d’Intégration qui fera ceci et cela. Encore des mots, toujours des mots.

Et cet autre sujet sur l’avancement sur pilotage automatique des fonctionnaires et la question de leur surnombre voire de leur redispatching.

Et les grandes écoles qui continuent à déverser leurs flots de fonctionnaires à titulariser automatiquement, car étant engagés avec l’Etat.

Et le cumul des mandats renvoyé pour 2017.

Bref, paroles, paroles, paroles, toujours des mots – Rien que des mots.

Les psaumes du PS

Il était alors intéressant d’entendre Mme Hidalgo réciter les psaumes du PS, dans son débat contre Mme Boutin.

Psaume 1. Les Français ont élu Hollande sur un programme. Il ne fait que l’appliquer.

Dit comme cela, ça paraît juste. En réalité, c’est une approximation. Certes les Français ont élu F. Hollande, mais ce n’était pas pour son programme dont tout le monde s’en fichait. Hollande a été élu par défaut et par forfait de DSK. Par défaut, car on n’a pas voté pour Hollande, mais contre Sarkozy. Du coup, mécaniquement, Hollande récupère la mise. C’est un effet d’optique purement et simplement.

Au moment de la campagne, on n’a pas parlé de PMA ni de GPA qu’on découvre bien après, tout comme le mariage gay ne s’est jamais appelé comme tel, mais « mariage pour tous », un slogan mensonger. D’accord, on devinait la trajectoire, mais on avait le référendum devant nous pour en décider collectivement.

Et quand bien même on l’aurait appelé par son nom, le rejet de Sarkozy rendait la chose inaudible.

Enfin, dire que lorsqu’on élit un candidat, c’est parce qu’on est d’accord sur tout avec lui, c’est exagéré. Il n’est pas possible d’être d’accord en totalité avec son conjoint, ses enfants, ses amis et sa famille, à fortiori un candidat ?

Et puis, nous sommes en démocratie, Hollande n’a eu de cesse de se présenter comme un homme de dialogue et de rassemblement. Les électeurs pouvaient croire que, une fois en poste, on aurait le temps de parler et de débattre sur les sujets pour lesquels on avait quelques réserves. Quand on voit que le cumul des mandats, promis pour immédiatement après les élections présidentielles est renvoyé pour après 2017, pour application et encore, rien n’est moins sûr, le sentiment général est d’avoir été pris pour le dindon de la farce.

Aujourd’hui, le gouvernement est le principal diviseur du pays, car il a menti et fait le contraire de ce qu’il a promis, en termes de comportements, de dialogues, de projets et de manière de faire.

Psaume 2. Le progrès.

Tous les membres du PS sont d’accord sur une chose, le progrès est de leur côté et tous les autres sont des arriérés, des conservateurs, une bande de hooligans composés des extrémistes du FN, des coincés de l’UMP, des antisémites de Dieudonné, des ultra réacs et des hystériques radicaux. Ils ont tout bon et les autres tout faux. Problème, ils se notent eux-mêmes sans convaincre un seul quidam.

Entre parenthèse, s’agissant de Dieudonné, quelqu’un a écrit que « être contre le sionisme, c’est lutter contre le racisme ». Exactement le contraire du théorème véhiculé qui dit que dénoncer le sionisme, c’est être antisémite mâtiné de négationnisme. D’autre part, Noir et raciste sont des oxymorons tout comme Noir et Antisémite. Vous ne trouverez personne dans ce cas ; le facteur Noir étant laxiste par essence. Le complexe blanc est son démon et son lieu de perdition.

Si le mariage homo est un progrès, s’il est urgent de semer le doute sur le genre chez l’enfant en maternelle au nom d’un Abcdaire propagandiste, si l’égalité hommes/femmes, c’est l’alignement de la femme sur la masculinité et inversement, si l’heure est au recto-verso des sexes décrété par le lobby LGBT et imposé par les parlementaires PS, si l’endoctrinement des masses à la PMA et à la GPA est ce qu’il y a de prioritaire aujourd’hui en France et même de significatif, et qu’on appelle cela le progrès, qu’est-ce alors que le progrès ? Un simple alignement sur les demandes corporatistes ?

Psaume 3. Mme Hidalgo a répondu, « la société change et il faut s’adapter à ces changements ».

Les Américains appellent cela « gouverner en suivant les modes et les dernières tendances», ils disent leading from behind. Remarquez, cela se tient. LGBT et leading from behind. Le mot clé est « derrière » (behind). On a affaire à un gouvernement antiprogressiste notoire et même les mots trahissent l’impéritie au pouvoir

Mais que font les journalistes ?

Ah. Retour à « l’horreur médiatique » (livre de JF Kahn) avec deux ou trois remarques éclairantes.

Remarque. Tous les journaux se recopient les uns les autres et multiplient leur force de frappe, par l’écho et le tam tam. Même Marianne est devenu un sous Nouvel Observateur. Le créateur de Marianne, l’auteur de l’horreur médiatique (J.F. Kahn était l’invité et a dialogué sur Paris Première avec Zemmour dont je ne partage pas les idées – car il donne le sentiment d’être un Etre d’Exception, je cherche encore la raison – mais qui ce soir-là était objectif).

Objection de Henri Guaino présent sur le plateau. Est-ce la recopie qui fait problème ou n’est-ce pas le manque de pensée et de culture de l’époque – soit disant progressiste, c’est moi qui ajoute « soi-disant progressiste »  ?

Remarque. Les journalistes sont plus libres aujourd’hui que ne l’étaient leurs aînés soixante-huitards – et pour cause, ils se sont enchaînés à un autre lobby, sioniste à la puissance de frappe éditoriale colossale. Façon Mad Max rediffusé hier. Que font-ils de cette liberté ?

J’ai envie de répondre, pourquoi changer un système qui tourne à leur avantage ?

Remarque. La profession se prolétarise et se féminise. Du coup, la tendance est encore plus forte de compenser sa fragilité en se sentant du côté du Pouvoir, des dominants.  J’ajoute que le sentiment d’appartenance au Système est rassurant et fonctionne comme un investissement différé. Je précise enfin que la pauvreté en soi prédispose les individus qui en sont frappés au conditionnement et aux chaînes.

Puis, JFK a évoqué la nouvelle tendance issue du web : la radicalisation pour la condamner bien évidemment. Quand on  lui demande grosso modo à qui  la faute de tout ceci, il répond « Au Système ».

Mais qui c’est le Système ? Ou plutôt qui est derrière le Système ? Qui s’y cache ?

Derrière le Système, il y a des hommes qui inventent des structures et des procédures et qui, pour faire durer l’ensemble, les transforment tous en Institutions. JFK est une institution. Son livre est une institution tant dans son élaboration, dans sa conception que dans son édition. (Voir notre billet d’hier).

Une fois que les hommes, les procédures, les structures se sont institutionnalisés(*), c’est-à-dire ont acquis un caractère permanent, inamovible et non critiquable, l’horreur n’est pas loin. Les rentes non plus. La censure suit, la dictature et l’apartheid étaient du même moule.

J’ai appelé cela le Clonage Institutionnel. Et j’ai indiqué qu’il était partout. De là sa force vampirique, de là sa force terrorisante.

L’horreur médiatique est une conséquence attendue de cette première horreur : savoir le clonage institutionnel.

Que cela ne vous coupe pas le souffle, au contraire, que cela décuple votre énergie pour la reconquête de ce qui vous a été volé. A vous, le Peuple de France. Ce n’est pas la guerre, c’est la Refondation. Tout ce qu’il y a de légitime et de Noble.

Dans le Monde. La cote de confiance de François Hollande tombe sous les 20 %.

« En un mois, le président a reculé de sept points à gauche, sans rien gagner à droite : un constat qui recoupe le dernier tableau de bord politique IFOP-Paris-Match, diffusé mardi 4 février, établissant que de nombreux sympathisants des partis de gauche avaient jugé négativement les dernières décisions politiques ».

Le changement c'est maintenant. Bienvenue en "Galérie" Mr. le Président.

Le changement c’est maintenant. Bienvenue en « Galérie » Mr. le Président.

Qu’est-ce que je vous disais en début ? Et vogue la galère. Bienvenue au Club des galériens, Mr. President (prononcez en anglais). Et s’il vous plaît, restez-y. En ce moment où vous avez la baraka et la cote – dixit Canteloup, je vous assure qu’on adore votre compagnie en « Galérie », Monsieur le Président (prononcez encore en Anglais), comme Marilyn Monroe le ferait en chuchotant presque : c’est plus suave et on le sent bien en bouche.

———-

ps. (*). *Est-ce à dire qu’il faille se débarrasser des institutions voire s’en méfier ? A vrai dire, non. Simplement, cela implique de la part de ces Huiles(hautes personnalités) plus de responsabilisation, notamment de ne pas trahir le contrat social, car ils foutent tout par terre et c’est très grave. A son actif, Jean François Kahn, en reconnaissant « l’horreur médiatique », s’amende et c’est très bien ainsi. Il n’est jamais  trop tard pour reconnaître qu’on a fait fausse route et rectifier le tir pour la suite.

ALLEZ PLUS LOIN… DOSSIER LES ECHOS. 

Industrie.

« Industrie : les raisons du décrochage français ».

« L’industrie française en manque d’investissements ».

Quel avenir pour la Départementalisation ?

Le point de vue  Jean-Paul Huchon : « A terme les départements sont condamnés ».

Pacte de responsabilité.

Christian Noyer : « Le pacte de responsabilité est un pas dans la bonne direction, mais il en faudra d’autres »

Réduction de la dépense publique

« Le gel de l’avancement des fonctionnaires est bien sur la table

Le Nouveau Centre communique sur la Formation professionnelle : le point de vue d’Hervé Morin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*