Le cas Valérie Trierweiler. Hospitalisez-moi sinon je fais un malheur…Hmm

Share Button

Les médecins n’auraient pas autorisé Hollande à rendre visite à Trierweiler – avant Jeudi dernier – c’est le titre d’un article du  Figaro d’hier qui retrace la chronique d’une séparation annoncée, à la manière d’un polar policier. J’ai aimé. Afin de ne pas le braconner, j’en fais un bref résumé.

Un. Valérie ne pouvait pas ne pas savoir. La preuve, des absences répétées du président et la distance entre elle et le président depuis le tweet maladroit et méchant.

Deux. Valérie savait, mais piégée, elle a fait semblant de ne pas voir ce que tout le monde voyait :

VSD sous-entend que Valérie Trierweiler ne pouvait ignorer les rumeurs de liaison du chef de l’Etat et ce même dès la campagne présidentielle de 2012. En 2013, «ses proches racontent qu’une voiture, aux vitres teintées, vient parfois, à l’aube, chercher une femme à la grille du Coq, l’accès arrière de l’Élysée», mentionne le magazine (le Figaro).

Du coup, comme Bernadette Chirac, elle tient le coup, tout « en accusant le président de ne l’avoir pas aidée à trouver sa place à l’Elysée ».

Bref, quand  vient le moment fatidique de la révélation non pas de la relation – qui dure depuis 2 ans – avec la primaire citoyenne, mais les photos de Closer, elle tente de fuir la réalité en absorbant des cachets. Ce n’est pas un suicide, mais un appel au secours.

En direction de qui ?

Qui viendrait au secours de Valérie ?

Le piège s’est donc refermé sur la méchante.

Ce qui la tue, c’est de redevenir une femme et une citoyenne normale.

Ce qui l’a tué c’est que ses ennemis aient ébruité la chose, sachant qu’elle en serait meurtrie.

Ce qui la tue c’est de voir qu’au bout de tout ce qu’elle a pu faire de mal pour rester avec Hollande et le conduire à la victoire suprême, au bout de la convoitise du statut morganatique de Première dame de France – bien que concubine – de France et au bout de sa quête affamée du pouvoir, le trophée c’est le DESHONNEUR PLANETAIRE.

Une lourde chute qui explique la tension extrême. Au bout de deux ans, tu m’étonnes.  Gare à la schizophrénie.

Valérie a fait un rêve, mais son château était un château de cartes. Il vient de s’écrouler.

C’était écrit.

Le Palais d’Elysée était profané par sa présence illégitime. Une concubine au choix avec le mot courtisane ne devrait pas vivre à l‘Elysée, mais chez elle. C’est la première règle morale qui a été transgressée faisant d’elle l’illégitime : la squatteuse de l’Elysée.

Elle a eu ce comportement « tout au culot » durant toute la campagne, où jamais elle n’a fait preuve de discrétion ; jamais elle n’est restée à sa place ; jamais elle n’a eu cette élégance de la classe qui sied au Pouvoir et la Noblesse des actes qui va avec la fonction. Bilan, aujourd’hui, elle ne fait pleurer personne. Les gens sont plus étonnés par les  performances de Hollande que Frédéric Mitterand a résumées avec la poésie qu’on lui connaît –  en dehors des soupçons de pédophilie du côté de Taïwan – en disant que Hollande les a toutes niquées, les grandes politiciennes, journalistes et les petites actrices.

Il a eu un mot qui résume bien la situation : le niquenat Hollande.

Hollande les nique toutes, voici une phrase clé. Lorsque Valérie arrive, elle le sait, mais elle accepte. Pourquoi pleurer lorsque c’est à son tour d’être larguée ?

On en parlait tantôt. La femme française est celle qui pense – plus que toute autre femme ailleurs au monde, Occident et Europe y compris – qu’elle est la plus belle, la plus intelligente, la plus sexy, la plus cultivée, bref, elle se pense comme le parangon féminin : Chanel, Bardot sont ses icônes et sa marque. Deux modèles que je respecte à fond. La femme française se pense excellente au sexe – confondant la quantité avec la qualité ; même s’il appartient à chaque couple de trouver le rythme qui leur sied – elle se pense comme corps, oubliant que ce qui fait un couple, c’est la relation et, lorsqu’elle est satisfaite de son corps, elle en devient tyrannique. Ce qui peut entre autre expliquer que les Français ont tous – ceux qui le peuvent en termes de statut et de temps- une maîtresse. Et pour tous les autres, c’est visite obligatoire aux putes.

L’homme Français a confiné la femme dans son rôle de corps sexué et elle le lui rend bien. Ce qu’il n’a pas prévu, c’est la contrepartie tyrannique qui va avec : le nombre de fois qu’il faut « baiser » ; les médias appuient et ont d’ailleurs donné leur prescription ; conseillant même les partouzes, l’échangisme voire l’homosexualité pour être au top. Il  ne vous a pas échappé qu’il suffit de faire allusion aux homosexuels pour que la presse se lève, comme un seul homme pour dire « pas touche à mon pote gay ». On les leur laisse. Volontiers.

Les Français ont une coutume, on couche dans l’entourage, entre amis, entre voisins et au boulot. Chaque femme fantasme sur l’homme de sa copine ou de sa voisine et inversement pour l’homme qui fait pareil.  Le sexe n’est plus vécu comme un rapport, mais comme une obligation : une tyrannie, une corvée.

Gare aux manquements. Gare à la solitude. Gare à la fatigue d’un corps qui n’est que corporéité, bon pour l’exposition en vitrine ou dans les films pornos. Certains hommes ont besoin d’accompagner leurs ébats de la présence de ces films auxquels ils sont devenus addicts. Ce n’est plus le corps de leur partenaire qui les excite mais celui de l’actrice qui performe dans le film X. On parlait tantôt de divorces à la Française sur les antennes de télé, il faut savoir qu’une bonne proportion de divorces est due à une amie qui a piqué le mec de sa meilleure copine. Allez dans les tribunaux et dialoguez avec les femmes, vous serez surpris de la triste réalité.

Une fois qu’on a effacé la relation au profit du corps, un corps en remplace un autre. Aisément. Et si, dans ce remplacement, comme on semble le voir, l’autre, Julie semble plus sympathique – elle est amoureuse, donc c’est normal – eh bien, le choix est vite fait. Le joyeux remplace le sinistre. La souplesse la rigidité.

Je voudrais dire à Valérie d’arrêter les conneries maintenant et DEBOUT. C’EST FINI. La vie continue. C’est pas comme si Hollande l’avait frappée à mort.

En Afrique, on a une thérapie choc. Lorsqu’on est largué(e) et qu’on pleure et gémit,  l’entourage vient vous dire « laisse-nous ça, c’est pour les blancs. Ce salaud/ou cette salope ne te méritait pas (même si on pense l’inverse ici, que c’est le pleureur/la pleureuse qui est le salaud ou la salope), tu n’as pas honte, tu pleures pour ça, allez, habille-toi et viens on va boire une bière ».

Mais on peut également vous dire, « ma pauvre, tu croyais quoi,  tu as pris, quelqu’un d’autre a aussi pris. Bien fait pour toi. Quand on vous dit de ne pas faire ceci ou cela, vous le faites, eh beh, pleures, tu as déjà vu quoi (traduction : tu n’as encore rien vu, le pire est à venir), c’est que le début, pleures et surtout pense bien à tout le mal que tu as fait.

Deux versions d’une même thérapie choc.

Valoche a des parents dans le Sud, qu’elle y aille, mais de grâce qu’elle sorte de l’Hôpital,  ça va la tuer.

Quant à Julie qui veut porter plainte, c’est une très très mauvaise idée. De toutes façons ça  ne rendra pas la place de Jury du Médicis. Dès lors qu’on sort avec une personnalité publique, un président d’une République de surcroît, on est automatiquement happé par son aura et votre vie devient publique. Point barre. Le reste c’est de la gesticulation dont on se passerait bien volontiers dans cette affaire publique.

 La vie continue. 

Scénario1. La séparation se confirme suivie de la vengeance d’une femme qui va tout dire. Valérie balance. Simplement à ce jeu-là, elle court à l’arroseur arrosé. Elle peut s’y brûler. Je reconnais que financièrement, la publication des brûlots peut être juteuse.

Scénario 2. On reste ensemble et on continue à faire semblant. Comme dirait l’autre, à force de me voir, ils s’y habitueront à la comédie.

Qui veut parier ? Pas moi, cette fois-ci, quoi que…

Michel Delpech a une idée. Si c’est fichu entre nous la vie continue malgré tout.

Scénario provisoire. La Lanterne, résidence présidentielle, s’est transformée en annexe de l’hôpital de La Pitié. « Sainte Marie, priez pour nous pauvres pêcheurs, maintenant et pour plus tard » . Valérie va y passer sa convalescence, toujours en squatteuse. Les faux-semblants continuent. Les faux statuts avec. VT est sortie de la Pitié, en fin d’après-midi. A suivre… Combien de temps va durer la Pitié et la singerie consistant à user du terme de « première dame », pour VT ? On voit bien que, pour les journalistes, c’est une question de solidarité professionnelle et d’imposture du trucage des dernières élections dont ils sont responsables au premier chef. Il faut donc se serrer les coudes à la vie à la mort, en bande organisée de ce méfait démocratique. S’ils ne veulent pas l’appeler concubine numéro 2 désormais, qu’il l’appelle par son nom : VT. Mais ce serait avouer l’échec de leur stratégie. Insupportable. Alors, ils prient pour que VT s’accroche comme un morpion et eux avec. Les morpions ont la vie dure.

Forum Yahoo. Extrait.

  • Marie  •  
    Résider à la Lanterne signifie qu’on est en relation directe avec le chef de l’Etat. Donc, pour l’instant, F. Hollande n’a pas tranché et considère que V.T est légitime. Le plus drôle reste à venir, car il n’est pas impossible qu’une fois installée à La Lanterne, la dame fasse durer sa convalescence et résiste à quitter les lieux. Pour le coup, Hollande serait bien en peine de clarifier sa situation avant le 11 février!

Avant d’écouter Michel Delpech, j’ai retenu pour vous deux ou trois articles importants pour le changement, si les actes suivent les paroles, c’est-à-dire si Hollande ne fait pas du Hollandisme dans le genre « je suis d’accord à moitié » ou dans sa variable « avancer en reculant » et rester lanterne rouge de l’Europe :

FranceTV Info
Alerte info Samedi 18 janvier  |  16h02
Hollande annonce que « les régions qui se regrouperont bénéficieront d’un bonus dans le calcul des dotations de l’Etat »

François Hollande a annoncé, samedi 18 janvier, que « les régions qui se regrouperont bénéficieront d’un bonus dans le calcul des dotations de l’Etat ». Il l’a déclaré lors de ses vœux au Corréziens, à Tulle, donnant des précisions sur la loi de décentralisation qui pourrait, d’après un député, aboutir au découpage de la France en quinze régions au lieu de vingt-deux. Selon le président, « l’organisation administrative est devenue trop lourde et trop compliquée ».

>>> Plus…

Aujourd’hui à 5h18 PM
ALERTE INFO > 16H04 

François Hollande n’est pas favorable à la suppression des départements

Lors de la présentation de ses voeux aux Corréziens à Tulle aujourd’hui, François Hollande a expliqué qu’il n’était pas favorable à la suppression des départements.

En revanche, le président estime que là où il y a des métropoles, le maillage administratif pouvait évoluer. «Pourquoi garder des niveaux superposés quand un seul serait plus efficace ?» s’est-il interrogé.

Lors de sa conférence de presse mardi, le président de la République a annoncé pour 2014 une réforme des collectivités locales. Le chef de l’État entend « mettre un terme aux enchevêtrements et doublons » des communes, intercommunalités départements et régions.

Plus d’infos sur Le Figaro

>>> Bâtir l’administration française du XXIème siècle ? L’Express.

  • Dubitator (Yahoo) •  

    OUI.
    Et si possible avant le 22ème siècle.

>>> Réforme territoriale. Trop de fonctionnaires, trop d’élus : la grande gabegie française. Le Point.

>>> Et cette tribune qui tombe à pic de Rue 89. Lettre à Manuel Valls d’un chercheur accusé d’être « antijuif ».

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*