New-York. Le cul entre deux chaises des amants candidats à la Mairie.

Share Button

Franchement, je ne voulais pas en parler, tant la chose se pare d’un ridicule-cul-cul complet. Le candidat Démocrate, l’équivalent du parti socialiste français, adepte des embrouillaminis – en référence au général « d’embrouilles » (dixit Mélenchon) Français – ce candidat, Bill de Blasio, largement favori dans les sondages pour succéder à Michael Bloomberg, qui ne se représente pas, vit avec une femme, d’origine Caribbéenne, qui assume son homosexualité mais a souhaité faire des enfants avec un homme. Ah comme quoi…

Voyez le tableau : une Lesbienne. Vivant en concubinage (de couple) avec un candidat, avec lequel elle a eu deux enfants. Le candidat qui drague le vote gay, pour se faire élire. Si c’est cela qu’est devenue la politique, c’est Ri-di-cule ! Plutôt trois fois qu’une. Tu parles d’une love story. Dès le première vision de cette photo en pied du couple dans le New York Times, j’ai tout de suite vu qu’il  y avait comme un malaise. Etait-ce son ancienne bonne  ? Car, rien, sauf l’intérêt bien calculé des opportunistes en politique, ne tient dans ce mélange ubuesque. Très amusant, cette alliance comique de façade et de circonstances.

Admirez le tableau, je suis lesbienne et j’assure. Normal, vu le profil. Jusque là tout va bien. C’est ensuite que ça devient comique. J’ai trouvé un homme politique opportuniste et nous allons mêler nos deux opportunismes pour rafler la Mairie de New York. Au passage, on fait des enfants, en attendant de peser en faveur du mariage pour tous. Pourquoi ne pas en adopter, pendant qu’on y est, puisqu’on ne couche pas avec les hommes ? Va savoir. De Blasio compte sur les votes gays pour gagner. Il accepte le deal.

Du Simone de Beauvoir/J.P. Sartre ?

Comment interpréter ces regards soi-disant « amoureux » , complices ? S’il y a une convergence, c’est celle des intérêts. Point. De toutes façons, je vous l’ai dit, si vous êtes gays, vous publiez à l’oeil et vous passez pour un Grand Ecrivain. Voici une preuve criante de ce Système poussiéreux, comme celui d’Israel à l’agonie. Je respecte un vrai gay ou une vraie lesbienne, et non ces potiches intéressées qui transforment leur laideur féministe en beauté lesbienne.  Et on appelle cela l’anticonformisme. Qu’est-ce que le conformisme ? Grande question. Il ne faut pas confondre les impostures et les opportunismes avec l’anticonformisme qui est un qualificatif Noble réservé aux artistes et penseurs authentiques, désintéressés forcément et qui apportent du Neuf et font évoluer les sociétés et la pensée.

Quel est l’apport en termes de développement humain, technique, pédagogique, culturel et de pensée civilisée de la cause gay-lesbienne ? Aucun. Depuis la nuit des temps, les hommes et les femmes font l’amour et baisent. C’est pourquoi ils et elles ont un sexe. Ce n’est que du fonctionnel. Rien de plus. C’est-à-dire une chose dont la consommation est sa propre finitude et qui est destinée à mourir de sa propre répétition. D’une certaine manière, la pulsion de mort est logée dans le sexe. Il n’y a aucune noblesse à revendiquer un positionnement pro gay ni pro lesbienne, car le combat de la vie est réellement celui de la Vie Eternelle. Celui de la victoire de l’Esprit sur le Corps.

Mitterand qui ne nous a pas laissé un héritage glorieux a dit une chose juste : « je crois aux forces de l’Esprit ». Il faut croire aux forces de l’Esprit. C’est compliqué mais on peut y arriver. C’est un peu ce que Alain Finkielkraut a redit en parlant des « plaisirs difficiles » ; l’Ecole et l’Education scolaire en étant un parfait exemple. Entre les plaisirs faciles et les plaisirs difficiles, où pensez-vous que se loge le Politique ?

 

« La Gauche a épousé le Désastre. Donc, elle n’est pas à même d’épouser la Civilisation ». Alain Finkielkraut.

Allez plus loin sur le débat civilisationnel – Les Mots et les Choses, dans Agora Vox : ma tribune du 14 Janvier 2008. 

Il est vrai que Paris, Londres, en élisant les premiers maires gays des capitales emblématiques de ce monde ont donné l’exemple diabolique où on ne vote plus avec la tête, mais avec les fesses.

Démocratie de la baise, version gay-lesbienne.

On parlait tantôt d’Israel et de sa volonté de dominer le monde par le Mal, l’aliénation et toutes formes de corruption y compris de la démocratie. Si on n’y prend pas garde, la cause gay est cet autre masque malsain qui menace la démocratie d’avilissement et de dégradation voire de dissolution totale, au nom de la fornication. Sodome et Gomorrhe. Heureusement, on sait comment ça finit : Sodome et Gomorrhe furent brûlées par Dieu et ceux qui se retournaient sur cette horreur en flammes étaient transformés en statue de sel.

Ces méthodes clientélistes des politiciens en mal de carrière sont une Honte pour la Politique. Une Honte et une Malédiction.

Dans le Figaro Mme, lire Chirlane McCray, l’anticonformiste – Portrait de Chirlane McCray, compagne de Bill de Blasio, candidat démocrate à la mairie de New York.

Je vous conseille vivement. Effondrements de civilisation. N’est-ce pas véritablement un pouvoir masqué  qui gouverne les pays occidentaux aujourd’hui ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*