Emplois d’avenir – emplois bidons : politique du passé et du passif.

Share Button

Dans les Echos, une excellente vidéo pédagogique sur les dessous des emplois fictifs que sont ces emplois d’avenir – Un machin – qui n’apporteront rien à l’économie et qui vont coûter 5 milliards d’euros. 5 milliards d’euros pour que les jeunes de moins de 25 ans tiennent les murs.

Edouard Tetreau : « Les emplois d’avenir, un ‘machin’ pour créer de faux emplois, du carburant pour le Front National » –  passe en revue la note explicite du Ministère du Travail sur ces emplois bidons et les secteurs qui y ont droit. Outre les associations, figurent les collectivités territoriales et toutes les usines à gaz dont la France a le secret. Ajouter des emplois d’avenir au sureffectif chronique des collectivités territoriales, il  fallait déjà y penser. Ben sûr, c’est à but non électoraliste, vous jurera le gouvernement et son candidat président qui a eu cette idée foireuse.

Edouard Tetreau rappelle une vérité : l’économie française a du mal à embaucher des jeunes non qualifiés. Pour le dire autrement, les entreprises veulent des candidats prêts à l’emploi, formés en amont du dispositif. Une des clés rationnelles avancée par J.M. Ayrault, lors de la conférence sociale récente, a été justement de vouloir faire coïncider l’offre et la demande : il y a un vivier trop important de postes non pourvus pour lesquels les entreprises ne trouvent pas candidats aux profils requis. Puisqu’elles ne veulent pas en assurer la formation, l’apprentissage n’étant pas toujours le bon dispositif, Pôle Emploi doit prendre le relais. C’est une piste sérieuse qui ferait basculer l’argent des emplois d’avenir – à supprimer – vers cette adéquation de l’offre et de la demande dans le marché du travail.

Cela revient à dire une chose : Supprimer purement et simplement cette promesse démagogique et électoraliste, pour ne pas dire attrape-nigaud.

Hier, J.M. Ayrault a annoncé qu’il mettrait un milliard de plus pour l’emploi. Où ?  Et quid des 5 milliards qui vont être gaspillés ?

Edouard Tétreau rappelle également que, malgré ce pain béni copain-copain avec les présidents des collectivités territoriales, les emplois d’avenir n’ont pas la cote. Hollande a annoncé 150 000 emplois fictifs de ce type pour 2014 dont 100 000 en 2013, les 100 000 qui lui permettront de dire que le chômage à baissé d’autant, ainsi qu’il a promis par ailleurs. A ce jour, rappelle Edouard Tétreau, seulement 33 000 ont été créés sur 6 mois.

Enfin, Edouard Tétreau conclut en disant que la bonne réforme est celle du mille-feuille administratif insensé de la France qui coûte 224 milliards par an, terreau de toutes les gabegies possibles et extrêmement fertile à la corruption et, comme tout le monde le sait, les collectivités territoriales sont déjà mal gérées pour ne pas dire pas gérées du tout.

Il faut affecter ces 5 milliards à la création de vrais emplois auprès des entreprises paradoxalement exclues du dispositif.

Edouard Tétreau est professeur affilié à HEC, économiste et essayiste.

Voir la Vidéo dans les Echos. Très intéressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*