Négociation de libre-échange entre les USA et la CEE. L’exception culturelle est une vraie chimère.

Share Button

LE MENSONGE DE L’EXCEPTION CULTURELLE

La culture est un terme imprécis qui autorise tous les amalgames et toutes les supercheries. En témoigne le régime des intermittents du spectacle qui par son poids scandaleux empêche les gens de se cultiver librement. Aujourd’hui le terme occupe le centre de l’actualité. Le président Hollande s’appuie sur une supposée exception culturelle française pour peser dans une négociation de libre-échange entre les USA et la CEE.

Il est clair que toute satisfaction totale ou partielle obtenue par la France devra être payée ailleurs.

 LES RAISONS INVOQUEES

Le prétexte principal invoqué est que les biens culturels ne seraient pas des marchandises comme les autres. Avec une emphase suspecte un discours pourra affirmer, dans le flou général, que la culture n’est pas une marchandise. Nous allons heurter les très nombreux cavaliers de l’étatisme hostiles par définition au jeu du marché libre. Nous ne voyons aucune différence de nature entre des biens dits culturels et d’autres biens. Livres, disques, chansons, peintures sont des marchandises qui doivent subir l’offre et la demande dans le jeu d’un marché le plus libre possible.

Le prétexte apparaît vite tel qu’il est dans la réalité comme une motivation pour ajuster les impôts. Les biens supposés culturels souffrent ou bénéficient de politiques fiscales ajustées. Avidement il existe des réglementations diverses et variées enchaînant la culture au char de l’État, le tout dans l’odeur coutumière et pestilentielle d’usine à gaz. De nombreuses subventions réservées aux camarades complètent le dispositif. L’exception culturelle est une vraie chimère qui montre ainsi son vrai visage.

LE MINISTERE DE LA CULTURE

C’est alors que l’analyse dévoile un de ces célèbres mammouths qui ruinent la France : un ministère complet. Il a des ramifications dans les régions, départements, collectivités, firmes culturelles, etc. Latéralement d’autres ministères s’intéressent à la culture.

Le luxe tapageur de la rue de Valois est connu avec les salles à manger de direction, les parlottes et les fêtes adjacentes qui s’y succèdent.

Le tout se passe sous l’œil attentif de l’Europe et de l’immense Onucratie. Nous nous trouvons devant un pouvoir totalitaire mondial doté de moyens gigantesques et agissant sans vrai contrôle. L’effet de ruine est garanti. Surtout hélas, sous prétexte de culture, les idéologies les plus meurtrières de notre époque sont répandues sans résistance.

Dans ce contexte, le mensonge ridicule de l’exception culturelle est une péripétie sans importance. Il permet de dévoiler l’un des nombreux dangers du pouvoir totalitaire mondial en formation accélérée.

MICHEL de PONCINS

__________________________________________________

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*