Ecologie Humaine. Supprimons la Réserve Parlementaire sans plus tarder. Urgence.

Share Button

Enfin pourrais-je dire, certains Députés commencent à retrouver le Nord et font le travail que le Gouvernement et le Parlement devraient faire depuis si longtemps qu’on demande des sacrifices aux autres et jamais à soi-même. Pire, qu’on demande des impôts aux autres faisant appel à leur responsabilité – exilés fiscaux et consorts – et pendant ce temps-là, que font-ils eux les Ministres, les grands corps d’Etat et les Parlementaires, rien comme Effort. On n’en félicite que mieux la sortie, le courage – ce qui manque tant à notre gouvernement – tout autant que l’esprit de Justice et d’Equité sociale et de Responsabilité de la gestion de l’argent public des 10 Députés qui lancent l’appel à supprimer les « privilèges ». Appelons ces privilèges par leurs noms : les rentes de situation – Chapitre de « Défaire la Société des Rentiers ».

C’est un Premier pas, mais oh combien Important.

Pas étonnant que le Président de l’Assemblée Nationale ait tenu à s’exprimer aux micros pour dire son opposition à cette suppression des rentes. Connaissant l’Homme, adepte du Tout pour Moi, Rien pour les Autres. En autre version, cela donne Prend tout ce que tu peux et tire toi, car ce Président de l’Assemblée Nationale est la quintessence des situations de rentes en politique où les cumuls en tous genres et l’absence de Morale culminent jusqu’à la caricature  gouvernementale ; celle-là même qu’on veut abattre. D’urgence.

Dans une société normale, est-il possible qu’un Président de l’AN gagne 20 000 euros mensuels et emploie son épouse à ses services, alors que le SMIG est à 1000 euros à tout casser ? Notre Président touche l’équivalent de 20 SMIG mensuels auxquels s’ajoutent tous les autres privilèges d’argent de poche, de réserve parlementaire, d’embauches discrétionnaires d’un personnel pour les permanences parlementaires : bref un Monarque sans contrôle aucun qui jouira d’une retraite énorme.

Est-il normal qu’un tel Président s’oppose à la transparence de la vie publique et à la publication des patrimoines des élus ? Remarquez tout se tient : étant là pour se servir, ils mettent tout en oeuvre pour se protéger.

Alors, on a entendu un Député se plaindre des heures de travail insupportables, des nuits blanches et tutti quanti. Quelle honte et quelle démagogie ! Il leur faut quoi encore ? Payés comme Crésus avec de l’argent de poche en plus, avec l’assurance d’une retraite dorée, ils osent se plaindre de la surcharge de travail. Ils peuvent démissionner, personne ne les retient.  Un Serviteur de l’Etat n’est pas payé à l’heure ; son travail étant de l’ordre du Symbolique et donc forcément évalué arbitrairement – parfois exagérément dans le cas de la France – C’est un Forfait qui est réglé. Au demeurant, cela appelle une réflexion sur les « écarts salariaux » dans une société Juste et Equitable où chaque Travailleur apporte sa contribution, aussi modeste qu’elle soit. On se situe là dans l’espace du projet que j’appelle de mes voeux d’une « Ecologie Humaine ». Les Députés qui pointent du doigt les privilèges d’un autre temps ont déplié un volet intéressant de cette Ecologie Humaine. On commence à avancer. La merveille étant qu’ils viennent de tous bords partisans. N’est-ce pas formidable ?

Faisant cela, ils montrent qu’on peut être partie et Juge Honnête (sur le modèle de la réaction de EELV (encadré) pointée du doigt par les socialistes. Injustement.) Ils prouvent aussi que l’intérêt général est au-dessus des partis. Ce qui était chose rare jusqu’à présent.  En France, c’est à proprement parler un Miracle. La voie se dégage et s’ouvre. Sur le même schéma, on a entendu des choses positives sur la nouvelle conception de l’Orientation Scolaire. Le Chapitre « la Société Scolaire » de Défaire la Société des Rentiers (2007) a tracé les premières pistes de cette voie exploratoire qui ne pouvait qu’être bénéfique. 

Quand on met en rapport la réserve parlementaire et le manque d’argent pour aider les créateurs et porteurs de projets, on en rit ou on en pleure. Tant d’argent gaspillé pour rien. Si. Pour le clientélisme électoral et pour rapporter des électeurs au parti, sans créer de la valeur ajoutée ou des emplois, c’est sinistre.

La France n’a pas besoin des larmes et du sang pour se réformer. Contrairement à l’Italie, à l’Espagne qui avaient moins de marges de manoeuvre, encore que pour l’Italie, la corruption et l’impôt et l’autre « mafia politique » constituaient un pan important du déséquilibre des finances publiques, en France, les marges sont importantes, car les rentes de situation sont légion. Pour cela la France a besoin de trois choses :

1. Le courage

2. l’honnêteté (la Morale)

3. Et la Justice.

Laurent Wauquiez remonte dans mon estime. Je leur dis Bravo Mesdames, Messieurs. Surtout, ne changez rien.

Supprimons la Réserve Parlementaire sans plus tarder et affectons-là à une véritable création d’emplois qui suivra un schéma différent de ceux existants. On en parle une autre fois.

Lisez aussi. 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*