Solidarité pour tous est née. Association d’Entraide bénévole pour les jeunes interpellés à la Manif pour tous du 26 Mai.

Share Button

Chers Amis,

Génération Manif pour tous : la relève politique est assurée

A première vue la Bataille de la Manif pour tous semble perdue et la mobilisation de millions et de millions de Français totalement vaine, mais c’est en réalité une nouvelle génération politique qui en sort victorieuse et qui pèsera incontestablement dans les années à venir.

Victoire à la Pyrrhus

Le 29 mai, les médias du monde entier célébraient le premier mariage homosexuel en France. A première vue l’immense mouvement de protestation initié par la Manif pour tous semblait donc s’achever par un cuisant échec. Grossière erreur et la gauche française (ainsi qu’une partie de l’UMP) va sans doute regretter longtemps l’attitude méprisante et autiste qu’elle a opposée à un mouvement de contestation historique, ne faisant que le renforcer de mois en mois.

L’adoption du mariage gay par la gauche est une victoire à la Pyrrhus : de cette défaite, la droite de valeurs et de conviction, que l’on croyait éradiquée par 30 ans de renoncements sort renforcée et combattive comme jamais.

Jamais le fossé entre l’électorat et les élus locaux de droite n’avait été si important avec leurs représentants politiques nationaux. Ne se sentant pas représentée ni défendue dans le combat civilisationnel pour le mariage et la famille, la « France profonde » s’est mobilisée en masse partout, entrant dans une arène politique désertée par leurs élus.

Un mouvement contestataire qui échappe aux partis politiques

Au delà des tentatives de récupération politique particulièrement flagrantes lors des manifestations historiques du 13 janvier et du 24 mars, le mouvement qui a émergé autour de la MPT se caractérise par une approche apolitique, autonome et inféodée à aucun parti. Une recherche d’indépendance qui s’est révélée gagnante en favorisant le décloisonnement entre les différentes tendances, chapelles et autres sensibilités que ce combat pouvait rassembler. L’appartenance politique devenant secondaire par rapport à l’objectif visé : l’abrogation de la loi Taubira.

Pour s’en convaincre, il suffit de voir la jeune députée FN Marion Maréchal Le Pen acclamée par des manifestants majoritairement UMP tout le long du parcours de la manifestation monstre du 26 mai, ou encore, le respect que cette même députée a su susciter en se rendant un soir sur l’esplanade des Invalides pour, du haut de ses 23 ans, parlementer avec les forces de l’ordre encerclant et violentant de paisibles veilleurs. Oui la communauté de combat qui s’est constituée autour de la défense de la famille a incontestablement ébranlé bien des réflexes partisans.

C’est ainsi que l’ancienne ministre bobo de Sarkozy NKM a vu sa candidature à la Mairie de Paris fortement contestée en interne (contestation amplement relayée par le le CFM) pour son abstention lors du vote de la loi Taubira, n’obtenant au final que 54 % des suffrages là où on nous annonçait un plébiscite de plus de 80 %.

Le respect mutuel qui s’est développé au cours des mois entre tous les hommes et femmes de bonne volonté engagés dans ce combat pour la famille, par delà les partis, se retrouve également dans toutes les initiatives et mouvements qui se sont créés spontanément sous la houlette de la « Manif pour tous » ou du « Printemps français ».

Là encore les partisans pro mariage gay vont regretter amèrement d’avoir fait émerger ce joyeux esprit de révolte au sein d’une France « bien élevée », silencieuse, et bien trop peu frondeuse pour inquiéter le pouvoir. Des paisibles mais non moins subversifs veilleurs, aux turbulents et fougeux hommen, aux téméraires et obstinés Campeurs pour tous, en passant par les centaines d’accueils en fanfare des ministres en déplacement : on est frappé par le souffle de jeunesse, d’imagination, de persévérance et d’incontestable courage qui caractérise cette nouvelle génération de militants.

Un avant et un après Loi Taubira

La répression politique qui s’abat sur tous les mouvements spontanés et citoyens opposés au mariage homosexuel, avec des centaines d’arrestations abusives et de gardes-à-vis injustifiées, n’a fait que renforcer la détermination de ces militants d’un temps nouveau qui ne réclament rien pour eux-mêmes mais défendent des valeurs familiales et de civilisation.

Mais, au delà des plus engagés, ce sont aussi ces millions de Français qui ont manifesté leur opposition à cette loi dénaturant le mariage qui se sentent méprisés par un Gouvernement qui a feint de les ignorer jusqu’au bout, multipliant les injustices et les provocations (photos truquées par la préfecture, minimisation systématique du nombre de manifestants, passage en force au Sénat pour voter la loi, violences policières injustifiées et déploiement de force totalement disproportionnée) contre un mouvement citoyen et populaire qui a pourtant réussi l’exploit historique de réunir des millions de manifestants durant 6 mois sans causer la moindre atteinte aux biens et aux personnes. Prenant de surprise le pouvoir et les partis politiques, le mouvement initié autour de la Manif Pour tous n’a rien d’un feu de paille car il puisse ses racines dans la défense de valeurs fondamentales au sein du pays profond. Il est donc à parier que de cette mobilisation populaire insoupçonnée sortira une nouvelle génération engagée et combative qui bouleversera les clivages partisans et les professionnels de la politique qui monopolisent le pouvoir depuis que l’esprit jouisseur-libertaire de 68 a triomphé en emportant tout sur son passage.

Halte à la répression judiciaire et policière

VIDÉO des violences de la police politique de Valls

Témoignage d’un CRS

« Je me permets de vous contacter suite aux différents sujets abordés sur vos blogs. Faisant partie des forces de l’ordre, je ne peux malheureusement pas trop m’épancher publiquement sur vos sites. Chez nous il y a régulièrement des chasses aux sorcières, notamment en ce moment avec le mouvement du Printemps Français, auquel de nombreux collègues adhèrent, ou du moins partagent l’essentiel des idées.

Je vous confirme la plupart des témoignages qui sont mis en exergue sur vos blogs concernant la répression des manifestants, ou simple sympathisants. Avec mon unité nous avons régulièrement participé aux services d’ordre mis en place sur Paris pour les manifestations.

Outre la minimisation systématique du nombre de participants, j’ai assisté à de nombreuses aberrations, la liste serait trop longue à écrire. Mais lors de la semaine précédent la manif du 26 mai, plusieurs fois ils nous a été demandé de “provoquer” les manifestants afin de procéder à leurs interpellations… Première fois en quelques années de CRS que j’entends un tel ordre, inique, sur nos fréquences radio.

Mais le plus inquiétant est la panique totale qui touche nos “chefs”, commissaires et autres directeurs, qui sont dépassés et débordés par un mouvement d’une telle ampleur. Les unités spécialisées dans le maintien de l’ordre sont tenues à l’écart des situations chaudes, les unités locales (jeunes et inexpérimentées) sont quant à elles systématiquement utilisées pour “casser” du manifestant.

Une anecdote particulièrement parlante : un soir de semaine [il y a peu], nous avions reçu l’ordre en fin de soirée, d’évacuer des membres du Printemps Français qui manifestaient devant l’Assemblée Nationale. Alors que nous procédions à la dite évacuation de façon calme et pacifique, un très haut gradé fou furieux nous a tancés, estimant que nous étions trop mous, et conciliants avec les “fauteurs de troubles”, finalement nous avons été relevés sur la mission par une compagnie d’intervention parisienne qui n’a pas hésité à gazer et tabasser les manifestants dans le métro… pendant que nous étions cantonnés (punis) à garder une rue perpendiculaire à l’assemblée en pleine nuit…

Nous nous posons de nombreuses questions entre nous, la plupart de mes collègues (ce qui m’a d’ailleurs fortement étonné je vous l’accorde) sont conscients que cela ne pourra pas durer bien longtemps, nous serons amenés à faire des choix dans les années, voir les mois à venir. J’ose espérer que nous ferons les bons, j’en suis de plus en plus persuadé. ” (source : VLR Hautefort)

 

3 Questions à Maitre Frédéric Pichon, avocat

Q : Le 24 mars, nous avions assisté à une répression policière totalement disproportionnée, avec des CRS gazant des familles, aujourd’hui ce sont les interpellations et les mises en GAV qui semble totalement abusives. Avocat d’un certain nombre de ces interpellés comment réagissez vous ?

R : Depuis plusieurs semaines, la politique pénale des commissariats et du parquet de Paris semble se cantonner à arrêter les manifestants hostiles au mariage unisexe et à la théorie du genre. Contrôles d’identité abusifs, gardes à vue arbitraires et passages à tabac de jeunes manifestants par des policiers en civil se comptent par centaines.La France devient progressivement un état totalitaire. L’État français, qui prétend faire la morale à la Turquie et à la Tunisie, ferait mieux de balayer devant sa porte et de respecter les libertés fondamentales qu’il bafoue allègrement à l’encontre de ses opposants politiques. 50 gardes à vues le 25 mai, 174 sur la seule esplanade des Invalides (pour seulement 14 poursuites) au soir du 26 mai, 93 arrestations devant le lycée Buffon le 27 mai ! depuis le début de la contestation anti loi taubira. Près de 700 personnes ont été interpellées dans toute la France.

Q : Vous accusez-même la police de barbouzerie, avec des policiers en civil agressant sciemment des journalistes en marge de la manif du 26 mai ?

R : Le gros des incidents avec la police et les journalistes ont eu lieu assez tôt ( aux alentours de 19h30 juste après l’appel à la dispersion de la LMPT). Je m’étonne que ces personnes n’aient pas été interpellées imédiatement alors que les 200 jeunes qui ont été interpellés, l’ont été beaucoup plus tard ( aux alentours de 21h45) et n’avaient manifestement rien à voir avec les casseurs. D’ailleurs sur environ 200 personnes en garde à vue, seules 14 ont été poursuivies en justice et deux d’ores et déjà relaxés. les personnes interpellées sont des jeunes garçons et des jeunes femmes de 20 ans qui voulaient quitter l’esplanade et qui ont pour certaines ont été passées à tabac (l’une d’entre elles a 9 jours d’ITT). Monsieur Valls avait manifestement besoin de faire du chiffre pour le communiquer à la presse.

Q : En tant qu’avocat comment jugez-vous ce déchainement policier et judiciaire ?

R : Les avocats, soucieux des libertés fondamentales et des droits de la défense, dénoncent ces arrestations arbitraires. Nous déposerons des plaintes au nom de nos clients respectifs au palais de jsutice vendredi 7 juin prochain à 14 heures. Par ailleurs, un rassemblement pacifique est prévu pour dénoncer ces violences et j’invite les militants, les victimes, les associations engagées dans la protection des droits civiques et tous les citoyens épris de justice à se joindre une manifestation Place du Trocadéro, vendredi 7 juin, à partir de 19h30 sur le parvis des droits de l’homme, pour dénoncer, dans le calme et la dignité, ces atteintes intolérables.

PS : Pour ceux et celles qui souhaitent soutenir d’une manière ou d’une autre les jeunes interpellés, une association d’entraide s’est mise en place Solidarité pour tous qui apporte une aide financière, juridique, morale et sociale à toutes les victimes de la répression. Pour contacter cette association bénévole : solidaritepourtous@laposte.net – https://www.facebook.com/Solidaritepourtouse

La violence semble n’avoir aucune limite. Le témoignage de Marc, jeune victime de 14 ans en est une illustration flagrante.

 

Le Gender à l’assaut des écoles

Il suffit de lire le dossier délirant du SNUipp-FSU (syndicat national unitaire des instituteurs et des professeurs des écoles) intitulé « Éduquer contre l’homophobie dès l’école primaire – Des outils théoriques et pratiques pour avancer » et destiné à accompagner les professeur des écoles, pour réaliser le niveau de dérangement et de profonde perversion des tenants de cette théorie du genre d’où découle toute la législation actuelle sur la mariage pour tous.

Introduite à l’école par le ministre de l’Education Luc Chatel, la fumeuse théorie du genre a pour objectif de semer la confusion dans le cerveau des enfants dès le plus jeune âge, en niant l’évidence naturelle de la distinction entre homme et femme, père et mère.

Guide pédagogique pour éduquer contre l’homophobie dès l’école primaire

Pourquoi dès la primaire ? Mais simplement pour modeler des esprits vierges et innocents à un changement de paradigme fondamentale, à une révolution anthropologique et culturelle de nos sociétés qui trouve encore dans la population adulte une juste et farouche résistance.

Entre autres débilités déstructurantes et sabire jargonant des plus prétentieux, le dossier de la FSU propose aux maîtres de faire étudier à leurs élèves de CP « Papa porte une robe » un livre destiné à « déconstruire les stéréotypes ». L’objectif étant bien évident que l’enfant, à qui l’on explique que toutes ses réactions instinctives relèvent du sexisme et de l’homophobie, s’autocensure pour petit à petit accepter la pensée dominante et totalitaire du « gender ». La novlangue inversant le sens des mots dans 1984 est déjà à l’oeuvre à l’école primaire : à « la paix c’est la guerre » s’est substitué « la mère c’est le père » mais c’est le même « big brother » totalitaire qui est à la manœuvre pour conquérir les esprits : à nous, parents et premiers éducateurs de nos enfants d’entrer vraiment en résistance contre une telle manipulation et perversion anthropologique. Rappeelons que la Déclaration universelle des droits de l’homme reconnaît que « la famille est l’élément naturel et fondamental de la société » (art. 16.3) et que « les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants » (art. 26.3).

Le 4 juin 2013, le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe a d’ailleurs été saisi par Luca Volontè, député italien, Président du groupe PPE, d’une question écrite mettant en cause la volonté du gouvernement français de « déconstruire les stéréotypes de genre » au moyen de l’école et ce dès l’âge de 6 ans.

La jeunnesse de France nous donne une leçon de courage et de détermination depuis 8 mois. Soyons à la hauteur de leurs attentes et de l’espérance que ce printemps français a fait renaître de la première argile et la première terre. Et comme le disait André Charlier dans ses lumineuses Lettres aux Capitaines : « Ayez la volonté de répondre toujours à l’appel le plus haut. Cherchez la force là où elle est : il n’y a que la vie spirituelle qui puisse vous la donner. Et elle vous donnera aussi le rayonnement qui éclaire vos âmes et leur fait souhaiter de se dépasser. »

Pour la France, le temps du dépassement est venu.

Grégoire BoucherGrégoire Boucher

Président
Collectif Famille Mariage

 

Lire aussi « Appel aux Avocats de France pour protéger la Jeunesse Française dans les rues de Paris. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*